Accéder au contenu principal

Découvrez ma boite à outils

Découvrez ma boite à outils
Sélection d'outils- Clic sur l'image

Apprendre à nager et Peur de l'eau


Eté synonyme de piscine, mer, océan, lac.
Pour de nombreux enfants, un moment de bonheur et pour d'autres, la peur au tournant...

Peur de l'inconnu

La peur du sable et des vagues pour certains enfants hypersensibles.

Le sable
Parfois, l'adulte ne comprend pas. Il pensait plaire à l'enfant et il se trouve face à un enfant qui hurle et refuse de poser un orteil sur la plage !
Le sable est chaud, l'enfant a peur de se brûler.
Le sable est glissant : les grains roulent sous ses pieds. Quelle est donc cette sensation étrange ? Rien de stable et s'il était absorbé ? Les repères sont perdus, l'enfant panique !
L'obliger à poser les pieds ? Pour les plus sensibles, c'est courir le risque d'un blocage durable, voire même d'une phobie.
Le rassurer ? Cela fonctionne quelquefois, mais la plupart des enfants hypra-sensibles ont avant tout besoin d'être écoutés.
"Tu as peur ? Ne t'inquiète pas, je ne vais pas te poser de force sur la plage. Tu peux rester dans mes bras... Et maintenant que dirais-tu de t'asseoir sur la serviette ? Rien à craindre, tu connais : c'est ta serviette. Sens comme elle douce et chaude."
Etape 1 : A côté de lui, parlez-lui, donnez-lui un objet familier, montrez-lui quelque chose qui l'intrigue. Puis, doucement, glissez vos doigts- pas les siens- seulement les vôtres dans le sable. Faites les glisser dans le sable. "Oh c'est rigolo, ça glisse". Lorsque vous le sentez intrigué, demandez-lui s'il veut essayer, sans quitter sa serviette bien sûr. Veillez à ne pas mettre de sable sur sa serviette sous peine d'un drame.
Etape 2 : Tapotez doucement vos pieds sur le sable, toujours sans envoyer de sable sur lui ou sur sa serviette. "Oh c'est rigolo, les grains s'envolent, mais le sable durcit sous mes pieds".
Lorsque vous le sentez intrigué, invitez-le à faire de même.
Continuez ainsi, étape par étape, à apprivoiser la peur du sable. Ce jour-là, votre enfant refusera peut-être de jouer dans le sable, il a besoin d'aller à son rythme.
Une de mes filles avait très peur du sable étant petite et plusieurs années plus tard, en allant à son rythme, elle était une inconditionnelle des châteaux de sable. ;)

Astuce supplémentaire : le bac à sable à la maison, sujet de curiosité et plus facile à apprivoiser. Pensez à le couvrir afin d'éviter les visites félines et les souvenirs-déjections... Pour une question de propreté, mais aussi parce que le petit sensible qui glisserait sur une déjection pourrait bien en déduire que, décidément, le sable est bien inquiétant...

Les vagues
Les vagues sont très effrayantes pour les petits hyper-sensibles.
L'eau qui vole sans qu'on contrôle sa trajectoire, le bruit, ce bruit assourdissant pour les oreilles délicates. Difficile de ne pas avoir peur.
Dans un premier temps, n'essayez pas de poser votre enfant dans l'eau, n'essayez même pas que ses orteils frôlent les vagues si vous le sentez très effrayé.
Tenez-le dans vos bras et marchez parallèlement aux vagues. Puis, doucement, lorsque l'enfant se détend, marchez dans l'eau tout en veillant à ce qu'il ne soit pas éclaboussé.
Ensuite, avancez un peu plus loin. N'hésitez pas à rire lorsque l'eau vous éclabousse, à sautiller pour jouer avec les vagues.
Ici, une fois encore, je suis passée d'une grenouille totalement recroquevillée sur elle-même à une demoiselle inconditionnelle des sauts dans les vagues. ;)

Besoin de nager, Peur de l'eau

Savoir nager, un besoin vital
Cette semaine, près de chez moi, une petite fille de 8 ans s'est noyée... Baignade avec défaut de surveillance et petite fille qui ne savait pas nager...
Savoir nager me semble indispensable... En attendant, la surveillance est fondamentale. Une tante insistante me disait de lâcher mes filles lorsqu'elles ne savaient pas nager. Je ne l'ai jamais écoutée. Mon petit frère a failli se noyer dans 25 cm d'eau lorsqu'il avait 2 ans, heureusement j'avais alors réagi vite. Alors, je n'ai jamais cru à la théorie "soyons confiants, cela n'arrive qu'aux autres".
J'assume : je n'ai jamais quitté du regard mes filles lorsqu'elles se baignaient et elles avaient des consignes strictes.  Bon, cela n'empêchait pas une demoiselle avide de sensations de sauter du rebord de la piscine sans se soucier du danger... Conséquence (et non punition) : elle devait parfois attendre quelques minutes avant d'avoir le droit de revenir dans l'eau. On ne plaisante pas avec la sécurité.
En attendant de maitriser les gestes, je lui ai donc indiqué comment jouer les étoiles de mer, puis je l'ai laissée "nager comme un petit chien".
La technique n'est pas si importante, le plus important est de survivre.
Puis, petit à petit, l'apprentissage d'une nage plus efficace.

Peur de l'eau
Aujourd'hui encore, il arrive qu'on imagine que jeter un enfant dans l'eau et l'obliger à y rester est une bonne idée. Combien de phobies de l'eau sont pourtant apparues ainsi ?
Donnons le temps à l'enfant.
Outre la peur des vagues, l'enfant peut avoir peur de l'eau, l'eau étant un élément instable.
Plus notre enfant aura découvert l'eau tôt, moins ce risque existe. Pour ma part, c'est pourquoi j'ai opté pour des bébés nageurs (pratiquant sans groupe attitré).
Un enfant peut aimer les jeux d'eau et détester se baigner tout comme un enfant peut détester les jeux d'eau (recevoir de l'eau sans en contrôler l'origine, se sentir mouillé en étant habillé) et aimer se baigner.
Face à une étendue d'eau, laissons-le observer.
Puis, tremper ses orteils dans l'eau avant de l'inviter à nous rejoindre.
Le meilleur moyen de l'intéresser est de laisser voir combien nous nous amusons, nous les adultes, mais aussi les autres enfants.

Merci d'avoir lu cet article et à très bientôt !

Vous cherchez des outils alternatifs, positifs et innovants ?
Découvrez mes supports pédagogiques ici, sur mon site pro, Des Ailes pour apprendre et abonnez-vous à sa newsletter pour recevoir votre cadeau et ne manquer aucune information et aucun bon plan !
  

Commentaires