mardi 12 avril 2016

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchure de patates par Mary Ann Shaffer et Annie Barrows

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates
Présentation :
Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d'un inconnu, un natif de l'île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis ? Un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d'un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d'une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates...). Juliet est conquise. Peu à peu, elle élargit sa correspondance avec plusieurs membres du Cercle. Jusqu'au jour où elle comprend qu'elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman et se rend à Guernesey. Ce qu'elle va trouver là-bas changera sa vie à jamais.

 Commentaire:


J'ai accueilli les premières pages de ce roman épistolaire avec plaisir, mais sans passion. Malgré tout, j'avais hâte de connaître la suite. Et puis, après une centaine de pages, j'ai éprouvé un moment d'ennui et j'ai hésité à le refermer... Quel dommage cela aurait été ! En effet, j'avais été agacée par l'histoire romanesque de la jeune femme moderne, décontractée et amusante avec un homme de papier glacé (physique parfait, romantisme, homme sûr de lui... un peu trop d'ailleurs, par conséquent homme  autoritaire), par les amitiés indestructibles un peu trop facilement nouées. Le succès de cet ouvrage a été une des raisons qui m'ont conduite à poursuivre ma lecture, mais également une tendresse pour les personnages. Et puis surtout, je souhaitais connaître l'histoire de l'île de Guernesey durant la seconde guerre mondiale et le fait que l'auteur introduise ici et là tendresse et petits moments d'humour allégeait cette découverte et permettait de reprendre son souffle entre deux évènements tragiques. Finalement, c'est cette Histoire qui mérite réellement le détour, cette Histoire semée ici et là au coeur des anecdotes parfois touchantes ou hilarantes (j'ai ainsi beaucoup aimé lorsqu'enfant, Elizabeth vendit un bateau qu'elle n'avait pas à son ami, que celui-ci coula et qu'elle annonça sérieusement qu'il faudrait en voler un) ; Histoire ne cherchant pas à nier les responsabilités des uns, ni à proposer un manichéisme trop souvent présent dans certains ouvrages. Au contraire, chaque personnage est terriblement humain...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire