Accéder au contenu principal

Découvrez ma boite à outils

Découvrez ma boite à outils
Sélection d'outils- Clic sur l'image

10 façons de réagir face à l'enfant en colère

Aujourd'hui, de nombreux parents s'interrogent.
Comment être un parent bienveillant ? 
Poser une limite, ce n'est pas être un mauvais parent.

Si l'enfant s'élance vers la voie ferrée sur laquelle arrive un train, serez-vous un mauvais parent si vous l'interrompez ? Bien sûr que non... La limite est alors une question vitale.

Si votre enfant frappe un autre enfant ou vous frappe, il a de la même façon besoin d'être stoppé.
Pour accompagner l'enfant en colère, je vous propose plusieurs idées. 
Face à l'enfant qui frappe ou jette, on peut tenter un "stop" ferme et éventuellement un léger haussement de voix.

Eloignement

Pour certains, ça ne suffit pas et parfois, oui, l'enfant a besoin d'être éloigné.

1- On peut lui proposer de sortir, jouer dans le jardin.
2- On peut lui proposer de sortir avec lui.
 
3-  Enfant hypersensible : Certains enfants qui se sont sentis hyperstimulés (hypersensibilité) ont besoin d'être seuls. Ils restent à proximité, porte ouverte, ces enfants là s'apaisent aussitôt. Ils avaient besoin de solitude.

4- Un isolement relatif : Face à un enfant furieux qui hurle, lance des coups dans toutes les directions, on peut lui proposer un bref isolement à proximité de nous (en évitant la porte fermée qui le laisse seul avec sa colère). 
Pour ma part, je m'isole généralement avec lui.
Dans un premier temps, -tout dépend des circonstances-, je le laisse jeter ses membres dans tous les sens, puis je m'approche et lui parle ou bien je m'approche déjà de lui et, si besoin (question de ressenti, d'analyse de la situation), sans le serrer, je place mes bras autour de lui pour accueillir sa colère. Il m'est arrivé de recevoir des coups lorsque l'enfant portait trop de colère en lui (donc attention à la façon de vous positionner pour éviter d'avoir mal), mais qu'il avait besoin de sentir ma présence. La colère était liée à une peur viscérale d'être abandonné. Mine de rien : résister à ce coup, c'est aussi montrer qu'on est là, envers et contre tout. Pour ma part, j'ai accompagné plusieurs enfants ainsi (parmi mes expériences, j'ai un certain nombre d'expériences de gardiennage d'enfants). L'enfant qui m'avait frappée a rarement recommencé, il veillait ensuite à ne pas me blesser même lorsque bras et jambes avaient encore besoin de voler... jusqu'au jour où les colères cessaient.

Jets d'objets/Objets cassés

De la même façon, si l'enfant jette ou casse, il est important qu'il répare.
5- L'enfant a jeté : il ramasse. Pas vous. Lui. Dans un premier temps, vous pouvez l'accompagner, mais il prend ainsi conscience que zut, il doit fournir un effort pour récupérer ce qu'il a jeté.

6- L'enfant a cassé : il nettoie. Bien sûr, on aide le plus petit. Là encore, il prend conscience que ses actes ont des conséquences.
Ce n'est pas punir, c'est réparer, c'est apprendre à être responsable de ses actes.

Comprendre et réagir

7- Il s'agit ensuite de comprendre d'où vient la colère : peur de l'abandon, sentiment de trahison, désir de contrôle, impression d'être incapable, etc. L'expérience m'a appris que plus la colère est forte, moins la raison est isolée.
Ecouter.
Proposer par exemple les cartes des émotions de Bougribrouillons pour s'exprimer.

8- Expliquer : parfois un malentendu suffit à créer le souci. L'enfant n'a aucun recul face à son vécu.  On lui apprend également à avoir du recul : pourquoi est-il en colère ? L'autre a-t-il voulu casser son jouet ou l'a-t-il fait en allant trop vite ? L'autre savait-il que c'était sa place ?

9- Une question de temps
Donner du temps lorsque des évènements difficiles sont la raison de la colère.
Passer du temps avec l'enfant.

10- Anticiper la colère, les blessures amenant à la colère.
Laisser les petits angoissés nous entendre et/ou nous voir : porte ouverte, à proximité de nous, le temps d'être rassuré.
Inviter les hypersensibles à quitter la pièce lorsque leurs sens sont trop sollicités.
Apprendre que partager, ce n'est pas perdre. Une vie harmonieuse est faite de partages.
Apprendre que l'échec est nécessaire pour réussir. 

Merci d'avoir lu cet article et à très bientôt !

Vous cherchez des outils alternatifs, positifs et innovants ?
Découvrez mes supports pédagogiques ici, sur mon site pro, Des Ailes pour apprendre et abonnez-vous à sa newsletter pour recevoir votre cadeau et ne manquer aucune information et aucun bon plan !
  

Commentaires