jeudi 23 juin 2016

La dyspraxie au quotidien : manger et boire

Dyspraxie : manger

Second article de la série "Dyspraxie au quotidien" (le premier est à retrouver là), les actions évoquées ci-dessous dépendent des difficultés praxiques rencontrées. Certains dys ne seront donc gênés par celles-ci.

Manger lorsqu'on est dyspraxique



Spontanément l'enfant dyspraxique préfère l'utilisation de ses mains.
Parfois c'est un véritable clown qui en rajoute dans sa maladresse quotidienne et après avoir constaté que ses cheveux sont immaculés de purée, il décide de peinturlurer ses oreilles !
Chaque bébé peut manger d'une manière peu académique, l'enfant dyspraxique sera beaucoup plus long à en mettre partout...
  • Sous sa chaise, une nappe en plastique permettra de limiter les nettoyages après chaque repas.  
  • Un chien sera un parfait aspirateur de service.  ;)
  • Laissez-le utiliser les mains tant que les gestes ne sont pas automatisés. Placez simplement à côté de son assiette des couverts adaptés.
  • Choisissez une assiette à sa taille et stable. Elle doit être relativement lourde pour ne pas se renverser au moindre mouvement. Si l'enfant passe son temps à renverser une assiette inadaptée il risque de perdre confiance en lui et de s'agacer, ce qui retardera le moment où il pourra manger sans que la table ne ressemble à un champ de bataille.
  • L'enfant mangera longtemps la bouche ouverte et souvent bruyamment. Tâchez de ne pas vous énerver, il est compliqué pour lui de penser à manger et à fermer la bouche en même temps, laissez-le faire tout en mangeant vous-même la bouche fermée face à lui. De temps en temps dites-lui qu'il est plus agréable pour le voisin de manger la bouche fermée et les jours où les larmes grimpent dans ses yeux parce qu'il n'y parvient pas, mangez la bouche grande ouverte en faisant un concours d'ogres ! Au fil du temps il apprendra à manger sans ouvrir la bouche. ☺
  • De petits couverts pas trop lourds seront plus faciles à manipuler, attention qu'ils ne soient cependant pas trop légers car l'enfant pourrait alors éprouver de la peine à les "sentir" dans sa main. Certains couverts destinés aux enfants ont des "tailles resserrées", ils sont très utiles pour nos petits dysfantastiques. Une cuillère ergonomique ni trop lourde ni trop légère est un allié précieux pour l'enfant qui peine à maîtriser son geste. 
  • La fourchette est généralement utilisée dans un second temps car il faut en plus piquer, l'action est donc plus difficile. Là aussi optez pour des fourchettes de petite taille mais pas trop légères et au manche adapté pour guider ses mains.
  • Se servir du couteau est plus complexe encore et l'enfant y parvient avec difficulté jusqu'à une dizaine d'années. Plus grand encore certains aliments sont difficiles à couper, il aura longtemps besoin d'aide en particulier pour la viande ou les aliments durs, laissez-le se servir de ses mains s'il préfère. Une planche à découper peut être placée sous le pain afin d'éviter les changements fréquents de nappe.
  • Ne lui dites pas qu'il ne peut pas, encouragez-le en lui montrant le geste ou en lui expliquant.
  • Surtout encouragez-le à prendre son temps ! Les progrès seront là, un geste après l'autre, et un jour il sera heureux de manger à la fourchette et en coupant lui-même ses aliments ! 
  • Même grand un moment d'inattention et la personne dyspraxique se mordra... Aphtes et autres petites ulcérations sont des compagnons fréquents pour l'enfant et l'adolescent, au fil du temps ils s'éloigneront cependant. Evitez de discuter sur un point important au moment où il mange afin qu'il ne cumule pas une double attention. Là encore le temps sera son allié et si les difficultés persistent puisque le dyspraxique reste dyspraxique, il arrivera un moment où de l'extérieur vous aurez l'impression que les difficultés n'existent plus ! ☺Heureusement même imparfaits des automatismes finissent par être acquis. 
Boire quand on est dyspraxique

 Boire lorsqu'on est dyspraxique

  •  L'enfant a longtemps besoin de téter car boire au verre s'avère difficile. Vous compterez de nombreux verres renversés... Investissez dans un verre à poignée plus facile à saisir pour l'enfant dyspraxique. Là encore il conviendra que le verre ne soit ni trop lourd ni trop léger ! Un verre léger est facile à renverser. 
  • L'enfant aura tendance à laisser son verre à côté de sa main dominante, repoussez le verre en haut de l'assiette ou rappelez-lui de le faire à moins d'envisager les championnats de lancer de verre. 
  • En buvant plus encore qu'en mangeant, l'enfant dyspraxique même grand connait des fausses routes... Encouragez-le à respirer calmement, conseillez-lui de prendre le temps de boire, de manger. Pour vous ces gestes semblent faciles, ils ne le sont pas pour lui. Et si ces fausses routes n'ont en principe aucune conséquence, elles peuvent devenir dangereuses avec certains aliments. Restez calme, soyez vigilant lorsqu'il est petit et au fil du temps il apprendra à gérer seul. Ne le grondez pas, il n'y est pour rien. Il doit constamment penser à ce qu'il fait même si cette pensée n'est pas toujours consciente.
  • Concernant les bouteilles d'eau, pensez à ne pas les serrer trop fort ou bien il peinera à les ouvrir. Ce geste de vissage/dévissage est loin d'être évident pour lui; si en plus il doit redoubler d'efforts, il risque de se décourager. 
 Chaque petit progrès est important. Un enfant dyspraxique progresse moins vite et il est important de toujours l'encourager, non pas par des "bravos" intempestifs mais par un regard, par une attitude montrant qu'on sait qu'il finira par y parvenir.
C'est ainsi que malgré ses difficultés son estime personnelle grandira, c'est également ainsi qu'il parviendra petit à petit à manger et boire sans que ce soit un défi ou une oeuvre d'art permanente .  ;)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire