lundi 25 janvier 2016

Le Journal d'Adèle par Paule du Bouchet

le journal d'adèle

Présentation :
"Jeudi 30 juillet 1914. Adèle commence enfin le journal qu'elle a reçu pour Noël : un ami auquel elle peut raconter sa vie, confier ses espoirs, ses craintes et ses secrets. En ce 1er août 1914, les cloches de l'église de Crécy se mettent à sonner le tocsin à toute volée, c'est la guerre ! Le journal que tient Adèle l'aidera-t-il à avoir moins peur ? Ses frères mobilisés reviendront-ils à la ferme ? Reverra-t-elle Lucien, son filleul de guerre, venu un jour en permission ? Qu'adviendra-t-il d'Alette, sa meilleure amie ? Les années passent dans le petit village de Bourgogne, rythmées par les travaux des champs, les nouvelles du front. La guerre tue, mutile les soldats, affame les gens de «l'arrière», endeuille les campagnes. Adèle grandit et rêve de devenir institutrice dans un monde meilleur…"

Commentaire :
Ce livre a permis aux filles de découvrir un peu la vie dans les tranchées via des récits, certains étant parfois peu évidents malgré tout, mais "supportables". Plus particulièrement, il s'agit du journal d'une jeune fille, donc de la vie à l'arrière.
Après lecture, ce n'est pas celui que j'aurais choisi si je l'avais lu auparavant. Il est intéressant, écrit très simplement, sans recherche de style particulier. Mais après tout, il s'agit du journal d'une jeune paysanne aspirant à devenir institutrice. Par contre, j'ai déploré certains points : la propagande n'apparait pas par exemple. Au contraire l'adolescente est bien informée de ce qui se passe sur le front. Ce point de vue se justifie probablement par le fait de vouloir nous dépeindre ce qui se passe dans la vie des soldats, mais pourquoi ne pas avoir fait la moindre allusion à celle-ci ? De même, mes arrières-grands-parents ainsi que les personnes venues témoigner au collège (dans le lointain temps où j'allais à l'école) de leur vie durant la guerre avaient répété qu'ils imaginaient que cette guerre serait courte. Or ce n'est pas ce que j'ai ressenti en commençant ce livre. Evoquer la joie ressentie par certains en partant se battre suffisait-elle? Peut-être après tout. Mais dès le début, j'ai eu la désagréable impression que cette version serait un peu trop romancée. Malgré tout, cela reste une manière agréable d'apprendre l'Histoire d'autant que de nombreux faits sont correctement décrits et qu'il présente également la vie à la campagne à cette époque.

Bonus :
D'autres idées lecture :
- La guerre d'Eliane de Philippe Barbeau
- Promenade par temps de guerre de Anne-Marie Pol
- L'affaire Jules Bathias de Patrick Pécherot
- Une soupe aux herbes sauvages par Emilie Carles

 Un QCM là 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire