Accéder au contenu principal

Dyspraxie, quels professionnels peuvent vous aider ?


Certains parents dont l'enfant souffre de dyspraxie ont recours à l'ensemble de ces professionnels et d'autres, non. Tout dépend du profil de l'enfant, de ses besoins et de vos choix en tant que parent.

Voici donc les différents professionnels que je vais vous présenter :


  • Neuropédiatre
  • Pédopsychiatre 
  • Psychologue et Neuropsychologue
  • Psychomotricien
  • Orthoptiste
  • Ergothérapeute
  • Enseignant spécialisé
  • Graphothérapeute ou Rééducateur en écriture
  • Orthophoniste
  • Art thérapeute

Neuropédiatre

Le neuropédiatre est l'interlocuteur référent.
Il s'agit d'un pédiatre formé à la neurologie enfantine.
Il s'appuie sur les différents bilans reçus et cherche quelles sont les difficultés réelles de l'enfant et quelles sont ses compétences
C'est lui qui pose le diagnostic le plus fiable possible. 
Un billet plus complet sur Dyscussions parents-professeurs.
Alternative possible : le Neurologue. 

Pédopsychiatre

Le pédopsychiatre est un médecin spécialiste des troubles de l'enfant.
Il peut tenir compte des bilans déjà réalisés et procéder à divers tests complémentaires (en particulier tests de QI et TDA).
Il peut proposer une aide, par exemple pour améliorer la mémoire de travail. Si l'enfant en a besoin, il peut proposer une aide psychologique.
Le pédopsychiatre peut également procéder au diagnostic de dyspraxie.

Psychologue et Neuropsychologue

Le pyschologue a un master ou diplôme d'Etat (bac+5) en psychologie.
Le neuropsychologue s'intéresse particulièrement à la relation de l'apprentissage et du comportement avec le cerveau de l'enfant.
Un enfant ou un adolescent souffrant de dyspraxie n'est pas nécessairement un enfant ou un adolescent qui va mal. Lorsque c'est le cas, il a besoin du soutien et de l'écoute de ses proches. Il peut parfois avoir besoin d'une aide extérieure.
De plus, certains psys proposent une aide pour améliorer la mémoire de travail.
Enfin, un bilan peut avoir été réalisé par un psy (notamment test de QI, détection d'un TDA). Dans ce cas, ce bilan est transmis au neuropédiatre. 

Psychomotricien

Le psychomotricien exerce auprès de personnes présentant des difficultés à cause d'une intégration perceptivo-motrice perturbée.
Concrètement : il pratique une rééducation ou une thérapie psycho-motrice.
Son travail vise notamment à consolider le schéma corporel, renforcer les capacités motrices, améliorer les postures et accroître l'aisance du mouvement.
Le bilan psychomoteur fait partie des bilans utiles pour conclure à la dyspraxie. 

  Orthoptiste

L'orthoptiste détecte, prévient et rééduque en cas de troubles visuels.
Dans le cas de dyspraxie visuo-spatiale, il peut, dans un premier temps, vérifier si le souci vient d'une dyspraxie ou a une autre origine.
Son bilan est utile pour conclure à une dyspraxie.
Il peut ensuite proposer son aide pour accompagner l'enfant souffrant de dyspraxie visuo-spatiale.

Ergothérapeute

L'ergothérapeute détecte les difficultés et vise à prévenir, réduire ou supprimer les situations de handicap en tenant compte des habitudes de vie et de l'environnement de la personne concernée.
Son bilan est utile pour conclure à une dyspraxie.
Il peut ensuite procéder à certaines rééducations et proposer des adaptations. Par exemple, il permet une mise en place efficace de l'outil ordinateur.
Une présentation plus complète, ici, sur Dyscussions parents-professeurs.

Enseignant spécialisé

L'enseignant spécialisé exerce dans le cadre scolaire ou pas.
  • Certains exercent dans un cadre scolaire, le parent ne choisit pas l'enseignant en question. L'enseignant a, dans ce cas, une formation d'enseignant et une formation complémentaire pour des profils particuliers. Le soutien scolaire est alors gratuit.
  • D'autres exercent hors cadre scolaire. Dans ce cas, les formations sont variées. Certains ont des diplômes niveau II et I (bac + 2 et plus) et d'autres, non. Certains ont une formation d'enseignant et d'autres, non. Le plus important est de prendre une décision en fonction des compétences. Un profil particulier nécessite des aménagements et adaptations particuliers, il est donc important de discuter avec lui afin de voir si l'enseignant envisagé connait ces profils. Le bouche-à-oreille est également un bon moyen de s'assurer de la qualité de son travail. Une auto-formation et une adaptation permanente sont des qualités indispensables.

Graphothérapeute ou Rééducateur en écriture

Le graphothérapeute ou le rééducateur en écriture apporte une aide pour améliorer et rééduquer l'écriture. En effet, s'il ne s'agissait pas de dysgraphie, quelques séances suffisent souvent pour régler le problème.
A savoir : cette profession n'est pas réglementée. Un groupement des graphothérapeutes existe (lien GEGAP). Différents groupements existent également tels que Graphidys.
Dans le cas d'une dysgraphie avérée, il peut aider à prendre des positions moins douloureuses.

Orthophoniste

L'orthophoniste prévient, repère et traite les troubles de la voix, de la parole et du langage.
Dans le cas d'une dyspraxie oro-faciale, son bilan est important pour conclure à cette forme de dyspraxie.
Il peut ensuite apporter son aide pour améliorer la situation.

Art thérapeute

L'art thérapie n'est pas une profession réglementée. On peut donc rencontrer des personnes ayant suivi une solide formation ou ayant suivi une formation accélérée en 15 jours ou encore s'étant auto-proclamé art-thérapeute.
Les compétences de celui-ci pourront être, ou non, dépendantes de ces différentes formations. Il est en effet possible de s'être sérieusement auto-formé.
Le premier critère pour choisir un bon art thérapeute est de discuter avec lui afin de voir s'il connait réellement les difficultés de votre enfant et s'il saura donc s'y adapter.
Le second critère est de constater s'il est bienveillant et encourageant.
L'art thérapie permet de prendre confiance en des capacités moins explorées, de renouer avec une partie de soi, avec différentes parties de son corps, ce corps qui trop souvent pose problème aux enfants et adolescents souffrant de dyspraxie.

Merci d'avoir lu cet article et à très bientôt !


Ici, inscription à la newsletter pour ne manquer aucun billet (si le cadre ne s'affiche pas, supprimez addblock le temps de valider) :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Instruction obligatoire dès 3 ans et nouvelle menace pour l'IEF : "Essais encore"

Proposition 1 : Instruction obligatoire dès 3 ans La mesure est annoncée, des votes sont proposés, la mesure est abandonnée pour être reproposée, non votée, reproposée, pffiou. L'entêtement finira bien par payer...

Et oui, une fois encore, on nous propose- ah non cette fois on nous promet l'instruction obligatoire dès 3 ans. Un article parmi tant d'autres ici avec la coquille habituelle : confusion "scolarité" et "instruction.

Donc une fois encore, il s'agit d'une proposition. La proposition a été déposée le 6 décembre 2017 (lien ici).**
A partir de septembre de cette année, une expérience sera déjà tentée hors métropole (plus d'informations là).

Des moyens suivront-ils ?
On nous explique que c'est indispensable pour un meilleur langage des enfants... Chouette encore plus d'enfants envoyés très tôt chez l'orthophoniste car ne rêvons pas, les petites cases suivront, les attentes seront là.

On nous dit que les enfants réussissent mieu…

Bachelière du unschooling avec mention bien !

C'est avec joie et fierté que je vous annonce que L. vient de décrocher le bac à son tour !
Cerise sur le gâteau, bac avec mention bien pour une moyenne de 15/20 !

L. est une bachelière du unschooling puisqu'aucun apprentissage ne lui a été imposé depuis son passage éclair en CP où elle s'est ennuyée...   Cette dernière année a été prodigieusement ennuyeuse car étudier pour le bac suppose un bachotage intensif, mais L. était hyper motivée, elle a donc beaucoup travaillé pour obtenir ce résultat.

Assocations nationales et Listes locales

 Monde : découpage ensuite par continents, pays et régions :
Carte IEF

Calendrier des rencontres non scos là.
Associations nationales Instruction en famille
Quatre associations nationales, par ordre de création  :
LED'A (site Internet) + LED'A (Les Enfants D'Abord) : groupe Facebook 
CISE (Choisir d'Instruire Son Enfant)
LAIA (Libres d'Apprendre et d'Instruire Autrement)
UNIE

Pour mieux agir ensemble, 3 associations (LED'A, CISE et LAIA) se sont associés à un groupe de réflexion/action, le Collect'IEF.
Ensemble ils se réunissent dans le Collectif Pour la Liberté de l'Instruction  (CPLI)

Depuis quelques années il existe également un portail autour de l'instruction en famille : Le portail de l'IEF

De plus une fédération existe également, elle concerne les enfants sans école et les enfants en école sans contrat EN :  FELICIA : Fédération pour la Liberté du Choix de l'Instruction et des Apprentissages et page ici.

Collectif  L'école est la …