mardi 12 janvier 2016

Ray Bradbury, Fahrenheit 451

Fahrenheit 451
Présentation
Montag exerce son métier de pompier sans se poser de questions : brûler des livres, les maisons qui les dissimulent est naturel. Or, une rencontre avec une jeune fille rêveuse qui s'interroge sur le pourquoi des choses bouleverse ses repères et suscite en lui un étrange désir : ouvrir un ouvrage interdit et le lire...

Extrait : 

 
"Il s'agissait simplement d'un nettoyage. D'un travail de désinfection. Chaque chose à sa place. Et vivement le pétrole [...] Sa seule présence suscitait dans les pièces vides les échos d'un blâme impitoyable et la pluie d'une fine poussière de culpabilité qui s'infiltrait en tout sens."

Pourquoi est-ce que je l'ai apprécié ?
En réalité, je l'ai à peu près autant détesté qu'aimé !
L'écriture en elle-même est agréable, les images soigneusement choisies.
Cependant, je ne regrette pas de ne pas l'avoir lu plus tôt car il est empli d'une extrême violence... La fureur, la brutalité, le désir d'écraser ou tuer l'autre, l'absence de morale et même de sentiments sont omniprésents. Certains passages ont été particulièrement difficiles à lire... Pourtant, il m'a été impossible de le laisser avant d'avoir terminé la dernière page... En effet, dans cet univers totalitaire aux règles très particulières, la rencontre avec la jeune fille ouvre une première fenêtre, comme une bouffée d'oxygène dans cet univers étouffant dominé par le feu.  Chaque détail de la nature est alors perçu avec une acuité redoublée. Ce roman se révèle finalement être une invitation à penser par soi-même et si chaque acte de violence reste perturbant, trop souvent un peu trop agressif pour moi, ils prennent leur sens avec le message délivré par Ray Bradbury.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire