mardi 25 octobre 2016

Géographie : d'un apprentissage libre à l'apprentissage des codes scolaires


Tout au long de ces années L. a découvert la géographie avec bonheur.
Elle a appris à mieux connaître les différents continents, pays, régions, départements, climats, etc. via notamment des jeux, des documentaires, des magazines, des livres, des voyages et un bon nombre de voyages virtuels (précisions concernant ces voyages ici et liste avec liens ).
Les connaissances ont grandi.
L. aussi.

Aujourd'hui elle souhaite obtenir le bac et ça change tout.
Elle découvre la géographie avec contraintes.
Pour moi quelques sourires malgré tout (cf. bas du billet)... 


Quand on a l'habitude des exercices scolaires, on ne s'aperçoit pas nécessairement de l'importance des codes  dans les évaluations et plus encore les examens.
Quand les connaissances sont là, on peut penser que ça suffit pour réussir.
Et pourtant... 

Démonstration avec sa composition d'hier : "Le Sahara, un espace de ressources et de conflits".  

Connaissances avant d'avoir lu un cours

 Le Sahara, elle savait où il était avant de le découvrir dans son manuel. Toujours avant le manuel, elle savait qu'il y avait des ressources naturelles, elle connaissait l'histoire des nomades, avait même vu des reportages sur leur culture, elle savait aussi qu'il y avait des terroristes et avait quelques autres connaissances.

Connaissances après le cours

Bien sûr elle a également découvert quelques particularités supplémentaires, c'était moins vivant, c'est tout.

Composition

Avant de la laisser, j'apporte les précisions concernant la manière de rédiger une composition :
- que faut-il préciser dans l'introduction?
- comment réaliser un plan?
- que faut-il écrire dans le développement ?
- que faut-il noter dans la conclusion? (inutile, elle s'en souvenait)
- penser aux sauts de ligne, aux retraits (acquis avec les autres épreuves passées)
Connaître tous ces codes ne s'inventent pas.

Une composition sans saut de lignes sera jugée mal présentée.
Une composition sans plan, sans introduction et sans conclusion sera une composition mal évaluée...

Cela suffit-il ?
Non car L. n'a pas appris comme on apprend à l'école. Je n'ai pas opté pour la géographie géo-écono-politique qui se pratique en classe, j'ai opté pour une découverte vivante et humaine parce qu'il me semble plus important de connaître les pays, leur histoire, leurs reliefs et leurs habitants, leur unicité que de savoir si leur économie est bonne (même si dans une géographie vivante on parle des différences de revenus entre les uns et les autres, de pays pauvres ou riches...), que de connaitre les enjeux politiques, comment la mondialisation est présente... cette géographie géo-politique ne me faisait pas rêver, je n'avais rien retenu à l'école ou presque... j'apprenais par coeur, sans comprendre, sans rien situer...

Alors pour mes filles je voulais autre chose, je voulais qu'elles aiment découvrir, je voulais qu'elles aient des repères dans le monde dans lequel elles grandissaient.
M. et L. ont donc connu autre chose... une géographie vivante donc.

Hier, c'est une L. peu ravie qui s'est installée devant sa troisième composition (il y a plus amusant, vous l'admettrez) et peu à peu j'ai entendu le cliquetis de ses doigts qui s'accélérait sur le clavier...

Et lorsque j'ai relu sa copie, j'ai ri...
Oui, L. avait respecté la structure imposée : introduction, développement, conclusion.
Oui son plan était bon, il n'était pas compliqué à découvrir, l'intitulé l'indiquait...
Oui il y avait des connaissances évidentes.
Mais...
Dans la composition de L. il y avait des étendues désertiques et de "magnifiques ergs", un "paysage aride qui attire de plus en plus", et encore elle a retenu ses doigts car elle pensait évoquer la vipère du désert qui se déplace sur le côté "parce que le sable est brûlant et que, pas folle, elle ne veut pas se brûler le corps" (et oui elle a parlé des plantes qui s'adaptent à ce climat rigoureux). En clair L. est allée piocher dans ses connaissances, plus loin que la géographie basique. ;)
Visiblement encore quelques codes à bien respecter avant d'être au point car pour le coup elle a oublié ou survolé une partie des aspects géo-politiques qu'elle devait aborder... Il faut maintenant apprendre à simplement analyser des pays et ne plus les "vivre". Mais je ne m'inquiète pas, c'était seulement son troisième travail. :)


Mes livres sur l'instruction en famille : 


Ici, inscription à la newsletter pour ne manquer aucun billet :

7 commentaires:

  1. Ah quel chouette billet ! Très belle illustration des différences d'approche, ça me fait relire ma propre scolarité, avec un angle différent. Je trouve au demeurant passionnant d'observer ta fille s'aventurer dans ce nouveau monde, et la manière dont tu l'accompagnes. Efforts d'adaptation, efforts d'analyse / décorticage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton retour Gwen. :) Je suis tout aussi passionnant de l'observer, j'aime la poésie qu'elle ajoute dans ses copies... même s'il me faut lui dire qu'un correcteur pourrait moins apprécier car ce n'est pas ce qui est attendu. En tout cas moi elle m'a fait rêver avec son désert hier ! lol

      Supprimer
  2. C'est drôlement joli de voir les acquisitions belles et profondes de ta fille sur la Terre...le BAC sera une étape pour elle, juste une épreuve à passer mais je pense qu'elle gardera cette chouette construction de l'esprit qui fait qu'elle peut voir la beauté du monde, sa complexité quand d'autres le voient de façon plus pragmatique et tellement moins poétique.
    Ce post relève bien ce qui manque au programme des écoles...et combien le formatage nuit à l'expression de la personnalité et des centres d'intérêts des jeunes. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une étape, c'est aussi ce que je me dis. :) Et je ne regrette pas de ne pas l'avoir ennuyée plus jeune avec une géographie plus rébarbative. Aujourd'hui elle a écrit un autre texte et elle y a parlé des différentes cultures qui nous enrichissent, j'aime à penser que c'est grâce à l'instruction vécue ensemble. :)
      Quant à l'expression de la personnalité, effectivement les jeunes se lâchent plus sans avoir été pétris avec des codes, aujourd'hui encore j'ai eu droit à quelques envolées. ;)

      Supprimer
    2. Complètement d'accord avec vous sur le formatage, la personnalité, les centres d'intérêts...un plaisir de vous lire car vous maniez si bien les mots ; 0) avec justesse et humour ! Muriell Gomes

      Supprimer
  3. Moi aussi je trouve la géographie vivante tellement plus passionnante !!! Formidable cette capacité d'adaptation et réconfortant de constater qu'avec un projet, un challenge l'être va pouvoir s' adapter, passer une épreuve. ..Le bac par choix, pour un projet de vie ! Je suis admirative de voir Isa Lise comment tu accompagnes tes filles sur leur bonhomme de chemin. ..tu dégages tellement de sérénité et de confiance en elles en toi c'est magnifique !!! Murielle Gomes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes retours Murielle <3 Il est évident que je n'accompagne pas les filles pour recevoir d'aussi jolis retours mais ça me touche. Remercions aussi L. qui a accepté que je partage ici son expérience. :)
      Bonne journée !

      Supprimer