Accéder au contenu principal

"Dyslexie, une vraie-fausse épidémie" par Colette Ouzilou


Présentation éditeur de Dyslexie, une vraie fausse épidémie

« Depuis une vingtaine d’années surtout, l’orthophoniste se heurte à des pratiques pédagogiques malencontreuses qu’il est amené à redresser. Le lecteur trouve ici les conclusions d’une orthophoniste qui exerce depuis près de trente ans dans des CMPP (centres mécico-psycho-pédagogiques) et en cabinet libéral, et qui a travaillé avec plusieurs générations d’enfants. Son expérience lui a permis de dégager des causes majeures d’échec et de trouver des voies thérapeutiques efficaces qui s’imposent dans la prévention de l’échec scolaire le plus banal et le plus grave, celui de la lecture. L’auteur propose ici de suivre un parcours cohérent et logique, une pédagogie avec des étapes rigoureuses, stables, sécurisantes pour le maître comme pour l’élève, qui redonne à ce dernier le goût de l’effort par la découverte active. Cet ouvrage pédagogique propose un cheminement simple à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Il s’adresse à tous les parents et enseignants qui veulent lutter contre l’échec scolaire dès les premières années de CP et qui veulent réapprendre aux enfants à apprendre. »

Commentaires

Autrefois on disait des enfants en difficulté qu’ils étaient paresseux ou idiots, aujourd’hui au moindre souci, et souvent avec les meilleures intentions…, on pense dyslexie, oubliant alors que l’enfant n’est peut-être pas prêt ou que la méthode utilisée peut être en cause.

Selon Colette Ouzilou sur des centaines d’enfants rencontrés seule une quinzaine d’entre eux seraient dys…
Et si je ne suis pas en accord avec toutes ses idées- par exemple la théorie de mimétisme où les enfants en difficulté copieraient des parents qui étaient en difficulté (pourquoi ne pas tout simplement considérer que la génétique pourrait être en cause), cet ouvrage mérite le détour  à plusieurs titres :
  • parce qu’elle remet en cause l’étiquetage précoce et souvent erroné.
  • parce qu’elle donne quelques pistes pour régler certains soucis.
  • parce qu’elle insiste sur la nécessité de régler les soucis ORL. Un enfant qui entend mal peine à entrer dans la lecture. Or les petits soucis ORL (otites notamment) sont fréquents chez les petits.
  • parce qu’elle pointe également de nombreuses erreurs liées à une présentation scolaire inadéquate et l’importance de termes précis.
Tâchons de prendre en compte ces idées et toutes celles de ceux qui tirent la sonnette d’alarme contre des méthodes inadaptées : Colette Ouzilou bien sûr, mais également Elizabeth Nuyts ou Marc-Olivier Sephiha. L’objectif n’est-il pas d’aider tous les enfants qu’ils soient dys ou non?

Dys ou non, adaptons-nous à eux et donnons du temps.



Et n'oubliez pas de vous abonner à la newsletter pour ne manquer aucun billet ! ☺

Posts les plus consultés de ce blog

Instruction obligatoire dès 3 ans et nouvelle menace pour l'IEF

Proposition 1 : Instruction obligatoire dès 3 ans La mesure est annoncée, des votes sont proposés, la mesure est abandonnée pour être reproposée, non votée, reproposée, pffiou.

Et oui, une fois encore, on nous propose- ah non cette fois on nous promet l'instruction obligatoire dès 3 ans. Un article parmi tant d'autres ici avec la coquille habituelle : confusion "scolarité" et "instruction.
La proposition a été déposée le 6 décembre 2017 (lien ici).
L'annonce est déjà faite, la détermination est affichée : à partir de 2019, tous les enfants de 3 ans et plus seront concernés par l'obligation d'instruction.
A partir de septembre de cette année, une expérience sera déjà tentée hors métropole (plus d'informations là).
A titre indicatif, en 2015/2016, 97,6 % des enfants étaient scolarisés en France (source), seulement 11,9 % des petits de 2 ans, ce qui, selon moi, est une bonne chose. 

Des moyens suivront-ils ?
On nous explique que c'est indispe…

Assocations nationales et Listes locales

 Monde : découpage ensuite par continents, pays et régions :
Carte IEF

Calendrier des rencontres non scos là.
Associations nationales Instruction en famille
Quatre associations nationales, par ordre de création  :
LED'A (site Internet) + LED'A (Les Enfants D'Abord) : groupe Facebook 
CISE (Choisir d'Instruire Son Enfant)
LAIA (Libres d'Apprendre et d'Instruire Autrement)
UNIE

Pour mieux agir ensemble, 3 associations (LED'A, CISE et LAIA) se sont associés à un groupe de réflexion/action, le Collect'IEF.
Ensemble ils se réunissent dans le Collectif Pour la Liberté de l'Instruction  (CPLI)

Depuis quelques années il existe également un portail autour de l'instruction en famille : Le portail de l'IEF

De plus une fédération existe également, elle concerne les enfants sans école et les enfants en école sans contrat EN :  FELICIA : Fédération pour la Liberté du Choix de l'Instruction et des Apprentissages et page ici.

Collectif  L'école est la …

Un sondage pour les familles sans école (clos)

Aujourd'hui je vous propose un sondage réservé aux familles sans école ou qui envisagent de l'être. Attention si CNED réglementé je vous demande de ne pas le compléter. En effet, le CNED réglementé ne subit pas les mêmes contrôles et nécessite l'autorisation de l'inspecteur d'académie. Je pense que pour bien représenter l'instruction en famille (avec le CNED réglementé, il s'agit d'instruction à domicile), pour éviter un nouvel amalgame qui justifierait une fois encore le rognage de droits, il est important d'obtenir un cliché sur l'instruction en famille et les cours par correspondance (CNED libre et autres cours).

L'intérêt de ce sondage est de :
- poursuivre le travail d'information auprès du grand public que je me suis fixé
- casser les préjugés, idées préconçues erronées de certains élus
- fournir un outil pour réagir face aux nouvelles menaces contre l'instruction en famille

Le sondage est à retrouver ici. Les questio…