mercredi 22 juin 2016

La dyspraxie au quotidien : marcher

Dyspraxie

Comme je l'explique ici la dyspraxie est un trouble durable qui peut revêtir bien des formes.
Parmi ces formes le degré de dyspraxie peut être plus ou moins important, altérant ainsi plus ou moins le quotidien de la personne concernée.
Les exemples ci-dessous ne concerneront donc pas tous les dyspraxiques.

Aujourd'hui je vous propose de découvrir comment peut se dérouler quotidien d'une personne dyspraxique et comment il est possible de l'aider.
Pour rappel la dyspraxie est une difficulté de planifier, coordonner et automatiser des gestes.

Les chutes d'une personne dyspraxique



Réalité d'un dyspraxique

Une personne dyspraxique peut facilement tomber.
Lorsqu'on ignore cette réalité, on dit de nous que nous sommes maladroits, que nous ne prêtons pas attention où nous mettons les pieds.
La réalité est différente : il faut constamment prêter attention à ce qu'on fait, une seule inattention et la chute menace avec les difficultés pouvant en résulter (entorse, foulure, fracture). Parfois c'est très drôle (autant rire de soi), parfois ça ne l'est pas.
Lorsqu'on est fatigué(e) on tombe plus souvent, comme si tout à coup nos pieds s'emmêlaient.
Observez votre enfant dyspraxique : vous constaterez tout à coup qu'il slalome, que sa marche est plus hésitante comme si le bout de ses pieds butait sur un obstacle imaginaire.

Mais alors comment aider un dyspraxique à mieux marcher? Comment vous adapter? 

En prenant le temps de poser les pieds, en s'assurant visuellement du lieu sur lequel le pied sera posé car il sera plus difficile (que pour une personne normale) de rééquilibrer la cheville si celui-ci n'est pas stable.
De petits exercices permettent également de mieux placer son pied, il s'agit par exemple de :
  • jouer à aller d'un carreau (carrelage) à l'autre
  • réaliser un circuit sensoriel (différents objets sont posés au sol, par exemple une planche de bois suivie d'un large carton suivi d'une couverture plate et stable, suivie d'un carreau de carrelage, etc.)
  • marcher sur une planche posée au sol
  • marcher sur une ligne 
  • apprendre à bien poser son pied : d'abord le talon puis bien dérouler le pied pour poser l'avant du pied, les orteils (pieds nus).
  • utiliser une planche d'équilibre (image), choisissez la de qualité (la mienne a coûté environ 30 euros), il faut qu'elle puisse vous aider à vous stabiliser non pas qu'elle vous donne le mal de mer. Au début à utiliser en se tenant au mur avec les deux mains, puis une main puis à proximité du mur sans se tenir. 
  • marcher sur la pointe des pieds
  • marcher en faisant des pas de géant
  • si l'enfant/la personne dyspraxique le supporte : massage des pieds afin de l'aider à prendre conscience des différentes parties de celui-ci.
  • bain de pied (avec ou sans sel) pour détendre les pieds mais aussi parce que l'eau permet une autre conscience du pied et des mouvements de celui-ci.
Dans tous les cas faites prendre conscience des différents mouvements effectués, n'hésitez pas à raconter/à vous raconter ce que vous faites.
N'hésitez pas à pratiquer avec l'enfant et surtout n'insistez pas. Il est important de lui expliquer pourquoi ces exercices l'aideront s'il est découragé mais plus encore d'en faire un jeu.  Si un exercice ne lui plait pas, proposez-en un autre.

Lorsque la fatigue est présente ayez conscience que c'est plus difficile, redoublez d'auto-vigilance, ce n'est pas le moment de vous/lui lancer des défis physiques, prenez le temps de vous arrêter de marcher pour penser aux gestes à réaliser, le temps de souffler.

Pour les petits la poussette pourra être longtemps utilisée, l'enfant très dyspraxique éprouve des  difficultés à marcher comme un enfant de son âge. Il aura besoin d'être porté (idéal pour travailler les biscottos ;)) ou poussé parfois jusqu'à 6 ans ou au-delà...
Plus grand un bâton de marche est très utile pour apprécier les longues randonnées! On peut être dyspraxique et aimer randonner. ☺

D'autres billets pour les différentes difficultés au quotidien seront réalisés. 

2 commentaires:

  1. Géniale cette idée d'articles sur la dyspraxie ! merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre retour. Bon week-end ! :)

      Supprimer