Accéder au contenu principal

Et si votre jeune optait pour une Gap year ?


Votre jeune a plus de 16 ans, il n'est plus concerné par l'obligation d'instruction, il a son bac ou pas.
Connaissez-vous la Gap year ? 

Une Gap year, qu'est-ce que c'est ?


Littéralement une Gap year est une "année pause", une "année écart".
Si pour les unschoolers, elle est finalement une continuité de ce qui est pratiqué puisque le jeune est maître de ses choix et apprentissages, elle est peu connue et pratiquée en France. Au contraire, dans un certain nombre de pays anglo-saxons et nordiques, elle est fréquente.

En France, les jeunes ne prennent souvent pas le temps de savoir ce qu'ils veulent, qui ils sont. Ils enchainent années collège, puis années lycée et sans surprise, ils sont nombreux à changer d'orientation en première année post-bac ou bien à renoncer... Ainsi un jeune sur deux changerait d'orientation !
La Gap year peut leur permettre de se chercher, de tester, de s'affirmer.
Généralement celle-ci dure un an, mais parfois elle dure 3 ou 5 ans (c'est le cas pour certains australiens par exemple). 

Points faibles et points forts d'une Gap year


Points faibles
  • Risque de dispersion si le jeune n'a pas de projets. En unschooling, nous apprenons à avoir confiance en nos enfants et nous constatons que le jeune responsable de ses choix finit par avoir un projet.  
  • Risque de décrochage scolaire : éloigné des écoles, le jeune peut ne plus souhaiter y remettre les pieds. Il existe cependant une vie et des perspectives en dehors des circuits classiques (lien).
  • La pression extérieure : peu connu et donc souvent mal compris, ce choix interpelle fréquemment l'entourage qui s'inquiète et insiste "Quand est-ce que tu auras un travail? Quelles études veux-tu faire? Tu pourrais travailler à la caisse de L*". Comme pour l'instruction en famille, il faut alors apprendre à ne pas écouter, rester concentré sur ses objectifs, ne pas oublier que notre vie est la nôtre, pas celle du voisin ou de ce parent trop bien intentionné.
Points forts :
  • "Se trouver" : en ayant le temps d'explorer, de réfléchir à ses projets, les risques d'une orientation qui ne correspond pas au jeune, d'un décrochage et d'un découragement sont limités.
  • Une valeur ajoutée sur le marché du travail : le jeune a appris à prendre ses décisions. Pendant cette gap year, il a exploré des chemins différents, parfois vécu des expériences fortes et même qualifiantes. Pour les futurs employeurs, c'est une valeur ajoutée. 
  • Certains jeunes vont jusqu'à créer ou imaginer leur emploi à la suite de ces expériences !

Que faire pendant une Gap year ?


Voyager

Un certain nombre de jeunes voyagent, seuls, avec des amis, en famille, dans le cadre d'échanges linguistiques ou bien en devenant jeune fille ou jeune homme au pair.
Quelques pistes ici. 

S'engager

Le jeune s'engage. Pendant cette année, il peut réaliser un service civique (lien). 
Il peut également s'engager dans une mission humanitaire ou s'investir localement dans une ou plusieurs associations bénévoles.

Créer

D'autres jeunes consacrent leur journée à écrire, dessiner, chanter ou créer d'une autre façon.
Ils peuvent en profiter pour prendre des cours ponctuels leur permettant d'améliorer leurs qualités créatives.  

Apprendre

Le jeune poursuit ses apprentissages hors circuit scolaire. Il peut, par exemple, améliorer sa pratique et sa connaissance d'une ou plusieurs langue(s) étrangère(s). Il peut également développer une pratique ou une connaissance manuelle.

Entreprendre

D'autres encore se lancent dans la création d'une entreprise. 

Papillonner

De l'extérieur, ce jeune-là semble ne rien choisir. Il expérimente, parfois semble ne rien faire, il commence, s'interrompt, attend, essaie autre chose. Il semble ne rien construire. Les adultes conditionnés par un parcours linéaire s'affolent : "mais que ferons-nous de lui ?" Intéressons-nous à ce qui l'intéresse, écoutons-le. Si nous le faisons pas les choses à sa place, si nous lui donnons suffisamment d'espace et l'envie d'explorer le monde, il s'envolera.

Bonus pour les apprentis écrivains : Depuis cette semaine, avec Cultitalents, nous proposons un guide pour créer de bons personnages, guide destiné aux ados et adultes (lien)

Merci d'avoir lu cet article et à très bientôt ! 

Mes livres sur l'instruction à domicile : 


Ici, inscription à la newsletter pour ne manquer aucun billet (si le cadre ne s'affiche pas, supprimez addblock le temps de valider) :

Commentaires

  1. On a encore quelques années devant nous mais je pense qu'une telle expérience pourrait être bénéfique à mon Unique. Merci pour ce topo, valable aussi pour ceux qui ne sont pas sortis des sentiers battus !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour DoMi. Tout à fait ! Les chemins détournés peuvent être empruntés à n'importe quel moment ! Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  3. Super explication !
    Je trouve cette idée géniale et pas seulement parce qu'on n'a pas de projets immédiats. Faire une pause puis revenir aux études ensuite me semble bénéfique.
    En France, ce n'est pas une pratique courante et pas forcément valorisée non plus. Et c'est très dommage !

    Ici, il n'y a pas eu cette envie vue que les filles ont un peu considéré la fac comme une Gap year... Bah oui, elles sortaient de la maison !!!

    Bonne journée.
    Valérie

    RépondreSupprimer
  4. euh..."vu que"

    Valérie

    RépondreSupprimer
  5. Comme tu le sais, l'une des demoiselles qui partage ma vie n'en a aucune envie également. ;) Ses projets sont déjà très précis ! Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  6. euh.. une "gap year" est tout simplement une année sabbatique en français hein!, ça se fait depuis très longtemps, mon frère en a fait une, il y a pouuuuuh 15ans environ! mais bref : ce fut très enrichissant :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, en français, c'est une année sabbatique ;)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Instruction obligatoire dès 3 ans et nouvelle menace pour l'IEF

Proposition 1 : Instruction obligatoire dès 3 ans La mesure est annoncée, des votes sont proposés, la mesure est abandonnée pour être reproposée, non votée, reproposée, pffiou.

Et oui, une fois encore, on nous propose- ah non cette fois on nous promet l'instruction obligatoire dès 3 ans. Un article parmi tant d'autres ici avec la coquille habituelle : confusion "scolarité" et "instruction.
La proposition a été déposée le 6 décembre 2017 (lien ici).
L'annonce est déjà faite, la détermination est affichée : à partir de 2019, tous les enfants de 3 ans et plus seront concernés par l'obligation d'instruction.
A partir de septembre de cette année, une expérience sera déjà tentée hors métropole (plus d'informations là).
A titre indicatif, en 2015/2016, 97,6 % des enfants étaient scolarisés en France (source), seulement 11,9 % des petits de 2 ans, ce qui, selon moi, est une bonne chose. 

Des moyens suivront-ils ?
On nous explique que c'est indispe…

Assocations nationales et Listes locales

 Monde : découpage ensuite par continents, pays et régions :
Carte IEF

Calendrier des rencontres non scos là.
Associations nationales Instruction en famille
Quatre associations nationales, par ordre de création  :
LED'A (site Internet) + LED'A (Les Enfants D'Abord) : groupe Facebook 
CISE (Choisir d'Instruire Son Enfant)
LAIA (Libres d'Apprendre et d'Instruire Autrement)
UNIE

Pour mieux agir ensemble, 3 associations (LED'A, CISE et LAIA) se sont associés à un groupe de réflexion/action, le Collect'IEF.
Ensemble ils se réunissent dans le Collectif Pour la Liberté de l'Instruction  (CPLI)

Depuis quelques années il existe également un portail autour de l'instruction en famille : Le portail de l'IEF

De plus une fédération existe également, elle concerne les enfants sans école et les enfants en école sans contrat EN :  FELICIA : Fédération pour la Liberté du Choix de l'Instruction et des Apprentissages et page ici.

Collectif  L'école est la …

Un sondage pour les familles sans école (clos)

Aujourd'hui je vous propose un sondage réservé aux familles sans école ou qui envisagent de l'être. Attention si CNED réglementé je vous demande de ne pas le compléter. En effet, le CNED réglementé ne subit pas les mêmes contrôles et nécessite l'autorisation de l'inspecteur d'académie. Je pense que pour bien représenter l'instruction en famille (avec le CNED réglementé, il s'agit d'instruction à domicile), pour éviter un nouvel amalgame qui justifierait une fois encore le rognage de droits, il est important d'obtenir un cliché sur l'instruction en famille et les cours par correspondance (CNED libre et autres cours).

L'intérêt de ce sondage est de :
- poursuivre le travail d'information auprès du grand public que je me suis fixé
- casser les préjugés, idées préconçues erronées de certains élus
- fournir un outil pour réagir face aux nouvelles menaces contre l'instruction en famille

Le sondage est à retrouver ici. Les questio…