jeudi 21 janvier 2016

Enfants instruits en famille, tous des génies?

enfants instruits en famille précoces
   Lorsqu'on entend parler d'enfants instruits en famille, lorsqu'on lit les blogs, parfois il peut sembler que les enfants instruits en famille sont des "génies".
Pourtant si l'on regarde avec attention la plupart des blogs de familles IEF, on s'aperçoit que très rares sont les familles affirmant que leurs enfants réussissent tout avec une facilité déconcertante. Les blogs sont bien plus souvent des mines d'idées, de ressources, des partages d'expériences.

  • Mais alors qui sont donc les familles instruisant leurs enfants ?





  On peut distinguer deux grands groupes :

- Les familles ayant choisi l'instruction en famille depuis longtemps  

ou bien l'ayant choisi plus récemment pour des raisons de parentalité positive ou bien un découragement envers le système scolaire soit parce qu'il leur semble que le système ne correspond pas à la majorité des enfants, soit parce qu'ils aimeraient que leurs enfants réussissent brillamment.
Ecouter son enfant et l'accompagner augmentent de toute façon les chances de réussite d'un enfant.

- Les familles ayant choisi l'instruction en famille parce que l'école ne correspond pas à leurs enfants

enfants ayant généralement des particularités dont difficultés d'ordre dys, autisme, syndrome Asperger ou troubles du spectre autistique, trisomie, haut potentiel...
S'adapter à un enfant multiplie les chances de réussite.

  • Des résultats brillants

  Un enfant ou un jeune à haut potentiel sans difficultés d'apprentissage peut réussir brillamment. Peut-on comparer les résultats d'une Ferrari et d'une New Beetle ? Bien sûr que non ! Comparaison risquée ? Pourquoi ? Chacun de nous a-t-il les mêmes capacités ? Effectivement certains jeunes réussissent brillamment en étudiant peu ou beaucoup (c'est aussi une question de caractère et de choix personnel notamment si une mention est visée), même pas besoin de les pousser, ils ont un moteur de Ferrari ! Leur réussite est logique, cela correspond à leur profil.

De même certains jeunes ont des facilités avec les formulations et codes scolaires, certains parents ayant fait le choix de l'instruction en famille ou de cours par correspondance les encouragent à tendre vers l'excellence. Tout comme dans le système scolaire, le résultat sera fréquemment à la hauteur de ces capacités et choix pédagogiques.

  Apprendre à son rythme, en fonction de son propre profil facilite de toute façon de meilleurs résultats. N'apprend-t-on pas mieux lorsqu'on apprend ce qui nous intéresse, dans un objectif choisi ?
Cela ne garantit pourtant pas l'excellence à des examens et dans tous les cas il me semble que se comparer aux uns et aux autres, attendre la même chose est source de souffrances...

  • De bons résultats 

   Des jeunes à haut potentiel mais avec certaines difficultés et/ou des jeunes étudiant avec sérieux n'auront pas des résultats aussi étourdissants. Cela ne signifie cependant pas qu'ils n'ont pas été sérieux. Une fois encore n'oublions pas que les fonctionnements des uns et des autres divergent !

   Et puis il y a aussi ceux qui voulaient un diplôme mais surtout ne pas y passer trop de temps. Ils ont réussi, c'est tout ce qui leur importe ! Cela ne préfigure de toute façon pas de leur réussite future ! Nous connaissons tous des anciens élèves brillants qui végètent ou même sont au chômage et des pseudos cancres à la carrière vertigineuse !

  • Parfois l'échec

    Soit parce que l'enfant/ le jeune n'a pas assez étudié. Il ne faut pas rêver, tout le monde n'a pas envie de consacrer des heures à l'étude de ce qui est attendu pour tel ou tel examen si ce n'est pas un choix personnel, mais un choix parental.

   Soit parce que le jeune a certaines difficultés qui s'ajoutent en général à une mauvaise compréhension des codes scolaires en vigueur.

   Echec à un examen ou contrôle difficile. Pas toujours facile alors d'en parler. L'entourage refusant la validité de l'instruction en famille sera souvent critique, des critiques pourraient même venir de personnes n'acceptant pas certains choix pédagogiques, la vérité est généralement plus complexe. Gardons-nous de juger sans savoir.  Un échec, une difficulté peut être plus moins bien vécue. C'est aussi pour cela que de mon côté j'encourage toujours à ne pas pousser les enfants...
  Dans ces cas là accepter la tristesse et puis ne pas oublier que selon Churchill : "Le succès c'est d'être capable d'aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme".

  • Mais quand même sur les blogs et même parfois sur les listes on lit que... 

  Que lit-on réellement ou quelle interprétation en fait-on ? Un jour, il y a quelques temps déjà, quelqu'un m'a directement reproché de donner une vision illusoire de l'instruction en famille. A quel moment l'ai-je fait ? Ai-je un jour écrit que tout était facile ? N'ai-je jamais évoqué aucune difficulté ? Est-ce qu'évoquer plusieurs langues apprises par mes filles signifie qu'elles les maîtrisent toutes ? Bien sûr que non, il y a eu des apprentissages aléatoires visant avant tout à découvrir, à s'imprégner de la musique d'une langue et puis il y a eu des apprentissages plus rigoureux.

  Comme beaucoup d'autres mamans, j'ai choisi de partager autour des apprentissages, je n'ai cependant plus choisi d'exposer directement mes filles. Alors oui, elles continuent d'aimer apprendre, oui elles choisissent d'apprendre chaque jour d'une manière ou d'une autre, mais c'est aussi parce que ma définition "d'apprendre" n'est pas "s'asseoir à une table, ouvrir un livre, apprendre un cours et réaliser des exercices". Chaque jour de nos vies peut nous offrir la possibilité d'apprendre, il suffit d'ouvrir les yeux, les oreilles, de laisser nos sens s'éveiller à ce qui les entoure.

  "Il faut du temps pour se déscolariser" est une phrase que j'ai répétée à plusieurs reprises et là encore il me semble qu'on peut y voir des interprétations différentes. On peut y lire : ne faites rien ! Or ce n'est pas ainsi que je vois les choses : prendre le temps de se déscolariser suppose en effet régulièrement prendre le temps de ne pas proposer quelque chose de formel, parfois l'enfant a vraiment besoin de pouvoir s'en dégager et je dirais que l'adulte aussi... Il est très difficile de voir les choses autrement lorsqu'on reste le regard rivé sur le guidon et souvent j'ai lu des parents qui écrivaient leur tristesse de ne pas parvenir à réveiller la lueur enchantée tout en proposant des exercices imposés qui apparemment ne correspondaient pas à leurs enfants... Où est alors la déscolarisation ? Et pourtant certains enfants et certains parents ont besoin de ces exercices, à chacun de trouver la solution qui LUI convient !! Certains ont besoin de cadre, de rigidité, c'est un droit.

   Et si vous voulez vraiment explorer d'autres manières d'apprendre, laissez-vous guider les uns par les autres. Se déscolariser, renoncer un temps à des exercices formels ne signifie pas s'asseoir et attendre, mais explorer autrement ! Pour cela on peut partir dans la nature observer ce qui s'y passer, visiter un lieu ou un autre, lire ensemble, regarder un documentaire, discuter autour d'un film ou même faire un jeu ! Proposer, c'est encourager l'enfant à aller plus loin, ailleurs, à renouer avec sa curiosité intérieure. Pour les adolescents, c'est souvent plus difficile... Ils n'ont généralement plus l'habitude, ils ont l'habitude d'être guidés. En ciblant leurs intérêts, en les encourageant, petit à petit, la flamme se réveille...

  •  Conclusion

   Les enfants instruits en famille ne sont donc pas tous des enfants prodiges qui réussissent tout avec une étonnante facilité. Etant donné les raisons pour lesquelles certains sont déscolarisés ou la manière dont leur instruction est prise en charge, les résultats scolaires peuvent être excellents. Comme écrit dans ce billet, ce n'est pas le cas de tous et à la limite, on s'en fout ! ☺
Le plus important n'est-il pas l'épanouissement des enfants et la possibilité pour eux de trouver leur place dans le Monde ? Epanouissement et place sont des notions très relatives et individuelles, ils varieront en fonction de chacun. De bons résultats scolaires auront donc une importance différente selon chacun et parfois ça importera assez peu tant que ce n'est pas un frein à un objectif final. Et si ça le devient, un autre chemin sera peut-être envisagé. L'instruction en famille est un chemin différent, il n'est pas le seul ! ☺

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire