mardi 2 février 2016

Balzac, Le colonel Chabert

le colonel chabert
Présentation
L'histoire du Colonel Chabert est une histoire comme il y en a depuis qu'il y a des guerres, une histoire aussi vieille que celle d'Agamemnon de retour de la guerre de Troie découvrant son épouse Clytemnestre dans les bras d'Egisthe, aussi vieille que celle d'Ulysse regagnant, après des années d'épreuves, son palais d'Ithaque pour le voir envahi par les prétendants, une histoire comme il y en eut sans doute des milliers au cours de l'Empire et au début de la Restauration : le colonel Chabert, tenu pour mort à la bataille d'Eylau, revient chez lui un beau jour de juillet 1815, après des années d'errance et de souffrance, trouve sa femme, héritière de toute sa fortune, remariée et mère de deux enfants, sa maison démolie, la rue même où elle se trouvait débaptisée, et tente de recouvrer son identité dans un monde aux yeux duquel il n'existe plus.  

Pourquoi je l'ai apprécié :

  Criant de vérité, ce très court roman nous projette au coeur d'un Paris post Napoléonien et pourtant comme on se sent proche de ce colonel Chabert, héros des armées. Désireux de retrouver son identité, de revenir dans le monde des "vivants", Chabert devra lutter contre l'appât du gain de celle qu'il aimait, contre la Société qui ne veut pas de cet homme abîmé. Pourra-t-il lutter contre la justice humaine où priment noms et argent ? 

Dans ce roman, plusieurs axes intéressants :
- Comme dans chaque roman de Balzac, l'ambivalence des héros, leurs hésitations, le don de soi. Une psychologie des personnages donc soigneusement étudiée, des êtres de papier qui deviennent des êtres de sang tant ils prennent vie auprès de nous, tant nous pouvons nous reconnaître ou les identifier parmi d'autres humains.
- Les thèmes : amour bafoué, don de soi, égoïsme et sacrifice... Egalement le besoin de retrouver son identité. Quel sentiment l'emportera-t-il ? Lecteur de Balzac, vous aurez peu d'espoir et pourtant impossible de fermer le livre...
- Le thème de la justice
En effet le colonel Chabert souhaite retrouver son rang, sa fortune, sa place dans la Société. La justice humaine pourra-t-elle le sortir de la misère dans laquelle il est plongé (nul doute que les descriptions poignantes toucheront les âmes sensibles). L'incipit nous entraîne ainsi dans le cabinet de l'avoué Derville qui défendra l'homme intègre contre la femme retorse, l'auteur nous proposant ainsi une confrontation du Bien et du Mal où le vainqueur ne sera pas forcément celui que l'on attend... 
La justice humaine saura-t-elle voir et entendre : les riches protégeant les riches, les pauvres devront fournir plus que des preuves... Fascinante réflexion sur une justice à deux vitesses...
Et la justice "supérieure" dans tout ça, y aura-t-il une morale à l 'histoire ? Quelle est-elle ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire