vendredi 1 avril 2016

"J'ai mal à ma grammaire"


apprendre la grammaire

 Une ou des grammaires ?


Enfant j'aimais la grammaire. A mes yeux c'était facile et amusant, j'aimais jouer les enquêtrices,  "ranger" les phrases, identifier les mots.
Et puis en licence de Lettres j'ai eu l'occasion de découvrir une grammaire un peu différente de ce que j'avais appris, il m'a fallu désapprendre certaines choses, me sentir égarée dans certaines autres particularités puisque mon professeur de grammaire n'était pas l'homme le plus clair du monde et que mes connaissances entraient en conflit avec certaines nouveautés.

A ce moment-là j'ai découvert l'importance d'une présentation grammaticale claire et précise.

A ce moment-là, la grammaire ne fut certainement pas un bonheur. 
Ce fut la première fois où je m'interrogeais : la grammaire apprise à l'école était-elle juste ?

Des termes grammaticaux prêtant à confusion


A l'heure actuelle trop souvent on parle de "groupe sujet " et "groupe verbal" or dans le groupe verbal tout ne s'accorde pas avec le sujet...
Exemple : Lucie fait du vélo. 
Groupe sujet : Lucie- Groupe verbal : fait du vélo. 

D'autre part on explique que "fait" est un verbe et s'accorde avec Lucie... De son côté "du vélo" est un COD.
Est-ce logique ? Comment l'enfant peut-il comprendre que fait s'accorde avec Lucie et pas le vélo ; en effet pourquoi fait ne s'accorderait-il pas avec vélo puisque les deux sont ensemble dans un groupe verbal ? Ce raisonnement peut sembler étrange et pourtant un enfant dys éprouve des difficultés à reconnaître et retenir la nature et la fonction des mots, il mélange tout a fortiori si on lui ajoute des règles dont il n'a pas besoin !
D'autre part cette erreur n'est pas seulement présente chez les enfants dys, elle peut aussi concerner d'autres enfants peu intéressés par la grammaire... 

Pourquoi enseigner des termes sans utilité réelle ? 

Pourquoi ne pas se concentrer tout de suite sur le verbe et son sujet ?  Au lieu d'attendre que des confusions se créent ?

Réforme de la grammaire à l'école primaire


De nouvelles modifications vont entrer en vigueur à l'école.  Hélas si certaines comme une plus grande transversalité des apprentissages y compris au sein d'une même matière me semble une bonne idée. En effet on apprend bien mieux en situation. Cependant il conviendra d'être vigilant à cette mise en place car un enfant dys a besoin qu'on découpe les difficultés..
D'autres modifications risquent fort d'égarer plus encore les enfants...

"Par exemple, en primaire on restera à l’idée générale du complément du verbe sans évoquer les très compliqués et souvent redoutés COD et COI." (source ici).
Parler de complément de verbe pour éviter les confusions COD/COI, voilà très exactement ce qui me fait bondir !
Dans les compléments du verbe, on trouve :
- le COD
- le COI
- le complément d'agent
- les compléments circonstanciels
Et oui, rien que cela ! Or comment voulez-vous que l'enfant comprenne que le participe passé utilisé avec l'auxiliaire avoir s'accorde avec le COD lorsqu'il est placé devant mais qu'il ne s'accorde pas avec les autres compléments ?

Pourquoi proposer une appellation supplémentaire qui sera plus tard négligée pour être précisée? Oubliant au passage un outil utile pour l'orthographe.

Merveilleux : nos petits dys n'ont déjà pas assez de difficultés à retenir les termes grammaticaux...

Faut-il enseigner la grammaire en primaire ? 


Cette question de nombreux pédagogues se la sont posée.
Pour Maria Montessori, il faut commencer dès que l'enfant est petit tandis que Charlotte Mason recommande d'attendre 10 ans.
En me basant sur les besoins des enfants et les particularités des enfants dys, je me suis également interrogée.
Avons-nous besoin de toutes les notions apprises à l'école ? Et la réponse me semble résolument négative. Par exemple certes cette notion de complément de verbe existe, mais elle fait doublon et me semble parfaitement inutile dans la vie d'un enfant  !

Grammaire : Platon et Aristote

Il semble que la grammaire ait été inventée par des philosophes (Platon et Aristote), pas par des pédagogues ; ils s'intéressaient au langage comme outil de persuasion et de raisonnement. Parlait-on avant eux ? Ecrivait-on avant eux ?
Bien sûr que oui ! Alors pourquoi la grammaire telle qu'elle est conçue aujourd'hui serait-elle indispensable ?

A-t-on besoin de reconnaître un complément circonstanciel ou un adverbe pour communiquer? 

Je ne parle pas de les utiliser mais bien de les reconnaître car le petit enfant sait déjà utiliser des compléments sans que personne ne lui ait dit "c'est bien, tu as utilisé un joli complément de lieu !"
Pour le brevet quelques questions portent sur la grammaire (très peu ceci dit).
Lors du bac de français il peut être utile de savoir utiliser les termes précis des différents compléments (lors des analyses que j'ai faites tout au long de mes études littéraires et en dehors des cours de grammaire je n'ai cependant jamais parlé de complément de verbe...). Maintenant on peut aussi parvenir à une analyse pertinente sans tout maîtriser, ces points d'analyse grammaticale restent très épisodiques.

Apporter des éléments de compréhension pour un texte

Identifier un complément de lieu permet d'apporter une certaine compréhension au texte : on sait où l'action se pose. Mais justement pourquoi ne pas poser les choses dans l'autre sens ? On demande tout d'abord à l'enfant où cela se passe et, au fil du temps, on lui apprend qu'il vient d'utiliser un complément circonstanciel de lieu.
Curieusement (ou pas) un enfant peut parfaitement comprendre un texte, savoir où l'action se passe, remarquer que des précisions sont apportées dans ce sens savoir utiliser les termes "complément circonstanciel de lieu"...

Et pour écrire alors, quelle utilité a la grammaire ? 

C'est en effet la question fondamentale à se poser.

Utilité orthographique
Finalement au niveau de l'orthographe, il importe de savoir reconnaître :
- un mot sujet et le verbe qui lui est associé,
- les adjectifs et déterminants associés au nom
- les COD afin d'accorder les participes passés.
Et le reste ? Etes-vous certains qu'il est indispensable pour bien écrire ?
Alors pourquoi encombrer les têtes des enfants qui ne sont pas encore prêts, pire encore les têtes des enfants qui peinent déjà à se repérer dans l'écrit.

Là encore c'est pour moi une raison de s'opposer à une évaluation grammaticale

1/ On peut avoir retenu une règle le temps d'un contrôle, ne rien avoir compris et tout oublier plus vite que le vent...
2/ On peut perdre ses moyens car c'est trop compliqué d'appliquer la règle... et se décourager en se disant qu'on y arrivera jamais... Or il est plus difficile de croire en soi lorsqu'on a l'impression que sans arrêt les difficultés s'ajoutent...
3/ On presse l'enfant... Il faut retenir pour une "dead line" et si l'enfant n'est pas prêt, tant pis pour lui...

Pourquoi ne pas donner du temps au temps ? 

Expliquer les notions au fil du temps, au moment où on les rencontre, les dire encore et encore et s'apercevoir que sans évaluations sans pression l'enfant sait identifier un verbe et son sujet, qu'il sait les accorder...
Alors oui je pense qu'on peut en parler lorsque l'enfant avance dans l'écriture, mais à petits pas et surtout de manière cohérente !


8 commentaires:

  1. Très très pertinent et intéressant, merci 😊 Au fait je suis prof de Lettres et mes enfants en unscho !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton retour. Comme quoi malgré toi aussi tes études de lettres, pas plus convaincue par la grammaire imposée en primaire. ;)
      Bonne soirée !

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup ton titre: faut-il enseigner la grammaire à l'école primaire ?
    Bien sûr que non !
    Il est surtout nécessaire de faire lire les enfants (lecture plaisir, j'entends) et de les laisser s'approprier les mots, les phrases, leur mélodie et...c'est tout !

    Faire de la grammaire à partir du collège (et même peut-être plus tard) me semble plus opportun afin d'éviter toute cette confusion dont tu parles si bien.

    Lire, lire, lire...les nourrir de beaux textes serait nettement plus profitables. Ensuite, je pense que l'apprentissage de la grammaire ne deviendrait plus qu'un détail !!!

    Bises. Valérie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton retour Valérie, retour émaillé de longues années d'expériences... Tellement d'accord avec toi !
      Bonne journée !

      Supprimer
  3. Bonjour Isa,
    Je suis heureuse de lire ce billet après toutes choses que je viens de lire sur la Réforme 2016 : entre les CC (déjà limites pour moi),les COS,CDPh et autres sigles du même acabit .Déjà Melle J. rame et n'arrive pas à reconnaître un participe passé ... Le CPC semble ne pas trop les employer ouf !
    Amicalement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas étonnant ! Beaucoup d'enfants ont du mal avec ses notions jusqu'à l'adolescence...
      Bonne continuation !

      Supprimer
  4. Merci pour cet article sur ton blog! C'est en faisant des recherches sur ton blog que je suis tombé dessus. Et tu me soulages, parce que depuis le temps que je trouve que la grammaire et assez "dure" et extrêmement trop développée pour ce qu'on peut en comprendre et lasser ceux qui doivent l'apprendre et pour ce qu'ils vont réellement s'en servir. Donc il y avait les compléments des verbes, d'ailleurs je me demande si cela existe encore car depuis 15 jours je suis sur ce fameux "prédicat", un peu dure à la base pour moi, de dire que c'est tout ce qui est après le sujet, donc verbe compris qui est le prédicat, et expliquer pourquoi..Bah parce que c'est un ensemble de mot qui explique ce que le sujet va faire.....J'aime bien mieux l'explication du complément du verbe! Surtout que arrivé au collège, d'après ce que j'en ai compris que là on va étudier le COD etc, donc ce qui est après le verbe.... Pour ce qui est de mon collégien, là par contre il se noie dans les propositions diverses et variées qu'il n'apprécie pas du tout, il lui faut un genre de flashcard toujours en visuel pour pouvoir les reconnaitre et encore quand ce n'est pas trop confus. Sa réflexion :"pourquoi apprendre ce qui ne sert à rien, pas d'utilité réelle?"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Walouu,
      Merci pour ton retour :) Oui les compléments de verbe existent toujours: http://www.exercice.fr/cm1/francais/les-complements-du-verbe/
      Ton collégien a raison... Les flashcards pour le soulager sont une bonne idée, c'est un bon repère et à terme, ça multiplie les chances qu'il s'en souvienne. A quoi ça sert? A avoir des bonnes notes au collège... à moins qu'il ne souhaite devenir prof de français. ;)
      Bon courage à lui!

      Supprimer