vendredi 22 juillet 2016

Développer son intelligence émotionnelle

intelligence émotionnelle

Ce matin je vous présente un nouveau projet : un blog ici et une page facebook (lien) pour une même idée : Développer  notre intelligence émotionnelle.

Le livre-déclic 

Intelligence émotionnelle, Daniel Goleman

Présentation éditeur
"Notre destin est-il inscrit dans notre quotient intellectuel ? Pas du tout, si l'on en croit Daniel Goleman, pour qui la notion habituelle d'intelligence néglige un aspect essentiel du comportement humain : nos émotions. Une bonne nouvelle : chacun peut améliorer son intelligence émotionnelle Puisant dans les découvertes récentes de la biologie et de la psychologie, Daniel Goleman analyse les raisons pour lesquelles un QI élevé peut être un handicap et la maîtrise des émotions un atout. Self-control, persévérance, motivation, respect d'autrui, aisance sociale sont quelques-unes des compétences qui définissent cette intelligence " autre " : l'intelligence émotionnelle. A la différence du QI, l'intelligence émotionnelle n'est pas donnée une fois pour toutes. Bien au contraire : chacun de nous peut l'améliorer, pour peu qu'il apprenne à reconnaître et à utiliser l'ensemble de ses émotions..."

Commentaire 
Un livre vraiment passionnant !
Il commence par l'histoire d'un bus, un bus dans lequel les passagers grimpent sans sourire... Le chauffeur, lui, s'anime, il explique qu'ici a lieu une exposition, là un film, que des promotions ont lieu dans tel magasin, il s'égaie, il vit, il éclaire tout ce qui l'entoure et des passagers maussades changent alors leur regard, ils voient ce qui les entoure d'un regard neuf.

Puis l'auteur nous présente la fonction des émotions, les coups d'Etat de certaines d'entre elles, le rôle de notre amygdale qui s'affole, il explique ou rappelle que rien n'est figé et que notre cerveau peut créer de nouvelles connexions, se rééquilibrer.

Intéressant également à une époque où tout le monde semble vouloir exploser les plafonds du quotient intellectuel, où ce sujet revient constamment sur le tapis comme si avoir un QI plus élevé était le gage d'une réussite, Daniel Goleman casse ce mythe. En effet le QI représente seulement 20% de réussite... A quotient intellectuel, ce sont les personnes avec le plus fort quotient émotionnel qui s'en sortent le mieux... A quotient intellectuel différent, celui avec le fort QE a plus de chances d'être bien dans sa peau et son métier, de réussir que celui avec un fort QI. Edifiant, non ?

Ensuite Daniel Goleman évoque les 5 domaines de l'intelligence émotionnelle : la connaissance des émotions, la maitrise de celles-ci, l'auto-motivation, la perception des émotions d'autrui et la maîtrise des relations humaines.

Pour chaque émotion "coup d'Etat" il donne quelques pistes pour mieux les gérer.
Le livre est cependant trop long et dense pour que je détaille toutes les réflexions intéressantes que j'ai pu y trouver.
Je conclurai cependant par ce constat "l'intelligence émotionnelle fait plus cruellement défaut que jamais". Un exemple ? En Amérique 67 % des mariages se terminent par un divorce...

Qu'attendons-nous pour améliorer notre intelligence émotionnelle ?
Et si nous cherchions des ressources en nous pour mieux vivre avec nous-même et les autres ?

4 commentaires:

  1. Bonjour Isa,
    C'est un concept intéressant, mais j'y mettrais un bémol (bien que je n'ai pas lu le livre). C'est que l'on doit apprendre à gérer ses émotions pour utiliser au mieux son QE.Trop d'émotions mal placées peuvent mettre à néant de merveilleux projets.
    Bien cdlmt !
    Martine42

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est justement le principe du livre et l'idée du défi des 100 jours. Avoir un QE important, ce n'est pas être hypersensible, en fait ça n'a visiblement rien à voir et je pense que c'est pour ça aussi que beaucoup de zèbres (avec un fort QI) se trouvent en difficulté parce qu'hypersensibles ils peinent à gérer leurs émotions.
      Développer son QE, c'est apprendre à mieux les gérer.
      De plus si l'empathie est fréquemment associée à l'hypersensibilité, il s'agit encore de savoir comment réagir avec cette empathie, comment ne pas se laisser envahir. En clair il s'agit d'apprendre à être présent à l'autre sans se laisser absorber par les émotions de celui-ci quelle que soit la forme d'absorption que cela prenne.
      Bonne soirée !

      Supprimer
  2. Il faut dire qu'avec la vitesse avec laquelle on reçoit les nouvelles où que l'on se trouve dans le monde il faut essayer de rester dans le moment présent. Ce n'est pas facile avec tout ce qu'on entend ces dernières années :-( Il faut travailler à notre paix intérieure :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui paix intérieure et paix entre les hommes :) La violence visiblement ne résout rien... Il est peut-être impossible d'éradiquer cette violence, mais on peut tâcher de construire un monde meilleur autour de nous, changer notre regard.

      Supprimer