vendredi 1 janvier 2016

Ponctuation 2 - copie d'un article de 2010


(source image)

Les fiches proposées sont utiles afin de savoir pourquoi et comment ponctuer de telle ou telle façon. De plus, les exercices écrits seront plus faciles à réussir si l'enfant les lit à voix haute. Cependant, rien ne remplace la manipulation.

Je n'ai pas choisi de commencer par la ponctuation par hasard :
Comment repérer correctement un groupe de mots écrits si l'on ne sait déjà pas comment découper une phrase, "respirer" au bon moment ? Observer la ponctuation permet de comprendre où les phrases débutent, s'interrompent et s'arrêtent ; donc de percevoir des indices utiles pour distinguer les groupes de mots. Il ne s'agit bien sûr pas d'attendre que l'enfant note tous les signes là où ils devraient être dans son propre texte (même si cet apprentissage lui sera également utile ;)), mais qu'il apprenne à savoir pourquoi ceux qu'il lit sont ici et non ailleurs. L'objectif est de lui permettre d'avoir des indices supplémentaires pour chercher les sujets, les verbes et compléments.



Alors, je me suis demandée comment aider l'enfant à mieux se repérer dans cette jungle des mots écrits.
Voici comment je procède durant cette période d'étude approfondie :
- Lecture des fiches et explications puis première série d'exercices et autocorrection. Puis, j'ai commenté rapidement, notamment pour ne pas rester sur la somme d'erreurs et mieux comprendre. Inutile d'insister trop longuement si l'enfant est perfectionniste et déçu de ses résultats, simplement lui expliquer qu'il s'agissait d'une première approche, et qu'à présent, nous allons réfléchir, ensemble, aux raisons de ponctuer de telle ou telle manière et qu'ainsi, il progressera bientôt!
- Ensuite, j'ai imprimé un texte avec de nombreux signes de ponctuation et des raisons variées justifiant ceux-ci. A tour de rôle, j'ai demandé aux enfants de lire à voix haute le texte en s'interrompant lorsqu'elles rencontraient des signes de ponctuation. A ce moment-là, elles surlignaient en jaune les virgules, en orange les points virgules et en bleu les points (les points d'exclamation et d'interrogation ont posé nettement moins de problème et je ne voulais pas qu'elles "s'éparpillent". Je leur ai donc dit de se concentrer sur les trois signes cités).
Paragraphe après paragraphe, je leur ai demandé de m'expliquer pourquoi elles pensaient qu'une virgule, un point ou un point virgule avaient été ajoutés. J'ai bien sûr encouragé chaque bonne réponse, incité à chercher un peu plus lorsque ce n'était pas le cas et répété que "ce n'était pas grave" en cas d'erreur, qu'il fallait du temps pour acquérir cette notion.
L'activité nous a occupées environ 10 à 15 mns. Elle sera renouvelée.
- Durant le mois de juin, je vais continuer de proposer une attention soutenue sur la ponctuation, rebondissant sur les situations d'écriture et même parfois lors de lectures communes. Il n'est cependant pas question de pratiquer un cours de grammaire à chaque fois, ni d'insister trop longtemps; simplement, au hasard d'une lecture, dire "ah tiens, tu as vu, l'auteur a voulu insister sur tel mot", "ah tiens, là, tu as remarqué, tu as voulu créer un dialogue, tu as ouvert les guillemets"...
- Des activités centrées sur l'observation et la manipulation sont prévues.
Ainsi, je propose aux filles un texte qu'elles découpent (avec des ciseaux ;)) en fonction des différents signes de ponctuation. Puis, elles placent les signes correspondants (voir image) à la coupure effectuée et m'expliquent les raisons de la présence du signe en question.

Image à imprimer, puis découper le rectangle correspondant au signe, en n'oubliant pas de conserver un triangle au-dessus ou au-dessous afin de pointer vers la coupure correspondante.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire