Accéder au contenu principal

10 raisons pour les conflits à la maison (plus particulièrement en période de confinement)

En cette période de confinement, les conflits à la maison peuvent exploser ainsi je lis régulièrement des familles qui n'en peuvent plus, des enfants qui refusent d'étudier, des tensions familiales.
Aujourd'hui je vous propose 10 raisons pour expliquer ces conflits et des astuces.

1- Besoins physiologiques

Commençons par les besoins primaires : besoins de manger, boire, aller aux toilettes et dormir.
Dans mon billet "10 conseils pour bien démarrer l'école à la maison", j'évoquais déjà ces besoins et la nécessité de laisser l'enfant les satisfaire au moment où il en a besoin.

2- Besoin de nature

Si vous habitez à la campagne et que vous avez un jardin, c'est un besoin facile à satisfaire. Ce besoin largement sous-estimé était évoqué dans une de mes vidéos ici.
Mais en cette période de confinement, compliqué si vous vivez en appartement et en ville !
Quelques pistes :
- parc lorsque c'est possible, en respectant les obligations du confinement
- usez de votre balcon, peut-être l'occasion de tenter un mini jardin sur le balcon (dans des jardinières)
- sons de la nature à regarder
- vidéos nature
- image/poster nature à accrocher
- devant la fenêtre, inspirez et expirez profondément à plusieurs reprises

3-  Ennui

L'ennui n'est pas une mauvaise chose, il permet aussi d'innover, de se projeter, de prendre le temps de vivre, de se trouver.
Dans ce billet "Maman, papa, je m'ennuie- 10 moyens de lutter contre l'ennui" (lien), je vous proposais plusieurs pistes.

4-  Colère

Les enfants comprennent plus ou moins bien la situation. En temps normal, il peut y avoir de la colère parce qu'ils ne comprennent pas certaines de nos décisions. Avec le confinement, cette colère a encore plus de chances d'être présente. Ils ne sentent pas vraiment concernés, d'autant qu'ils ont statistiquement peu de chances que cela les rendent vraiment malades.
Ils sont en colère car privés de leurs repères, de leurs amis.
Invitez-les à exprimer cette colère et prenez le temps de leur expliquer pourquoi ce confinement est important, pourquoi il est important que nous prêtions attention les uns aux autres. C'est une belle occasion d'engager avec eux un débat.

5-  Besoin d'espace personnel

Les conflits peuvent également venir d'un problème de territoire, c'est en particulier vrai lorsque l'enfant n'a pas d'espace personnel défini. En particulier vrai durant cette période de confinement où les enfants doivent étudier à la maison. Cela peut être vrai lorsqu'on étudie en famille (instruction en famille), mais dans ce cas l'expérience est choisie et on prend le temps de réfléchir au moyen de la mettre en place. Pour rappel ou information, je propose un module gratuit "Gestion de l'espace".
Si l'espace est vraiment difficile à limiter à la maison : espace pour jouer tranquillement et surtout espace pour étudier paisiblement, essayez de trouver un lieu calme (la chambre de l'enfant par exemple) avec, si la chambre est partagée, un temps minuté : soit les enfants sont ensemble et calmes, soit l'autre enfant sort durant ce temps limité.
Cette mise en place est nécessaire pour les enfants qui ont besoin d'étudier paisiblement. 

6- Le manque du parent

Le conflit peut également naitre car l'enfant a le sentiment de ne pas être important pour ce parent.
Prenez du temps pour lui, même 10 mn chaque jour peuvent tout changer.
Ici je vous proposais "8 défis éducation bienveillante : se regarder pour se dire je t'aime".
Profitez de ce temps de confinement pour être présent pour votre enfant. Partagez des moments, des jeux, échangez ensemble.
Quelques idées bonus :
  • cuisiner ensemble
  • se lancer des défis photos
  • imaginer ensemble une maison extraordinaire en carton
  • dessiner/peindre/jouer de la musique/chanter à plusieurs
  • concours de grimaces

7- Le manque des copains

L'enfant très "copains" peut ressentir un manque extrêmement fort. Rappelez-lui que cette situation ne va pas durer ! S'il était en vacances, il ne les verrait pas ou peu durant 15 jours ou même 2 mois (été). En étant présent pour lui, le manque de copains sera moins fort.
Essayez également de lui proposer des échanges Skype ou autres, de créer des projets (vidéo par exemple comme j'ai proposé à celles et ceux qui sont abonnés au Monde de Mei et Noé), de jouer par écrans interposés.

8- Le conflit latent, les souffrances passées

Le conflit peut être présent en raison d'un conflit passé, de souffrances passées. Ceux-ci n'ont jamais été mis à jour ou jamais réglés. La situation s'est envenimée au fil du temps, chacun cultivant parfois une certaine forme de rancune.
Prenez du temps pour en parler, essayez de comprendre le point de vue de l'autre. Soyez capable de vous excuser si nécessaire. Ce n'est pas perdre la face ou faire preuve de faiblesse, bien au contraire! Admettre nos torts (même involontaires) est extrêmement difficile.
Peut-être s'agit-il seulement d'exprimer une douleur passée, une douleur qui prend tant de place qu'elle amène à être au bord de l'explosion. Donnez du temps. Prenez soin de vous aussi lorsque vous êtes au coeur de la tourmente, accordez-vous des moments ressourçants.

9-  L'adolescence

Cette période peu évidente (et je parle bien de la véritable adolescence lorsque les hormones s'en mêlent- à 8 ou 9 ans, il n'y a pas d'adolescence, le problème est autre, cf. points précédents et 10 ou autre raison non citée) peut amener à plus de conflits. En effet, l'adolescent est perturbé par ces changements hormonaux.Il gère souvent difficilement ses émotions. Il a besoin d'apprivoiser ce corps qui change, besoin de bouger et dormir en même temps ! besoin d'explorer ses limites, besoin d'affirmer son identité qu'il cherche.
Ce n'est pas forcément une période difficile à vivre mais c'est une période délicate.
Entendez son besoin de choisir, ce manque qu'il a d'échanger avec d'autres jeunes qui vivent la même chose. Pour lui plus encore que pour les petits, encouragez les échanges réseaux. Laissez-lui du temps, de l'espace pour y parvenir (quitte à allumer musique ou télévision si les murs sont "en papier").
Tâchez de le responsabiliser pour organiser le quotidien : il en a besoin. Le responsabiliser, ça passe aussi par lui permettre de réfléchir et choisir avec vous.

10-  La longueur d'ondes différentes

Les besoins de chacun sont identiques pour certains (manger, boire, etc.) mais aussi parfois très différents.
Là, où l'un aura besoin de musique, l'autre aura peut-être besoin de calme.
Parfois, en fonction du tempérament, il peut y avoir une envie d'imposer sa "puissance", un rapport de forces qui s'installe. Je vous décourage d'entrer dans ce genre de rapports qui souvent aboutit simplement à une surenchère de forces démontrées et donc des conflits plus poussés. C'est encore plus vrai avec le confinement !

Conseil : établissez un conseil de famille ou chacun exprimera ses besoins et où vous choisirez ensemble comment organiser au mieux le quotidien, chacun acceptant des compromis.

Vous cherchez des outils pour une pédagogie alternative, positive et innovante?

Commentaires