Accéder au contenu principal

Raymond Devos, Sens dessus-dessous

raymond devos

Quatrième de couverture

Dans les soixante-quinze sketches publiés dans ce livre alternent monologues, textes à deux ou plusieurs personnages. Ces sketches, Raymond Devos
- les anime généralement sur scène mais chacun est une remarquable réussite d'écriture. On peut lire les sketches de Devos et beaucoup rire, même sans le voir
- les jouer. Privilège réservé seulement aux plus grands auteurs comiques. Raymond Devos en fait partie et Sens-dessus dessous en apporte la preuve éclatante.

Commentaire après lecture :


Un excellent moment pour les amateurs de jeux de mots, mais pas seulement : certains sketchs peuvent facilement être appréciés par des enfants. :)

Le visage en feu :

"J'arrive à un carrefour, le feu était au rouge.
Il n'y avait pas de voitures,
je passe !
Seulement, il y avait
un agent qui faisait le guet...
Il me siffle.
Il me dit :
- Vous êtes passé au rouge !
- Oui ! Il n'y avait pas de voitures !
- Ce n'est pas une raison ! "
Je dis :
- "Ah si ! Quelquefois, le feu est au vert...
Il y a des voitures et...
je ne peux pas passer !"
Stupeur de l'agent ! Il est devenu tout rouge.
Je lui dis :
- "Vous avez le visage en feu !"
Il est devenu tout vert !
Alors, je suis passé !"

Jeux de mains :
 Un jour, dans un salon... je bavardais... avec des gens.
J'avais les deux mains dans mes poches, et tout à coup... alors que j'avais toujours les deux mains dans mes poches... je me suis surpris en train de me gratter l'oreille.
Là, j'ai eu un moment d'angoisse. Je me suis dit :
"Raisonnons calmement... De deux choses l'une :
- Ou j'ai une main de trop... et alors j'aurais dû m'en apercevoir plus tôt...
- ou il y en a une qui ne m'appartient pas !"
Je compte discrètement mes mains sur mes doigts... et je constate que le monsieur qui était à côtè de moi, et qui apparemment avait les deux mains dans ses poches, en avait glissé une dans la mienne par inadvertance...
Que faire ? Je ne pouvais tout de même pas lui dire : - Monsieur ! Retirez votre main de ma poche !...
Ça ne se fait pas !
Je me suis dit : "Il n'y a qu'une chose à faire, c'est de lui gratter l'oreille. Il va bien voir qu'il se passe quelque chose d'insolite."
Je lui gratte l'oreille... et je l'endends qui murmure : - Raisonnons calmement ! De deux choses l'une :
- Ou j'ai une main de trop... et alors j'aurais dû m'en apercevoir plus tôt...
- ou il y en a une qui ne m'appartient pas !
Et il a fait ce que j'avais fait. Il a sorti sa main de ma poche... et il s'est mis à me gratter la jambe !
Que faire ? Je ne pouvais tout de même pas lui dire : - Monsieur ! Cessez de me gratter la jambe !
Il m'aurait répondu : - Vous me grattez bien l'oreille, vous !
Et il aurait eu raison... Et puis, ça ne se fait pas !
Et, subitement, j'ai réalisé que ma poche était vide puisq'il en avait retiré sa main.
Je pouvais donc y remettre la mienne !
Lui remettrait la sienne dans sa poche, et chacun y trouverait son compte.
Je retire ma main de son oreille... que je n'avais plus aucune raison de gratter... ça ne se justifiait plus... !
Et comme je m'apprêtais à la glisser dans ma poche, il retire sa main de ma jambe... et la remet dans ma poche à moi !
Ah ! l'entêté ! De plus, moi, j'avais une main qui restait en suspens !
Hé !... où la mettre ? C'est qu'une main, ça ne se place pas comme ça ! Ah ! j'ai dit : Tant pis !...
Et je l'ai fourrée dans sa poche à lui !
Il est certain que, momentanément, cela équilibrait les choses !
Mais !... et c'est ce que je me suis dit :
"Tout à l'heure... quand on va se séparer... il va se passer quelque chose !"
Eh bien, mesdames et messieurs, il ne s'est rien passé. Il est parti avec ma main dans sa poche !
Alors moi... j'ai couru derrière, je l'ai rattrapé, je l'ai insulté, il m'a insulté... et, petit à petit, on en est venus aux mains !
Quand il a sorti ma main de sa poche, je l'ai récupérée au passage, et je lui ai flanqué la sienne à travers la figure en lui disant :
- Monsieur ! Nous sommes quittes !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Instruction obligatoire dès 3 ans et nouvelle menace pour l'IEF

Proposition 1 : Instruction obligatoire dès 3 ans La mesure est annoncée, des votes sont proposés, la mesure est abandonnée pour être reproposée, non votée, reproposée, pffiou.

Et oui, une fois encore, on nous propose- ah non cette fois on nous promet l'instruction obligatoire dès 3 ans. Un article parmi tant d'autres ici avec la coquille habituelle : confusion "scolarité" et "instruction.
La proposition a été déposée le 6 décembre 2017 (lien ici).
L'annonce est déjà faite, la détermination est affichée : à partir de 2019, tous les enfants de 3 ans et plus seront concernés par l'obligation d'instruction.
A partir de septembre de cette année, une expérience sera déjà tentée hors métropole (plus d'informations là).
A titre indicatif, en 2015/2016, 97,6 % des enfants étaient scolarisés en France (source), seulement 11,9 % des petits de 2 ans, ce qui, selon moi, est une bonne chose. 

Des moyens suivront-ils ?
On nous explique que c'est indispe…

Assocations nationales et Listes locales

 Monde : découpage ensuite par continents, pays et régions :
Carte IEF

Calendrier des rencontres non scos là.
Associations nationales Instruction en famille
Quatre associations nationales, par ordre de création  :
LED'A (site Internet) + LED'A (Les Enfants D'Abord) : groupe Facebook 
CISE (Choisir d'Instruire Son Enfant)
LAIA (Libres d'Apprendre et d'Instruire Autrement)
UNIE

Pour mieux agir ensemble, 3 associations (LED'A, CISE et LAIA) se sont associés à un groupe de réflexion/action, le Collect'IEF.
Ensemble ils se réunissent dans le Collectif Pour la Liberté de l'Instruction  (CPLI)

Depuis quelques années il existe également un portail autour de l'instruction en famille : Le portail de l'IEF

De plus une fédération existe également, elle concerne les enfants sans école et les enfants en école sans contrat EN :  FELICIA : Fédération pour la Liberté du Choix de l'Instruction et des Apprentissages et page ici.

Collectif  L'école est la …

Un sondage pour les familles sans école (clos)

Aujourd'hui je vous propose un sondage réservé aux familles sans école ou qui envisagent de l'être. Attention si CNED réglementé je vous demande de ne pas le compléter. En effet, le CNED réglementé ne subit pas les mêmes contrôles et nécessite l'autorisation de l'inspecteur d'académie. Je pense que pour bien représenter l'instruction en famille (avec le CNED réglementé, il s'agit d'instruction à domicile), pour éviter un nouvel amalgame qui justifierait une fois encore le rognage de droits, il est important d'obtenir un cliché sur l'instruction en famille et les cours par correspondance (CNED libre et autres cours).

L'intérêt de ce sondage est de :
- poursuivre le travail d'information auprès du grand public que je me suis fixé
- casser les préjugés, idées préconçues erronées de certains élus
- fournir un outil pour réagir face aux nouvelles menaces contre l'instruction en famille

Le sondage est à retrouver ici. Les questio…