Accéder au contenu principal

Zèbre, Enfant doué, Enfant précoce- Différence ou pas ?

Le haut potentiel, quel sujet passionnant !
Aucune difficulté pour découvrir des articles, des avis, des précisions, à commencer par l'appellation.

Doué, surdoué, c'est/ce serait prétentieux et d'ailleurs pas toujours si juste car des potentiels s'expriment parfois peu pour des raisons diverses.
Précoce suppose une idée d'avance. Dans ce cas là, l'adulte, il devient quoi ?
Le haut potentiel, tout le monde aurait du potentiel. Oui, mais du "haut potentiel", vraiment ?
Alors souvent, on retient "zèbre", terme choisi par Jeanne Siaud-Facchin. Longtemps, j'ai utilisé ce terme aussi... même si quelque chose me déplaisait... et puis j'ai réalisé un kit sur la savane africaine (lien). Le zèbre est un animal qui vit en groupe, un animal opportuniste, un animal qui finalement se démarque seulement par ses rayures, des rayures qui se voient donc. Où sont les marques visibles sur la personne à haut potentiel ? Les personnes à haut potentiel sont-elles des animaux grégaires ? opportunistes ?
Pour ma part, je continue de préférer l'appellation de Jean-François Laurent : "apie" (atypique personne dans l'intelligence et l'émotion).

Même si elle aussi est imparfaite...
Combien d'entre nous se sentent atypiques ?

Hypersensibilité

L'hypersensibilité serait une caractéristique du haut potentiel. Pourtant une personne sur cinq est hypersensible. Tout le monde n'est pas à haut potentiel pour autant. Pour ma part, je me suis souvent sentie triste en me disant qu'en plaçant l'hypersensibilité au centre de nos particularités, nous oubliions les hypersensibles qui n'ont pas le même fonctionnement cérébral. Et puis... j'ai rencontré des personnes à haut potentiel qui n'ont pas cette hypersensibilité... j'ai rencontré des hypersensibles à "potentiel basique" bien plus hypersensibles que des personnes haut potentiel... Leurs difficultés étaient donc plus grandes que les personnes à haut potentiel à sensibilité modérée.

La légende des mathématiques

Une autre idée, un autre cliché revient fréquemment : celle du potentiel mathématique extraordinaire encouragé par les tests de QI actuel. Les tests de QI sont essentiellement centrés autour de la logique et des mathématiques, au risque de manquer certaines personnes à haut potentiel... Et... vous voulez que je vous dise ?... J'ai parfois été sidérée du manque de réflexion de certaines personnes ayant excellé à ces tests et été stupéfiée par l'intelligence d'autres qui auraient peut-être échoué...
Mais même en réussissant les tests, on peut ne pas exceller en mathématiques.
Toutes les personnes à haut potentiel ne sont pas des "bêtes de maths".

Profil hétérogène

Croire à la bosse des maths, c'est oublier les profils hétérogènes.
Ces "Apies" qui n'ont pas un profil hétérogène, ceux qui sont dys et/ou qui cumulent avec l'autisme (syndrome Asperger).

Mais alors, il n'y a aucune différence ?

Pour ma part, je pense que oui, mais pas toujours où on croit.
Ici la pensée en arborescence est une réalité. Il semble que ce ne soit même pas le cas pour tous les zèbres. Cela me laisse malgré tout perplexe car c'est ce foisonnement qui me semble au coeur de nos particularités et justement ce foisonnement qui rend aussi plus complexe l'hypersensibilité car il faut à la fois gérer la sensibilité et les idées qui arrivent en même temps de tous côtés. 

Notre réalité, une réalité parmi tant d'autres

Notre réalité, cela a toujours été des enfants extrêmement curieuses (même si celle-ci s'était éteinte partiellement pour l'une lorsqu'elle fut scolarisée jusqu'à l'âge de 9 ans).
Ce furent des enfants qui ont toujours adoré puzzles, jeux de mots et jeux de stratégie, excellant dans ceux-ci. Malgré des difficultés orales pour l'une et des difficultés de repérage dans l'espace pour l'autre. La fameuse fulgurance qu'on ne parvient pas à expliquer. Valable aussi pour des résultats obtenus sans savoir comment.
Ce furent des enfants hypersensibles, à profil hétérogène.
Ce furent des enfants qui très tôt s'inquiétaient de la mort (l'une avait 2 ans lorsqu'elle comprit le caractère inéluctable de la mort) ou de la planète (l'autre était inconsolable à 5 ans de ce que les Humains faisaient à la planète).
Oui, elles ont été et sont différentes. Oui, je me sens différente.
Mais elles n'étaient pas des enfants qui n'écoutaient rien comme je lis parfois comme "caractéristique".
Un enfant peut défier et être turbulent pour bien des raisons. Les deux ne sont pas étroitement liés.

Un enfant avant tout
Ce sont tous ces questionnements qui me font préférer "enfants curieux" à "enfants à haut potentiel". Finalement, est-ce que ce n'est pas ça le plus important ?
Est-ce qu'on ne devrait tout simplement pas être capable de voir l'enfant, de s'adapter à l'enfant ?
De répondre à sa curiosité s'il est curieux ?
De le rassurer s'il est inquiet ?
De respecter son hypersensibilité s'il est hypersensible ?
Chaque enfant a tout simplement le droit qu'on prenne soin de lui.

Vous cherchez des outils pour une pédagogie alternative, positive et innovante?

Commentaires