vendredi 8 avril 2016

Donner l'envie d'écrire



envie d'écrire

Au sommaire :
Ecrire peut être un bonheur ou une corvée
Pourquoi écrire ?
Prendre plaisir à écrire
Ecrire pour les examens

  

Ecrire peut être un bonheur ou une corvée...

Trop souvent l'écriture devient synonyme de corvée, voir même de souffrance...
Pourtant 1 français sur 3 écrit ou exprime un désir plus ou moins secret d'écrire, l'enthousiasme de nos enfants n'est peut-être pas si difficile à rechercher...

enfant qui  ne veut pas écrire

Pourquoi écrire ?


Si l'enfant ou l'adolescent doit écrire parce qu'une consigne l'impose, parce qu'un adulte l'exige, il pourra se plier à l'exercice par souci de plaire ou parce que finalement le texte lui convient, mais il pourra aussi éprouver du dégoût face à l'exercice proposé...
Pourquoi s'exprimer sur un sujet qui ne nous intéresse pas ? 
Pourquoi écrire quand on sait qu'on sera évalué, jugé ? Quand on sait qu'il y aura des commentaires négatifs sur l'orthographe, sur le contenu ?
L'acte d'écriture est toujours un acte un peu intime. Quoi qu'on rédige, on met de soi dans les mots qui s'étirent les uns après les autres. Comment ne pas être touché lorsque l'autre juge ? Comment aimer écrire lorsqu'on offre et qu'on se sent repoussé dans son mode d'expression ?

Pourtant le petit enfant souhaite très souvent plaire à l'adulte alors, souvent, il se prête de bon coeur aux exercices imposés, exercices qui deviendront de plus en plus difficiles au fil du temps s'il est en difficulté, si le regard porté sur ses écrits est jugeant ou si les attentes sont trop grandes...
Un jour l'enfant ou l'ado s'exclame alors qu'il "déteste écrire !"

Dans la suite de mon billet, je vais donc vous proposer une écriture différente, une écriture bonheur.

écrire avec plaisir

Prendre plaisir à écrire

  • Conseil 1 : Pas d'exigence, pas d'attente

Si vous souhaitez réconcilier ou entretenir le bonheur d'écrire, n'exigez pas tel ou tel thème, laissez l'enfant libre de s'exprimer et/ou proposez sans imposer.
Ne rien attendre n'est pas toujours facile et même moi après des années de pratique "écriture bonheur" il m'arrive parfois d'espérer un texte particulier alors je lutte contre cette attente : mes filles ou les enfants que j'accompagne n'écrivent pas pour moi, ils écrivent pour eux.

  • Conseil 2 : Ecrire n'importe où et avec n'importe quoi  ! 

 N'imposez pas un lieu à un enfant, laissez-le libre d'écrire sur le sol, le canapé, les pieds en l'air, sur la balançoire, avec un crayon, avec une craie, avec un pinceau, avec des feuilles.
Peu importe l'outil et la position, c'est en se sentant libre dans son corps, dans ses mouvements que l'enfant libère son imaginaire !

  • Conseil 3 : Ecrivez vous aussi !

Pourquoi ne pas vous libérer ? En écrivant des mots doux à vos enfants, des petits mots sur le réfrigérateur ou des mots à glisser sous l'oreiller.
Et pourquoi pas en écrivant pour vous ? Un journal, de petites histoires. Ne vous découragez pas : devenir un véritable auteur (livre travaillé, reconnaissance) est très difficile, ce n'est pas ce que je vous propose même si bien sûr vous pouvez aussi écrire et travailler dans ce sens.
Cependant créer est libérateur ! De mon côté je sais que je ne serai jamais une excellente dessinatrice, mon crayon s'est pourtant affiné au fil du temps et je prends un immense plaisir à dessiner, pourquoi vous priver d'écrire si vous aimez cela ?
Ce sera un bonheur pour vous et une formidable incitation au bonheur d'écrire pour votre enfant. En voyant votre visage passionné ou détendu sur un texte de votre choix, votre enfant sera intrigué et il ne serait pas surprenant que lui aussi cherche à écrire...

  • Conseil 4 : Ecrire en s'amusant

Ci-dessous quelques pistes à proposer à vos enfants, toutes ne l'intéresseront pas. Par exemple un certain nombre d'enfants adorent les lapbooks tandis qu'aucune de mes filles n'a jamais apprécié ce support. Si une idée ne plait pas à votre enfant, passez à la suivante, n'hésitez pas également à créer avec lui. De plus vous pourrez re-proposer une activité qui n'a pas plus à un moment M et plaira peut-être plus tard.
- Echanger avec un correspondant (quelques groupes ici, vous pouvez aussi poster une annonce sur les groupes non scos locaux ou nationaux).
- Ecrire un journal pour ses proches ou pour échanger avec d'autres (rubrique Freinet sur le blog avec présentation d'un journal échanges).
- Ecrire un guide/carnet de voyage pour présenter un voyage réel ou virtuel (liste des voyages virtuels sur le blog, cependant ce type de propositions n'a jamais intéressé mes filles quand d'autres enfants apprécient!).
- Ecrire un lapbook  (précisions sur Ecole et cabrioles)
- Ecrire et dessiner en même temps
- Dessiner avec des mots (exemple ici)
- Imaginer une bande dessinée avec des dessins qu'on réalise soi-même ou qu'on prend sur le net ou même avec des photos !
- Imaginer la suite d'un extrait, d'un livre, d'un film...
- Jouer à des jeux d'écriture : créer des charades, des devinettes, etc.
- Ecrire des poèmes et tant pis s'ils ne riment pas toujours !
- Ecrire un blog sur un thème donné : animaux, livres, jeux vidéos, etc.
- Ecrire une histoire ou une pièce de théâtre et la jouer ou la lire avec les intonations !
- Ecrire sur soi, sur son quotidien, sur la difficulté à trouver sa place (question fréquente pour les ados) mais pas forcément le montrer aux adultes...
- Ecrire ou participer à un jeu de rôles, on peut même imaginer un jeu entre plusieurs enfants qui échangeraient en jouant un rôle...

- Participer à un atelier d'écriture : les communes ou bibliothèques en proposent régulièrement.
- Ecrire un livre : même les petits adorent écrire leur livre ! Dix pages, seulement ? Et alors ? S'ils vous disent que c'est un livre, c'est en effet leur livre !
On peut très bien écrire un livre pour soi, pour le montrer à ses proches.
Et si un jour l'envie d'aller plus loin les tenaille, ils travailleront en conséquence.
Voici quelques forums pour les écrivains en herbe :
Jeunes écrivains
Rêve de fantasy
Ecrire ingoo
Un petit conseil cependant : aujourd'hui il est très facile de publier son livre, on peut effectivement choisir d'auto-publier son livre sur différents sites où seul le prix du livre sera réglé (soit 8 euros par exemple si le livre compte 50 pages environ et davantage si plus de pages), cela peut être une satisfaction pour l'enfant.
En revanche avoir écrit 50 ou même 400 pages ne signifie pas avoir écrit un livre "publiable", c'est-à-dire à diffusé de manière payante. Il ne faut pas oublier que les lecteurs auront payé, ils peuvent donc avoir la dent dure parce que leur univers sera éloigné de celui de votre enfant mais peut-être aussi parce que le travail d'écriture sera insuffisant... Or, si l'apprenti auteur édite trop tôt, il faudra peut-être retrouver confiance en soi et ensuite lutter contre les préjugés négatifs qui auront peut-être laissé des traces écrites ici et là... Mais nous n'en sommes pas là et écrire un livre pour le plaisir, pour soi et ses proches, est un grand bonheur dont il serait dommage de se priver ! ☺

  • Conseil 5 : Ecrire sur ce qui intéresse !

Ecoutez l'enfant : qu'est-ce qui l'intéresse ? Qu'a-t-il envie de dire ? Sur quoi ?
Proposez-lui des activités en lien avec ses centres d'intérêt, quels qu'ils soient.
Laissez-le libre d'en parler comme il le souhaite, proposez-lui des articles, des liens ou bien encouragez le à chercher seul, à échanger avec des spécialistes s'il se passionne pour tel ou tel sujet.

  • Conseil 6 : Accepter le besoin de procrastiner de l'ado

 Il est possible qu'à un moment M l'adolescent ne souhaite plus écrire, c'est encore plus vrai pour les ados qui ont connu l'écriture labeur de la scolarité...
Si on questionne un ado sur sa notion du bonheur, il évoque généralement le bonheur d'être avec les gens qu'il aime, avec ses amis, de danser, d'écouter de la musique, de s'amuser et de ne rien faire !
Logique il est en pleine effervescence intérieure, il a besoin de calme et ce sera le moment où une écriture imposée conduira le plus souvent à une écriture calvaire.
S'il a besoin de temps, laissons-lui du temps.

  • Un succès qui ne se dément pas à la maison : les champs lexicaux



Ils sont à retrouver là.
Si très souvent M. et L. écrivent de longues pages, prolongeant parfois une séance d'écriture loin de mon regard, il arrive bien entendu que le sujet les inspire moins.
Mais alors comment sont utilisés ces champs lexicaux ?

1/ Dans un premier temps je demande aux filles si elles ont un souhait particulier.  Sinon je propose et si ça ne leur convient pas, je propose autre chose !
2/ Dans un second temps je passe au mode recherche des termes correspondant au champ lexical.
3/ Ensuite elles découvrent la fiche. Elles aiment beaucoup retrouver des mots oubliés et parfois des mots encore inconnus.
Avec une maman amoureuse des livres et des mots, il faut dire qu'elles ont également été nourries avec des mots. ;)
Et elles imaginent un texte parfois en utilisant beaucoup des mots de la liste, parfois avec peu de mots puisqu'elles n'hésitent pas à chercher elles-mêmes d'autres termes.
4/ Avant L. avait parfois besoin que je l'oriente, que je lui propose quelques pistes d'écriture en lien avec le champ lexical, cela fut le cas durant un temps relativement long et puis un jour elle a pu se lancer seule.
La situation s'est parfois présentée avec M. mais plus rarement.
Les enfants scos ont souvent besoin de plus de pistes parce qu'ils n'ont pas l'habitude de travailler seuls, de pouvoir penser par eux-mêmes. Les encouragements, les incitations à chercher une idée, et tant pis si dans un premier temps le texte part dans tous les sens, les libèrent peu à peu.

Ecrire pour les examens ?


Quand le temps des examens arrive, il est encore possible de préserver des moments d'écriture bonheur. Pour ma part je pense que ceux-ci sont importants et permettent de conserver le bonheur d'écrire tout en se pliant à des exercices contraintes.
L'écriture contrainte ne sera peut-être pas un moment de bonheur, mais elle sera choisie dans un objectif précis : réussir un examen.


Bonne écriture-bonheur  !


Découvrez mes livres sur l'instruction en famille : 
 

Un support pour apprendre à bien écrire
(support basé sur notre expérience, adapté également aux dys)

4 commentaires:

  1. Aaah merci ! Je trouve l'idée super : simple mais riche en possibilités. Tu fais cela depuis qu'elles ont quel âge ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Gwen.
      Depuis qu'elles sont petites je propose l'écriture libre. Au début ce sont surtout des journaux qui les ont intéressées.
      Les champs lexicaux ont un grand succès depuis qu'elles sont ados (pas proposé avant ceci dit).
      Bonne réflexion et bon week-end !

      Supprimer
  2. Merci beaucoup pour ce bel article qui donne envie de renouer avec l'écriture... On va tester dès la semaine prochaine....comme expliqué dans un mail précédent c'est dur de retrouver le bonheur d'apprendre après quelques années de scolarité mais je pense qu'avec de tels bons conseils, on tient le bon bout! Bon weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre retour Hélène et bonnes séances d'écriture ! N'hésitez pas à me tenir au courant. :) J'ai encore une foule d'idées possible mais pas forcément le temps de tout noter. :)
      Bon week-end !

      Supprimer