mardi 12 avril 2016

Shan Sa, Les Quatre vies du saule

Présentation :

"En Chine, le saule pleureur symbolise la mort et la renaissance. Faut-il croire qu'une branche de saule puisse devenir une femme condamnée à poursuivre l'amour de siècle en siècle ? D'un Pékin bruissant dans les songes et la poussière aux silences de la Cité interdite, de l'ère des courtisanes vêtues de soie à la Révolution culturelle, des steppes où galopent les Tartares aux rizières qu'arrose le sang des gardes rouges, deux êtres se cherchent et se perdent. Tout les sépare. Toutes les tragédies d'un peuple ancien. Dans ce tumulte, il faudrait un miracle pour les réunir... Roman d'amour ? Oui. Mais ce roman lyrique est aussi une traversée de la Chine éternelle. C'est une fable qui a parfois le goût du thé amer."

Pourquoi je l'ai apprécié ?


C'est sur le blog d'Irrégulière que j'ai découvert un billet m'encourageant à cette lecture (ici).
Aussitôt, j'ai pensé à un ancien conte japonais, "Saule vert" où une femme-saule s'éprend d'un homme et devient son épouse. Puis son corps d'arbre étant détruit, elle disparaît ... Son époux deviendra à son tour arbre pour la rejoindre...Une autre version est disponible là.

C'est en effet le même type d'histoire d'amour que l'on retrouve dans les quatre vies d'une femme saule. Dans la première, elle devient  aimée, "fidèle servante" (ce qui a le don de faire bondir la féministe qui est en moi, mais évoque avant tout une culture et une époque différentes...) et épouse abandonnée. Devenue soeur jumelle dans une autre existence, elle retrouve son aimé- frère-double (comme les deux saules du premier récit d'ailleurs) qui lui inflige régulièrement des brimades. Là encore, on peut découvrir de quelle manière un garçon et une fille pouvaient être éduqués de manière différente. Cependant, cette femme est résolument moderne et choisit son destin... La troisième vie offre à nouveau une histoire d'amour. Celle-ci reste toutefois platonique et la jeune femme devient même responsable de tortures infligées à son âme soeur... Enfin, elle fuit son corps pour devenir épouse du fils d'une impératrice céleste et revenir sur Terre...

Avec ce roman, on retrouve avec plaisir l'atmosphère des contes asiatiques. C'est avec cet état d'esprit qu'il sera vraiment possible d'apprécier les différentes vies de Saule. En ce qui me concerne, si trois histoires sur quatre m'ont diverties sans faire battre mon coeur ou m'arracher un soupir de pâmoison devant le style incontournable de l'auteur, j'ai particulièrement apprécié la troisième histoire. Celle-ci se situe au moment de la révolution culturelle sous Mao Zédong. L'enthousiasme et  l'inconscience des jeunes y sont parfaitement dépeints ainsi que les raisons qui les ont attirés vers cette révolution jusqu'au moment où la désillusion s'empare d'eux, où les rôles s'inversent et où ceux qui infligeaient des châtiments en deviennent victimes, qu'ils soient coupables ou non... Et malgré la douleur, la trahison, l'amour encore... jusqu'au bout...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire