jeudi 14 janvier 2016

Bac en candidat libre : quel taux de réussite ? Quel bac choisir ?

 Quand s'inscrire au bac ?

    En fin d'année les inscriptions pour le bac commenceront : surveillez bien le site de votre académie afin de connaître les dates d'inscription. Sur la nôtre la période d'inscription est seulement de deux semaines.
Attention également : même si vous ou votre enfant suivez les cours du CNED, cet organisme ne pratique pas les inscriptions, c'est à vous de le faire.
Pour les épreuves de terminale les inscriptions ont lieu d'octobre à fin novembre, la période d'inscription pouvant donc être assez longue ou très courte.
Pour les épreuves anticipées, inscriptions d'octobre à mi-décembre (idem inscriptions longues ou très courtes).

Quel taux de réussite ?


Sur le site du ministère de l'Education nationale (lien), je suis uniquement parvenue à découvrir les statistiques concernant l'ensemble des candidats, à savoir pour 2015 :
  • Moyenne de 87,8 % de réussite
- Bac ES : 91,2 %
- Bac L : 90, 6 %
- Bac S : 91, 8 %
- Moyenne bacs technologiques : 90,6 %
dont bac STMG (possible de le préparer avec le CNED) : 89,5 %
- Moyenne bac professionnel : 80,3 %

  • Moyenne candidats individuels selon l'INSEE (données 2000- je ne suis pas parvenue à découvrir des données plus récentes) : un peu moins de 41 %.
Selon cet article de la Dépêche datant de 2014, taux de réussite de 49 % pour les candidats individuels.
Peu certes, mais les candidats libres ou individuels ne sont pas seulement les candidats instruits en famille ou qui suivent des cours par correspondance. Un bon nombre de candidats sont des actifs, or il n'est pas facile de mener de front emploi et préparation d'un diplôme. De plus certains candidats sont des ados en rupture scolaire qui n'ont en réalité aucune envie de passer cet examen. Il n'est donc pas rare de constater que des places restent vacantes lors des épreuves, certains se présentent aux premières convocations puis se découragent et renoncent.
Cela signifie-t-il que tous les candidats instruits en famille ou suivant des cours par correspondance réussissent ? Non. Les familles osent rarement en parler. Déjà stigmatisées par certains pour un choix différent, elles peuvent culpabiliser, ne pas vouloir "faire tâche" ou bien préférer garder cet échec pour elles... Espérons que la parole puisse être libérée, il n'y a de toute façon aucune raison de culpabiliser.
Alors pourquoi ces échecs ? Ne pouvant connaître les réalités de chacun je me contenterai de citer les particularités que je connais :
- Difficile gestion du stress lié aux examens et/ou phobie scolaire
- Difficultés particulières (type dyslexie notamment)
- Mauvaise connaissance des codes scolaires (ainsi je connais plusieurs jeunes ayant de solides connaissances, une grande culture dans un domaine donné et pourtant ayant obtenu de mauvaises notes au final)
- Difficultés d'organisation avec des cours par correspondance
- Manque d'automotivation
- Jeune pas prêt (en général plusieurs années "d'avance" et/ou projet parental). L'échec est alors plus ou moins bien vécu y compris si les parents dédramatisent. Mieux vaut sans doute se sentir prêt et bien connaître ce qui est attendu.
Le bac n'est de toute façon pas la seule option possible (lien).☺
Ceci dit, si je me réfère aux jeunes pour lesquels j'ai entendu parler d'une intention manifeste de se présenter au bac, je pense que le taux de réussite des jeunes instruits en famille égale celui de la moyenne nationale donc surtout ne vous découragez pas ! ☺

Quel bac choisir ?

   Vous êtes décidé : il y aura donc bac ! Mais à présent lequel choisir ?
Etant donné la quantité de supports et sites divers, si aucun cours par correspondance n'est prévu, il semble plus simple de se présenter à un bac général. Ce n'est pas la seule option possible, le CNED et d'autres cours par correspondance (lien) proposent ainsi des formations pour quelques bacs technologiques ou professionnels.
  Pour ma part, je regrette qu'aujourd'hui encore on oppose bac S et les autres bacs comme si le bac S était le saint Graal. Certains optent pour le bac S parce qu'ils éprouvent des difficultés en langue puisque par exemple le bac L demande un niveau supérieur dans ces matières.  Pourquoi ne pas choisir votre bac en fonction de vos projets ou de vos talents ? Un bac S sera inadapté si vous souhaitez devenir prof de langue ou interprète, mais il le sera également pour devenir journaliste ou même juriste ou encore vous mettre au service des autres (bac ST2S, préparation possible avec le CNED ou seul bien sûr).
   Aucun bac n'est un sous bac, pas même un bac technologique ! Les compétences demandées sont simplement différentes. ☺

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire