vendredi 24 juin 2016

La dyspraxie au quotidien : s'habiller et se laver

dyspraxie au quotidien

Troisième et dernier billet de la série "Dyspraxie au quotidien" (le premier est à retrouver , le second est ici), les actions évoquées ci-dessous dépendent des difficultés praxiques rencontrées. Certains dys ne seront donc gênés par celles-ci.

S'habiller


 Avec un enfant dyspraxique à vous les défilés de mode improbables !
Lorsque l'enfant parviendra à attacher ses boutons, "lundi" sera boutonné avec "mardi" tandis que le devant du tee-shirt sera probablement mis à l'arrière.
Le tout petit apprend à s'habiller jour après jour et tâtonne lui aussi.
L'enfant dyspraxique a besoin de plus de temps encore et même grand il lui arrive encore d'inverser le sens des vêtements. Longtemps il peinera à attacher ses boutons, remonter sa fermeture éclair, plus encore à enfiler ses chaussettes ou ses chaussures et à faire ses lacets.


  • Si votre enfant vous dit qu'il veut s'habiller seul alors que manifestement c'est problématique pour lui, laissez-le faire. Il est dyspraxique, pas incapable. Et puis au fil du temps les progrès suivront. 
  • En revanche simplifiez lui la tâche : ajouter des points de couleur ou des petits dessin pour mieux repérer le devant du derrière des vêtements, toujours le même point ou dessin. 
  • Pour les chaussures ajoutez un point de couleur dans celles-ci du côté intérieur du pied. Posées l'une à côté de l'autre les deux points se frôlent.  Ainsi l'enfant n'a pas à chercher dans quel sens elles s'enfilent car si vous lui demandez de regarder le grand et le petit côté, ce sera hermétique pour lui. L'astuce des points lui permet d'accéder à l'autonomie qu'il demande. 
  • Encouragez le à enfiler seul ses chaussures et chaussettes mais ne le laissez pas se décourager. Si les larmes pointent, proposez-lui votre aide ou répondez à son appel. Peu importe qu'il ait 8 ou 9 ans, il n'y parvient pas!
  • Même chose pour les lacets. A un moment donné il parviendra à faire les lacets sans avoir enfilé ses chaussures,  mais il est probable que ça restera compliqué lorsqu'il les a sur lui. Encouragez-le à tenter, cependant là encore n'insistez pas et répondez à sa demande. Ne vous inquiétez pas, il a besoin de plus de temps mais avec votre patience et votre soutien, il y parviendra même si c'est à 13 ou 14 ans ou plus tard. 
  • Pour l'ordre des vêtements à enfiler, préparez la pile des vêtements dans l'ordre: premier vêtement à mettre en haut et ainsi de suite. Préparez avec lui cette pile afin qu'au fil du temps il soit capable de le faire seul. Des pictogrammes affichés à côté de sa penderie peuvent lui rappeler l'ordre des vêtements.

Se laver


Se laver le visage et le corps, se laver les dents et les cheveux, c'est difficile.
Se démêler les cheveux, également.
Aller aux toilettes et s'essuyer, aussi.
  • Concernant les toilettes, il sera nécessaire de l'aider à s'essuyer pendant quelques années supplémentaires. Commentez ce que vous faites afin qu'il puisse retenir les gestes nécessaires, puis encouragez-le à vous expliquer à son tour afin qu'il oralise ses actions et ainsi puisse automatiser les gestes. 
  • Même chose pour le lavage du visage et du corps. Peu importe qu'il mette de l'eau partout, il finira par ne plus transformer la salle de bain en piscine. Avec patience apprenez lui à doser l'ouverture du robinet. Des pictogrammes peuvent aussi être affichés afin de lui indiquer l'ordre des actions à réaliser. Choisissez des produits faciles à ouvrir et pas trop lourds afin qu'il ne cumule pas les difficultés avec des systèmes d'ouverture/fermeture compliqués pour lui. 
  • Ajoutez un petit marche-pied devant le lavabo afin qu'il accède facilement aux objets et robinets.  
  • Le lavage de dents ne sera pas efficace pendant longtemps mais il arrivera un moment (parfois très tôt) où il voudra se laver les dents seul ! N'hésitez pas à vous laver les dents en même temps que lui, à commenter vos gestes, à amplifier le lavage des dents avec des "grimaces de singe". Faites des concours, de petits jeux. 
  • Une coupe courte simplifie lavage et brossage, mais il serait dommage de se priver de cheveux de sirène parce qu'on est dyspraxique. Toutefois, pendant longtemps, l'enfant et l'adolescent auront besoin que vous vous assuriez que les cheveux longs ont bien été rincés sous risque que des nids de shampoing ne soient formés dans la chevelure de votre Raiponce. Rappelez-lui que peu de shampoing est nécessaire et montrez-lui régulièrement les gestes à effectuer. Un démêlant peut également permettre de limiter les noeuds et ainsi faciliter l'auto-démêlage.
Que ce soit pour se laver ou pour s'habiller, veillez à ne jamais décourager votre enfant et plus encore votre ado ! Ce n'est pas parce que c'est difficile que c'est impossible, il a besoin de temps, parfois d'aide mais il a aussi le droit de se tromper, de recommencer et de progresser à son rythme. 
Tenaces, les dyspraxiques sont fantastiques ! ☺ 


Ce billet conclut mes articles sur la dyspraxie au quotidien.


4 commentaires:

  1. Merci pour cette série qui m'ouvre à un monde totalement inconnu et surtout insoupçonné. La réalité dys ne m'est en effet absolument pas familière et je réalise que cette ignorance peut conduire à alourdir encore le poids qui pèse sur les épaules des personnes concernées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton intérêt Gwen ! Il n'est pas possible de deviner en ne vivant pas la même chose mais poser les yeux sur les difficultés rencontrées permet de mieux réaliser et être plus patient ou s'adapter. Bon week-end !

      Supprimer
    2. Oui c'est tout à fait ça ! Avant de te lire ma notion de dys- était réduite à "pseudo dyslexie induite par l'utilisation de la méthode globale"....et ça n'allait pas plus loin !

      Supprimer
    3. En fait on peut être dyslexique et pas dyspraxique et dyspraxique et pas dyslexique. :) Et puis il y a ce que j'appelle de fausses dyslexies dans le sens où les difficultés sont réelles mais les causes différentes parce qu'une personne dyslexique avec une méthode adaptée reste dyslexique alors qu'une personne non dys n'aura plus de difficultés.

      Supprimer