Accéder au contenu principal

Carol Reid- Gailard, La vie d'un potager

la vie d'un potager
Présentation de l'éditeur : "Carol a décidé, en 2006, de faire de son potager le centre de sa vie, et nous raconte dans ce journal de bord sa vie en osmose avec la terre. Espoirs, surprises et désillusions y sont décrits avec beaucoup d'humour.
Le jardinier, le cuisinier et l'amateur de récits de vie y trouveront aussi :

  • des techniques et des conseils de culture, 
  • des recettes, 
  • des encadrés pratiques 
  • des portraits de producteurs locaux." 
    Commentaires après lecture :

 Autant l'avouer, mon jardin n'a pas le visage que je souhaiterais. Rares sont les plantations qui y survivent. Je me suis donc accrochée à ce livre comme à un manuel de survie... pour mon potager !

- Première bonne surprise : les images. Elles sont nombreuses et variées. Cependant j'aurais apprécié un peu plus de légèreté pour les personnages... Ben oui, c'est pas marrant d'être courbé(e) sur son jardin, de tirer une brouette. L'auteure aurait pu nous laisser croire qu'il suffit de claquer des doigts pour que tout roule! Résultat: les fruits et légumes sont à l'honneur. ☺
Bonne idée également d'avoir opté pour des photographies en noir et blanc pour les producteurs locaux. Le reste de l'ouvrage étant en couleur, on apprécie ces petits apartés comme des moments de découverte offerts en bonus. Dommage cependant qu'elles ne mettent pas toujours en valeur ceux-ci. Des photographies en sépia auraient peut-être adouci un peu le tout.

- Deuxième bonne surprise : le livre n'est pas seulement un guide pratique pour réussir son jardin, on y trouve également la présentation de plusieurs marchés et producteurs locaux.
Un petit bémol toutefois. Végétarienne pour ne pas manger d'animaux, je ne suis pas d'accord : par exemple, on ne peut pas adorer ses cochons ("est véritablement amoureux de ses animaux") et les tuer ensuite pour les offrir en pitance aux consommateurs. A mes yeux, tuer un animal n'est pas un gage d'amour, on ne tue pas son chien pour le manger ; qu'un producteur me dise qu'il évite de s'attacher pour vendre ensuite la chair des animaux élevés, d'accord ; mais qu'on ne me parle pas d'amour pour parvenir au même résultat. Sur le moment, j'ai eu l'impression d'être prise pour une imbécile à qui on essayait de vendre un éleveur... Sans parler du fait qu'elle comparait les cochons à de petits chiens... Je ne suis pas sûre que les personnes pouvant mener à l'abattoir leur chien soient si nombreuses... Ceci étant dit, tant qu'à être producteur de viande animale, autant qu'au moins le producteur essaie d'offrir une vie agréable à l'animal qui sera mangé, or il semble que ce soit le cas de ceux-ci ! Tant mieux.
Dans cette galerie de portraits, on découve Jon, le producteur de maïs grand roux basque (ce fut d'ailleurs une découverte pour moi !) ; Anita, la productrice de fromage de chèvre ; Jean-Michel, l'éleveur de canards; André, l'éleveur de cochons ; la famille Erban, productrice de fromage de brebis ; Thérèse et Denis, viticulteurs et Alain, producteur de yaourts de brebis.

- Troisième bonne surprise : les recettes !
De nombreuses recettes complètent la présentation de chaque fruit ou légume, des recettes susceptibles de nous réconcilier avec des aliments moins aimés !

- Enfin bien sûr, des conseils très utiles pour réussir son potager ! Plus motivés que jamais, mon mari et moi espérons enfin parvenir à offrir une véritable vie au nôtre ! Des orties pourrissent tranquillement afin de nourrir celui-ci. Nous avons expérimenté avec succès la bouillie d'orties depuis de nombreuses années, jamais utilisé cependant en engrais dans le jardin, ce sera l'un de nos premiers tests. J'ai également lu que des feuilles pouvaient être déposées aux pieds de certains légumes. Dans cet ouvrage, beaucoup d'astuces naturelles à tester ! :)
Un livre intéressant à découvrir.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Instruction obligatoire dès 3 ans et nouvelle menace pour l'IEF

Proposition 1 : Instruction obligatoire dès 3 ans La mesure est annoncée, des votes sont proposés, la mesure est abandonnée pour être reproposée, non votée, reproposée, pffiou.

Et oui, une fois encore, on nous propose- ah non cette fois on nous promet l'instruction obligatoire dès 3 ans. Un article parmi tant d'autres ici avec la coquille habituelle : confusion "scolarité" et "instruction.
La proposition a été déposée le 6 décembre 2017 (lien ici).
L'annonce est déjà faite, la détermination est affichée : à partir de 2019, tous les enfants de 3 ans et plus seront concernés par l'obligation d'instruction.
A partir de septembre de cette année, une expérience sera déjà tentée hors métropole (plus d'informations là).
A titre indicatif, en 2015/2016, 97,6 % des enfants étaient scolarisés en France (source), seulement 11,9 % des petits de 2 ans, ce qui, selon moi, est une bonne chose. 

Des moyens suivront-ils ?
On nous explique que c'est indispe…

Assocations nationales et Listes locales

 Monde : découpage ensuite par continents, pays et régions :
Carte IEF

Calendrier des rencontres non scos là.
Associations nationales Instruction en famille
Quatre associations nationales, par ordre de création  :
LED'A (site Internet) + LED'A (Les Enfants D'Abord) : groupe Facebook 
CISE (Choisir d'Instruire Son Enfant)
LAIA (Libres d'Apprendre et d'Instruire Autrement)
UNIE

Pour mieux agir ensemble, 3 associations (LED'A, CISE et LAIA) se sont associés à un groupe de réflexion/action, le Collect'IEF.
Ensemble ils se réunissent dans le Collectif Pour la Liberté de l'Instruction  (CPLI)

Depuis quelques années il existe également un portail autour de l'instruction en famille : Le portail de l'IEF

De plus une fédération existe également, elle concerne les enfants sans école et les enfants en école sans contrat EN :  FELICIA : Fédération pour la Liberté du Choix de l'Instruction et des Apprentissages et page ici.

Collectif  L'école est la …

Un sondage pour les familles sans école (clos)

Aujourd'hui je vous propose un sondage réservé aux familles sans école ou qui envisagent de l'être. Attention si CNED réglementé je vous demande de ne pas le compléter. En effet, le CNED réglementé ne subit pas les mêmes contrôles et nécessite l'autorisation de l'inspecteur d'académie. Je pense que pour bien représenter l'instruction en famille (avec le CNED réglementé, il s'agit d'instruction à domicile), pour éviter un nouvel amalgame qui justifierait une fois encore le rognage de droits, il est important d'obtenir un cliché sur l'instruction en famille et les cours par correspondance (CNED libre et autres cours).

L'intérêt de ce sondage est de :
- poursuivre le travail d'information auprès du grand public que je me suis fixé
- casser les préjugés, idées préconçues erronées de certains élus
- fournir un outil pour réagir face aux nouvelles menaces contre l'instruction en famille

Le sondage est à retrouver ici. Les questio…