samedi 26 décembre 2015

Le risque du Burn out

   En février 2012, totalement sonnée, je me suis écroulée sans forces et en larmes devant une simple casserole de pâtes. Le burn out s'était invité chez moi.
Le burn out, ce n'est pas une dépression, ce n'est pas un simple coup de fatigue, c'est un effondrement total : psychique et physique. Quelques jours de repos ne suffiront pas, des vitamines pourront être utiles (en particulier vitamine D puisque selon certaines statistiques nous serions une très grande majorité à en manquer en France durant l'hiver).
Depuis j'ai appris à écouter mon corps, à reconnaître les signes.
Fatigue, découragement, impatience parfois, douleurs physiques chroniques dont on ne parvient pas à se débarrasser, manque de sommeil. Le matin on se lève aussi fatigué(e) que lorsqu'on s'est couché(e)...

  Le burn out n'épargne personne, il touche aussi bien les personnes trop investies dans leur travail, que les jeunes a fortiori s'ils préparent un examen (et je crains fort que cet épuisement soit très mal connu pour nos jeunes), il touche également les parents à la maison a fortiori mamans de famille nombreuse ou parent qui prend en charge l'instruction de son enfant.



  A l'heure actuelle mon corps m'envoie des signes... j'ai appris qu'on pouvait cumuler les activités à condition de bien s'organiser, de ne pas se sentir isolé(e) et de savoir écouter les signes...ceux qui nous disent qu'il est temps de se reposer...Mon corps est douloureux (épaules et dos essentiellement), mon cerveau s'embrume, le sommeil me manque et je suis trop vite touchée.
Alors je vais très bientôt prendre des vacances... idéalement loin des réseaux sociaux... nous verrons si je suis assez raisonnable. ☺

  En attendant deux nouveaux billets sont en préparation.

  • Mais avant de vous laisser ce soir quelques conseils si vous êtes au bord de l'épuisement :
  1. Gardez confiance en vous
  2. N'exigez pas de vous l'impossible, parfois certains projets devront être différés, parfois vous ne pourrez pas faire tout ce que vous souhaitiez.
  3. Si besoin établissez des listes : indispensables, pouvant être différés, facultatifs. Ainsi je repousse ce qui n'a pu être fait le jour même. Sur mon agenda en rouge ou entouré je note l'indispensable du jour (rendez-vous, obligations diverses) puis au stylo ce qui peut être différé et au crayon de bois ce qui est facultatif.
  4. Ne vous laissez pas enfermer dans un horaire fixe, n'essayez surtout pas de copier l'école. Le temps passé à étudier en instruction en famille n'a pas besoin d'être aussi long, il est généralement plus efficace en moins de temps a fortiori si le jeune a choisi de s'impliquer dans ce qu'il fait. 
  5. Réorganisez votre temps : par exemple je visite en principe les blogs IEF uniquement le lundi. Là je suis épuisée en partie car depuis quelques temps je suis plus présente sur Facebook et cela empiète sur mes autres activités, il va me falloir revoir comment m'impliquer sans étouffer. En février de l'année épuisement total, afin de réaliser où je pouvais gagner du temps, j'avais eu l'idée de noter ce que je faisais dans une journée et je me suis rapidement aperçue qu'Internet dévorait bien plus mon temps que je n'imaginais (pourquoi passer trois fois par jour sur sa boite mail si aucun mail important n'est attendu ? ouvrir, fermer, être tentée de répondre, ça occupe beaucoup... Sur facebook c'est encore plus chronophage !)
  6. Prenez du temps pour vous : vous étirer (ça n'a l'air de rien, mais ça fait un bien fou), boire un thé/café/caro/jus de fruit ou légume.
  7. Couchez-vous plus tôt quitte à lire un peu si le sommeil fuit car trop épuisé(e).
  8. Faites la sieste si possible, même quelques minutes et en particulier si vous avez un bébé.
  9. N'hésitez pas à vous supplémenter en vitamines l'hiver, en particulier vitamine D.
  10. Arrêtez-vous quand ça ne va pas. Je n'hésite plus à m'asseoir ou m'allonger quelques minutes, quelques minutes suffisent parfois pour repartir d'un meilleur pied.
  11. Changez d'air : voyage si vous voulez mais simplement sortir quelques minutes de chez soi peut offrir un nouveau souffle.
  12. N'hésitez pas à demander un relais ponctuel : proche ou même vos grands pour jouer les baby-sitters. 
  13. Pourquoi ne pas également voir si une nouvelle répartition des tâches ne serait pas possible ? Toujours à cette époque d'épuisement nous avons modifié cette répartition afin que les tâches ménagères soient équitablement réparties. 
  14. Prenez du temps avec vos proches. Partagez un jeu avec des enfants est généralement un moment de bonheur mais également de recharge des batteries. Partagez un moment avec des amis, des proches permet de se sentir bien, aimé(e), ressourcé(e).
  • Pour poursuivre cette réflexion ou vous permettre de mieux vous écouter, je vous propose de découvrir plusieurs liens :
- un blog sur l'épuisement maternel
- un groupe Facebook sur le Burn out : Burn out et IEF
- court métrage avec une maman épuisée (animation)
- billet de Maman poisson sur le sujet
- Un petit dossier sur Antistress au féminin

   Dans tous les cas n'oublions pas d'entendre nos besoins. Après tout n'avons-nous pas également choisi l'instruction en famille pour permettre à nos enfants de se sentir écoutés, pour mieux les écouter ?  Alors n'oublions pas d'appliquer la même chose pour nous. ☺

2 commentaires:

  1. Que d'excellents conseils que je m'empresse de mettre en pratique. Ma santé mentale et physique te disent merci !

    RépondreSupprimer