lundi 28 décembre 2015

Langues étrangères, et l'oral alors ?

Ci-dessous moyens qui ont été suivis pour apprendre une langue étrangère à l'oral
  • Dessins animés et comptines
Lorsque les filles étaient plus jeunes, nous regardions ensemble des dessins animés, nous écoutions également des comptines anglaises qu'ensuite nous fredonnions parfois.
Ci-dessus image d'un DVD "magic english", vidéos pour les plus jeunes. 

  • Vidéos
Aujourd'hui encore les filles regardent très régulièrement des vidéos en langue étrangère, parfois avec sous titre, parfois sans.  Dans un premier temps, il me semblait qu'il valait mieux une imprégnation complète donc aucun sous titre. Puis, nous avons échangé avec un professeur d'anglais parfaitement bilingue (il avait vécu en Angleterre) qui nous a conseillé de regarder également avec les sous titres de façon à solliciter à la fois oreille et vue et afin de comprendre davantage de quoi il retournait. Cela nous a semblé une excellente idée ! Mais nous nous sommes rapidement aperçues qu'il valait mieux être vigilant car certains sous titres étaient vraiment différents du texte, nous recevions donc un double message avec certes un fond sensiblement identique, cependant déstabilisant ! De plus il n'est finalement pas toujours évident de suivre écrit, oral et images.  Nous avions alors opté pour des vidéos souvent plus courtes. Aujourd'hui nous regardons/écoutons avec ou sans sous titre, jamais avec lorsque les sous-titres sont trop éloignés des paroles.
  • Chansons et karaokés 
Chanter des paroles qui s'affichent est un moyen amusant de travailler écoute et prononciation. 
Lien image ici.
  • Ne rien brusquer
Pendant longtemps l'une de mes filles ne voulait pas parler anglais, elle écoutait, traduisait mais ne souhaitait pas parler. Elle avait le sentiment de ne pas maîtriser suffisamment la langue anglaise et préférait s'abstenir, j'ai donc respecté son choix et attendu qu'elle soit prête. Aujourd'hui l'une et l'autre s'expriment, lorsqu'elles le souhaitent.
  • Une immersion ? 
L'expérience d'une année avec une jeune fille étrangère à la maison nous a permis de réaliser que l'immersion était une excellente alternative. Pour le moment aucune de nos filles n'est partie vivre seule à l 'étranger mais nous avons opté pour de courts séjours à l'étranger afin d'entendre la "musique" du pays.
Sur le blog vous trouverez également un lien concernant les échanges linguistiques (lien).
  • Logiciels et sites Internet ? 
On nous avait conseillé le logiciel Rosetta Stone vivement apprécié par un certain nombre d'apprenants. Ici aucune de nos filles ne l'a apprécié, il leur a semblé trop répétitif et "déconnecté de la réalité". En effet lorsqu'on parle, on ne répète pas dix fois le même mot, on ne communique pas par des mots isolés. Lorsqu'on est en immersion, on mélange un peu de sa langue d'origine (ou d'anglais si c'est la langue commune) et de français par exemple jusqu'à ce que la pensée devienne "française". Une langue, ce n'est en effet pas seulement un mot avec un autre mot, c'est aussi une manière de penser. 
Elles ont également testé plusieurs logiciels, aucun n'a été utilisé plus d'un mois. Il faut croire que les logiciels, ce n'est pas leur truc. 
Par contre elles utilisent régulièrement certains liens, quelques uns durent quelques jours ou semaines et d'autres résistent davantage au temps. Sur le blog, j'ai ajouté plusieurs liens parmi ceux qui ont été/sont les plus utilisés. Vous y trouverez notamment des liens pour travailler la compréhension orale. 
  •  Discuter en langue étrangère
Des discussions ont eu lieu par le biais de correspondants (fréquemment rencontrés ici). Il est également possible d'en découvrir sur le groupe facebook Homeschool Pen Pals Worldwide.
Des rencontres ont parfois permis des échanges. 

Lorsque le bac a été envisagé, j'ai cherché des échanges à leur proposer, une condition me paraissait cependant indispensable : qu'il s'agisse de leur langue maternelle. En effet j'avais lu un livre écrit par un spécialiste de l'audition qui s'est intéressé à l'apprentissage des langues étrangères et selon lui on ne peut bien apprendre une langue qu'en entendant la "musique" de celle-ci d'où le fait de privilégier un échange avec un véritable anglophone par exemple.
Certains de ces échanges furent gratuits (amis, contacts ou système du SEL-ici), d'autres non.

D'autre part, depuis qu'elles sont petites, nous jouons régulièrement aux "anglaises" : pendant un temps T. nous nous exprimons ainsi en anglais. Un exemple ici.
Jusqu'à ce jour nous n'avons pas réussi à le faire naturellement pour l'italien car nous passions trop de temps à chercher l'accord de nos verbes.  Lorsque tous les interlocuteurs il est difficile d'y prendre plaisir, mais nous avons cependant prévu de récidiver puisque nous avons un meilleur niveau.

Pour découvrir comment l'écrit est pratiqué, c'est là.  

Mes livres sur l'instruction en famille : 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire