Accéder au contenu principal

Four solaire


Trop chaud et pourtant envie de préparer un gâteau...
Nous avions déjà résolu de construire le four solaire, ce fût donc avec joie que nous nous lançâmes dans ce projet.
Pour le réaliser, nous découpâmes le couvercle d'une boite, recouvrîmes le fond de brique de lait ou papier aluminium afin de capter les rayons solaires. Puis nous recouvrîmes l'espace laissé libre (au-dessus des madeleines) de film étirable tandis que la partie supérieure était elle aussi couverte de papier aluminium. Il ne restait plus qu'à placer le gâteau dans le four, rabattre la partie avec le film étirable et incliner la partie couvercle sur laquelle avait été collé le papier alu.
A treize heures, le four et les gâteaux (madeleines) étaient prêts. La cuisson pouvait commencer!

Près d'une heure plus tard, ils n'étaient visiblement pas cuits... Un "shssh" et quelques bulles témoignaient d'une activité. Mais allaient-ils être dégustables pour notre goûter ?

15 heures : ze suis complètement éblouie, mais les gâteaux sont clairs... Nous désespérons... Je décide de jouer les curieuses et de soulever le couvercle : la pâte se tient ! Mais on sent tout de même qu'ils sont encore trop liquides... pff, j'commence à avoir faim, moi, à les regarder ainsi...

16h : je n'y tiens plus ! Je pique une petite fourchette et je goûte : ouh là là ! C'est loin d'être cuit... Il doit y avoir un problème... Je tourne autour du four afin de réfléchir au petit hic qui va nous priver de madeleines pour le goûter. J'ravale mes larmes de crocodile (ben oui, suis gourmande !). Je sens qu'il va falloir affronter la déception des miss qui se réjouissaient, mais ont quelques doutes... J'abaisse légèrement le couvercle et je réoriente la boite face au soleil.

Un peu plus tard, nous goûtons (sans les madeleines) et nous les oublions !

19 heures : mon cher et tendre revient, jette un oeil à notre fabrication du jour. L'est un brin moqueur d'autant que le four n'est plus face au soleil, m'aurais étonnée, tiens. ;)

Nous bavardons quelques minutes, puis il sort par le garage (donc côté opposé): "Ah tiens il pleut!"
Le four ne fonctionnera plus aujourd'hui : il est copieusement arrosé! Finalement, les madeleines durciront au four électrique. Pour nous consoler un peu, nous les avons dégustées avec des bananes recouvertes de chocolat, une boule de glace à la vanille et un peu de chantilly (ben oui, faut au moins ça! ;)) : elles étaient un peu sèches, peu aérées avec tout de même un aspect un peu gruyère...

Il ne nous restait plus qu'à récidiver, tout en sachant que plusieurs problèmes se sont certainement présentés :
- nous avons opté pour du papier aluminium. Il aurait sans doute été plus efficace d'utiliser l'intérieur des bricks de lait (mais nous n'en avions pas assez, d'où notre choix).
- la boite est relativement grande, large mais peu haute.
- le carton est très fin, trop fin ?
- le soleil était très haut dans le ciel. Dès le début, j'ai pensé que cela risquait d'être un problème car il me fallait orienter le couvercle pour capter ses rayons et les rediriger vers le gâteau tout en limitant les zones d'ombre. Les rayons n'ont sans doute pas été assez captés... Une autre fois, nous essaierons à une époque où le soleil grimpe moins haut dans le ciel ou bien j'envisage d'utiliser un miroir placé face au four et incliné de façon à servir de relais entre le four et le soleil.
- le choix du moule n'était peut-être pas le bon : a priori il vaudrait mieux éviter les moules en silicone et privilégier ceux en verre, conseil donné par une autre maman non sco qui a réussi à cuire son gâteau.

Conclusion : nous ignorons la température exacte de notre four. Notre thermomètre plafonne à 55 °C, température atteinte en dix minutes. Logiquement, il doit grimper entre 80 et 90 °C (vu sur un livre d'expériences). Les enfants ont tout de même été ravies de cette expérience et ont souhaité recommencer. Hélas une seconde expérience avec un moule en verre n'a strictement rien changé.

Sans doute aurait-il fallu construire un nouveau four, nous n'avons jamais essayé.
Bonne expérience si vous souhaitez la tenter ! N'hésitez pas à me tenir au courant si votre four solaire fonctionne !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Bachelière du unschooling avec mention bien !

C'est avec joie et fierté que je vous annonce que L. vient de décrocher le bac à son tour !
Cerise sur le gâteau, bac avec mention bien pour une moyenne de 15/20 !

L. est une bachelière du unschooling puisqu'aucun apprentissage ne lui a été imposé depuis son passage éclair en CP où elle s'est ennuyée...   Cette dernière année a été prodigieusement ennuyeuse car étudier pour le bac suppose un bachotage intensif, mais L. était hyper motivée, elle a donc beaucoup travaillé pour obtenir ce résultat.

Journée mondiale de l'autisme : Interview d'Alexandra, Asperger et fière de l'être

Aujourd'hui, 2 avril, c'est la journée mondiale de l'autisme, il n'était pas question pour l'équipe de Cultitalents de ne pas en parler. Copie de l'article ci-dessous.
Nous avons choisi de nous orienter vers le Syndrome Asperger avec Alexandra Reynaud parce que le syndrome Asperger au féminin est peu connu. Or, les éditions Eyrolles viennent tout juste de publier un livre visant à mieux le connaître! Coïncidence amusante, "Asperger et fière de l'être" est paru le même jour que mon livre "Faire l'école à la maison" et dans la même collection! Merci à Alexandra et aux éditions Eyrolles pour leur implication!


Questions au sommaire : 

1/ Tu viens de publier "Asperger et fière de l'être. Voyage au coeur d'un autisme pas comme les autres", pourrais-tu nous dire à qui s'adresse ce livre? 2/ Pourrais-tu nous parler un peu de toi lorsque tu étais enfant? Quelle petite-fille étais-tu? 3/ Quelles sont les particularit…

Etre bienveillant lorsque l'enfant est hypersensible

Enfant hypersensible, il est autiste, zébré (à haut potentiel) ou hyprasensible et/ou il a vécu des moments peu évidents. Ses besoins semblent parfois ne jamais avoir de fin. Comment être bienveillant avec lui ?