Accéder au contenu principal

5 intérêts pédago-éducatifs d'Halloween

En France, Halloween est controversée. On aime le côté ludique,  on lui reproche son caractère païen, le "sanguinolent" et l'impolitesse qui lui seraient associées.

C'est à la fac que j'ai découvert Halloween. A cette soirée, beaucoup d'étrangers, chacun s'était déguisé à sa guise, loin du sanguinolent que l'on voit trop souvent poindre. La soirée fut excellente, Halloween était finalement un prétexte, un thème pour une soirée étudiante.
Aussi, lorsque j'ai proposé Halloween à mes filles, je n'ai pas cherché à suivre un modèle français plus ou moins sanguinolent, il s'agissait d'un thème avant tout avec quelques intérêts...
Ma grande de 3 ans fut ainsi un joli petit chat noir et ma puce de presque onze mois un petit lapin blanc. ;)
Pourquoi si tôt ? Et bien en raison des intérêts pédago-éducatifs d'Halloween, plus particulièrement le 1. ;)

Intérêt 1 : S'amuser tout simplement 


Halloween est une occasion de s'amuser, un moment où on se déguise.
Cependant, il est sans doute plus facile de le percevoir comme une simple occasion de s'amuser lorsqu'on n'est pas croyant. Ici nous avons toujours rebondi sur chaque prétexte donnant lieu à un amusement! Pour nous, Halloween ne représente rien, c'est seulement un prétexte comme l'automne, la fête de la lune, la course après l'âne de St Martin ou toute autre occasion saisie.  ;)

Intérêt 2 : Socialiser


Un reproche régulièrement entendu contre cette fête est l'impolitesse d'enfants qui frappent à la porte et sans saluer, sans remercier, réclament des bonbons.
A titre personnel, j'ai toujours considéré qu'on pouvait frapper aux portes ce soir-là sans être impoli. Par conséquent, les filles ont toujours salué à leur arrivée, au départ et remercié lorsqu'on garnissait leur petit panier.

Halloween offre une occasion pour rencontrer ses voisins, l'occasion de se sourire, d'échanger quelques mots, l'occasion d'un échange inter-générationnel.

Intérêt 3 : Se lâcher


Ici les bonbons ont toujours été limités: quelques proches aux dents fragiles m'ont incitée à être prudente et je ne suis absolument pas convaincue par l'intérêt du sucre à tout va, au contraire.
Halloween, c'est l'occasion de manger des bonbons lorsqu'on est un enfant qui en mange très peu, voire jamais (un enfant peut habitué au sucre demande d'ailleurs rarement des bonbons).
A Halloween, on peut aussi offrir noix, petits gâteaux, etc. C'est finalement une occasion d'être plus gourmand! ☺

De plus, les enfants sont souvent invités à être sages. Certains enfants attendent également beaucoup d'eux-mêmes. Or, un prétexte pour sortir de ce qui se fait ou pas, un prétexte pour se déguiser en "méchant", pour s'autoriser l'imperfection, c'est parfois bien utile, cela permet ainsi d'évacuer certaines tensions internes et de s'apercevoir que, même imparfait, on reste quelqu'un de bien. ;)

Intérêt 4 : Exprimer la peur et jouer avec elle


Chaque enfant connait la peur à un moment ou un autre.
Les enfants hyper-sensibles ont souvent plus peur que les autres, les phobies et inquiétudes ne sont pas rares. 
Des enfants vivent parfois des moments peu évidents, la peur peut alors occuper plus de place encore.

Jouer avec la peur, jouer à avoir peur, c'est être enfin du côté de la peur maitrisée, celle qu'on peut choisir d'arrêter lorsque ça ne va plus (d'où l'importance d'entendre les besoins d'un enfant et de ne pas aller au-delà de ce qu'il est prêt à gérer : une petite histoire effrayante entendue en étant contre ses parents, ce n'est pas la même chose qu'un soi-disant mort vivant qui sort d'un placard).

Jouer à effrayer, c'est enfin être celui qui effraie et non plus celui qui a peur.
Le coeur bat un peu plus vite, les mains sont moites, mais on peut prendre le temps de ressentir l'émotion sans être sur le qui-vive.

Jouer à avoir peur ou effrayer, c'est un moyen de prendre du recul avec la peur. Certaines peurs s'estompent ainsi.

Intérêt 5 : Apprendre


Halloween peut également permettre des apprentissages transversaux :
  • Français : lire et imaginer des histoires de sorcier et sorcière, des histoires pour effrayer ou jouer avec la peur (par exemple monstre dans magie des mots 1 et 2 (à retrouver) ou personnage de roman fantastique ou de thriller dans Magie des mots ados-adultes ici).
  • Géographie : chercher dans quels pays on fête Halloween, les repérer sur la carte, regarder quelle forme prend Halloween dans un ou plusieurs pays.
  • Histoire : quelle est l'origine d'Halloween ?
  • Mathématiques : par exemple compter, mesurer pour un bricolage ou une recette avec de la citrouille.
  • Langues étrangères : mais au fait comment dit-on citrouille en anglais ? Lire, voir ou entendre une histoire en anglais autour des citrouilles et/ou d'Halloween, etc.

Merci d'avoir lu cet article et à très bientôt !

 

Ici, inscription à la newsletter pour ne manquer aucun billet (si le cadre ne s'affiche pas, supprimez addblock le temps de valider) :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Instruction obligatoire dès 3 ans et nouvelle menace pour l'IEF

Proposition 1 : Instruction obligatoire dès 3 ans La mesure est annoncée, des votes sont proposés, la mesure est abandonnée pour être reproposée, non votée, reproposée, pffiou.

Et oui, une fois encore, on nous propose- ah non cette fois on nous promet l'instruction obligatoire dès 3 ans. Un article parmi tant d'autres ici avec la coquille habituelle : confusion "scolarité" et "instruction.
La proposition a été déposée le 6 décembre 2017 (lien ici).
L'annonce est déjà faite, la détermination est affichée : à partir de 2019, tous les enfants de 3 ans et plus seront concernés par l'obligation d'instruction.
A partir de septembre de cette année, une expérience sera déjà tentée hors métropole (plus d'informations là).
A titre indicatif, en 2015/2016, 97,6 % des enfants étaient scolarisés en France (source), seulement 11,9 % des petits de 2 ans, ce qui, selon moi, est une bonne chose. 

Des moyens suivront-ils ?
On nous explique que c'est indispe…

Assocations nationales et Listes locales

 Monde : découpage ensuite par continents, pays et régions :
Carte IEF

Calendrier des rencontres non scos là.
Associations nationales Instruction en famille
Quatre associations nationales, par ordre de création  :
LED'A (site Internet) + LED'A (Les Enfants D'Abord) : groupe Facebook 
CISE (Choisir d'Instruire Son Enfant)
LAIA (Libres d'Apprendre et d'Instruire Autrement)
UNIE

Pour mieux agir ensemble, 3 associations (LED'A, CISE et LAIA) se sont associés à un groupe de réflexion/action, le Collect'IEF.
Ensemble ils se réunissent dans le Collectif Pour la Liberté de l'Instruction  (CPLI)

Depuis quelques années il existe également un portail autour de l'instruction en famille : Le portail de l'IEF

De plus une fédération existe également, elle concerne les enfants sans école et les enfants en école sans contrat EN :  FELICIA : Fédération pour la Liberté du Choix de l'Instruction et des Apprentissages et page ici.

Collectif  L'école est la …

Un sondage pour les familles sans école (clos)

Aujourd'hui je vous propose un sondage réservé aux familles sans école ou qui envisagent de l'être. Attention si CNED réglementé je vous demande de ne pas le compléter. En effet, le CNED réglementé ne subit pas les mêmes contrôles et nécessite l'autorisation de l'inspecteur d'académie. Je pense que pour bien représenter l'instruction en famille (avec le CNED réglementé, il s'agit d'instruction à domicile), pour éviter un nouvel amalgame qui justifierait une fois encore le rognage de droits, il est important d'obtenir un cliché sur l'instruction en famille et les cours par correspondance (CNED libre et autres cours).

L'intérêt de ce sondage est de :
- poursuivre le travail d'information auprès du grand public que je me suis fixé
- casser les préjugés, idées préconçues erronées de certains élus
- fournir un outil pour réagir face aux nouvelles menaces contre l'instruction en famille

Le sondage est à retrouver ici. Les questio…