mercredi 2 mars 2016

Andrée Chedid, L'enfant multiple

Présentation :
"Omar-Jo est un orphelin rescapé d'un attentat. Avec le saltimbanque du Manège, il va s'attacher à recréer une nouvelle terre d'appartenance pour tous les déracinés... Parabole sur le refus de l'exclusion autant que récit initiatique, ce livre est avant tout un hymne poétique au respect de nos cultures et de nos différences."

Pourquoi je l'ai apprécié ?


Dans ce roman, il est question de rêves, d'identité pluriculturelle, d'être soi-même, mais aussi d'une tragédie : la perte brutale d'un bras d'Omar-Jo et de ses parents... Le sujet était sombre, l'histoire aurait pu être très noire... Pourtant, l'auteur a choisi d'aborder ces différentes questions avec une apparente légèreté. L'enfant n'est pas handicapé, il déborde de joie de vivre comme si les épreuves vécues le poussaient à mener une existence plus intense. Sans cesse, il cherche à offrir rêves et rires aux autres, sans doute parce qu'il est mieux placé qu'un autre pour savoir combien la vie peut être difficile...
L'enchâssement des différents récits (commentaires d'Omar-Jo, de Maxine, retours en arrière dans l'histoire de l'enfant) peuvent déstabiliser le lecteur. Pour ma part, j'y ai vu au contraire un excellent moyen de montrer les hésitations entre les jolis moments vécus et les plus terribles d'entre eux avec un constant retour vers l'instant présent. N'est-ce pas cela aussi la vie ? Des drames, des tragédies, des moments où tout semble perdu et puis, malgré tout la vie qui continue... Ainsi, si les personnages sont hauts en couleur, ce sont avant tout des êtres humains composant avec ce que le destin leur propose et impose. 

Touchant, poignant, amusant, léger, profond, ce roman est un festival d'émotions, de couleurs et même de sons, en commençant par celui du manège, ritournelle évoquant l'enfance et la nécessité de rêver encore et encore, de s'unir (un manège, n'est-ce pas aussi une main qui en tient une autre ou tout au moins la proximité de l'autre ?) comme les meilleurs moyens d'affronter les horreurs que peut nous réserver notre existence.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire