samedi 30 janvier 2016

Professeur cherche élève ayant désir de sauver le monde par Daniel Quinn

Professeur cherche élève ayant désir de sauver le monde

Présentation

A la suite d'une petite annonce, Julie, douze ans, se présente. En réalité, le gorille Ishmael, être extrêmement cultivé, pensait à la participation d'un humain plus âgé. Mais l'adolescente s'exclame qu'elle est bien assez "vieille pour voler des voitures et vendre du crack" et par conséquent pour être choisie.

Extrait

"Dans vos sociétés dites avancées, les jeunes sortent de classe à dix-huit ans et leur capacité de survie est pratiquement nulle. Si le reste de la communauté disparaissait en une nuit et s’ils restaient livrés à eux-mêmes, il leur faudrait beaucoup de chance pour s’en sortir. Sans outils, sans même les instruments qu’il faut pour en fabriquer, ils ne seraient pas capables de chasser ni de pêcher. La plupart ne sauraient pas reconnaître les plantes comestibles dans la nature, ni comment se vêtir ou se construire un abri."

Pourquoi je l'ai apprécié ? 



La couverture (comment résister à cette image d'un gorille à lunettes, une image de penseur sur une masse musculaire imposante) et le titre ont été les premiers à m'interpeller. J'entrevoyais la possibilité de m'amuser tout en agitant mes méninges et l'objectif a été parfaitement atteint avec cet ouvrage.
En effet, l'auteur nous propose différentes pistes afin de réfléchir à la construction du monde occidental tel que nous le connaissons, ainsi il présente différentes hypothèses où le besoin de posséder (des terres, des objets) ont conduit à la disparition d'autres civilisations, civilisations qui furent oubliées... La loi du plus fort n'est pas forcément la meilleure et il convient que nous réfléchissions à ce que nous souhaitons, que nous remettions en cause  nos certitudes. Parfois, un peu trop professoral à mon goût alors que le gorille encourage normalement la jeune fille à réfléchir par elle-même, c'est à mon sens le défaut de cet ouvrage. Mais il ouvre bien trop de portes pour ne pas se décider à l'ouvrir. Si vous n'avez pas peur de bousculer vos convictions, je vous invite donc à le découvrir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire