jeudi 19 mai 2016

Anne Lenner, Cahin-caha



Présentation :
" Parfois, je me figure que je suis comme les dodos. Les dodos ont tous disparu : trop lourds pour voler, ils ont tous terminé en brochettes. Pourtant, ça ne m'empêche pas de me sentir comme eux : un handicap, c'est comme une limite de vitesse imposée qui vous condamne à vie à rouler au pas et à tousser dans le sillage des autres. Dans le grand derby de la vie, comme canasson, je ne vaux pas un bourrin : j'ai l'air d'avoir douze ans alors que j'en affiche cinq de plus au compteur et déplié, je culmine péniblement à un mètre cinquante-six. De là à dire que les perspectives d'avenir d'un handicapado ont de quoi flanquer la frousse à n'importe quel clampin... "

Commentaire après lecture :


Un vrai coup de coeur pour ce roman ! ♥
Cette auteure a su m'entraîner avec elle, ainsi j'ai apprécié son style fluide et alerte, son écriture ciselée et pourtant simple, sa recherche d'images percutantes sans glisser dans le délayage de style. Non seulement Anne Lenner sait manier la forme, mais elle excelle également dans le fond. Pas un moment d'ennui, pas un de décrochage quelconque. Ce récit nous plonge dans le quotidien d'un jeune garçon gravement malade, nous en montrant certains avantages possibles (échapper aux corvées) et des aspects plus tabous comme des besoins primaires.
Page après page, l'histoire du jeune narrateur nous saisit à la gorge et pourtant il parvient à nous faire rire et parfois même à nous agacer ! Nous éprouvons de la pitié, de la compassion, de la tristesse et surtout de la tendresse... Ce roman n'est pas une histoire où tout finit bien, les cartes sont tirées dès le début, on peut difficilement attendre un miracle et pourtant... Un roman à découvrir, vraiment.

Extraits :
"Alors j'ai haussé les épaules et on s'est rendus cahin-caha, roulant-marchant au cours de maths. De toute façon les mauvaises nouvelles savent toujours où vous trouver."

"Mais là aussi il y avait le risque de se rater et de se retrouver encore plus potent qu'avant, plâtré comme une momie et la figure à l'envers. Non que je tienne à mon physique de beau gosse, mais je voulais mettre un point d'orgue à ma vie, pas la changer en remake d'Elephant Man."

"Après une nuit agitée où je n'ai pas arrêté de fuir des globes oculaires qui me couraient après de tous leurs cils de mille-pattes, Paul nous a embarqués dans sa fourgonnette.
"

3 commentaires:

  1. J'aime beaucoup le style de l'auteur et ce, simplement en parcourant les extraits dont tu nous fait profiter.
    Le handicap et la maladie sont rarement abordés sous la forme de romans, on a souvent droit à des témoignages. C'est donc plutôt bien de pouvoir prendre de la distance par rapport au personnage et à la tristesse du sujet en se disant que malgré tout...ce n'est qu'une histoire !

    Valérie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le style de cet auteur est un régal pour les amateurs de jeux de mots.
      Quant à l'histoire qui est décrite, elle aide à relativiser nos petits soucis...
      Bonne journée !

      Supprimer
  2. ..."tu nous fais profiter...".
    Valérie

    RépondreSupprimer