Accéder au contenu principal

Mon enfant est en difficulté d'apprentissage, faut-il le faire étudier cet été ?

Votre enfant est en difficulté d'apprentissage.
S'il était à l'école, l'année a été difficile... peut-être redouble-t-il ou bien passe-t-il de justesse...
S'il apprend à la maison, il aura peut-être repris un peu confiance en lui, surtout si le contrôle pédagogique était respectueux de son mode de fonctionnement. Si malheureusement, il ne l'était pas et qu'il vient de se dérouler, il est fragile.

Avertissement
Tout d'abord, je précise que je vais parler de mes outils. Depuis 11 ans, je partage gratuitement : mes conseils, mes outils, mon soutien. Vous pouvez retrouver mon nouveau fichier gratuit sur la dyslexie ici- Au programme 9 pages pour identifier et accompagner). Depuis quelques mois, je vends également, c'est la condition sine qua non pour poursuivre mon travail. 
Mais que je vende ou pas ne change rien. Je me suis toujours efforcée d'être la plus honnête possible, j'ai toujours essayé d'être objective et je continuerai. 
Mon objectif est et a toujours été le bien-être des enfants.
Blabla terminé, passons aux choses sérieuses. ;)

Remplir son réservoir émotionnel

Tout d'abord, l'urgence pour cet enfant, c'est de reprendre confiance en lui.
L'été est là. Il est important d'en profiter : de partir en vacances, en exploration, de se baigner, de se promener, de jouer, de partager des moments avec vous.
Il a besoin de remplir son réservoir émotionnel.
Cette année l'a épuisé. Même s'il a peut-être été dans l'opposition, la querelle, le refus d'apprendre, ne vous y méprenez pas : un enfant en difficulté cherche ainsi un moyen d'exister, un moyen de se rebeller contre l'image de lui qu'il voit chaque jour... Certains, au contraire, se sont effacés... A quoi bon ? A quoi bon se battre, à quoi bon se rebeller, il n'est qu'un idiot...
L'été, c'est le moment pour écouter les souffrances refoulées. 
L'été, c'est le moment idéal pour lui rappeler notre amour.
Avec des mots tendres ici et là.
Avec des moments partagés, des liens renoués.
Oubliez un instant qu'il est cet enfant en difficulté, il est avant tout VOTRE enfant, celui dont l'apparition a un jour inondé votre vie de soleil.
Oui, ce n'est pas toujours facile de l'accompagner, mais regardez-le bien.
Ecoutez comme il peut être drôle, regardez comme il peut être créatif, voyez comme il est observateur.
Quelles sont ses qualités ? Ses talents ?

Développer ses talents

En plus du réservoir émotionnel rempli, l'autre urgence, c'est de l'inviter à développer ses talents.
C'est la raison pour laquelle j'ai crée mon kit "Motiver son enfant".  Est-il indispensable ? Non. Ce kit est un outil essentiellement pour les enfants qui peinent à terminer leurs projets et qui cherchent des idées.
Mais cet été, vous aurez sans doute plus de temps pour accompagner et encourager les projets de votre enfant.

Défis sportifs
Ces projets peuvent être tout simplement des défis sportifs. Inutile de viser des exploits, de simples moments sportifs où l'enfant sent combien il maitrise son corps, où tout à coup il a l'impression de reprendre le contrôle, de ne plus être un looser.
Et nos dyspraxiques ? Du côté des dyspraxiques, le défi sportif peut être plus simple, il peut s'agir d'une simple balade à pied, en vélo, de nager, etc. Malgré nos maladresses, L. et moi, nous avons toujours adoré grimper sur des rochers ou même sur des troncs d'arbres. A l'école, le sport est souvent compliqué, le risque est de ne plus oser repousser les limites de son corps. L'été, c'est donc le moment de s'apercevoir qu'il est possible de grimper à sa façon et à son rythme. Pour aider votre enfant dyspraxique lors des moments de marche, n'hésitez pas à investir dans un bâton de marche, ce sera un précieux relai lorsqu'il sera fatigué et cela retardera sa fatigue.

Défis créatifs
Proposez lui également des défis créatifs.
Lorsqu'on pense création, on pense arts et effectivement, c'est une bonne idée de l'inviter à chanter, dessiner, peindre, sculpter.
Cependant, un défi créatif peut prendre bien d'autres formes. Cela peut-être une écriture créative, c'est une des raisons qui m'ont fait concevoir mes supports Magie des mots (lien). Cela peut également être la création d'une cabane, d'un bateau en carton ou de tout autre objet imaginé par l'enfant.

Défis projets
Dans ces défis, on retrouve des défis créatifs, mais également tout autre projet décidé par l'enfant. Et si l'un d'eux vous surprend en voulant, par exemple, apprendre une langue originale alors qu'il est dyslexique et qu'on vous a dit et répété qu'il était très difficile d'apprendre une langue étrangère lorsqu'on est dys, laissez-le faire. Il est peu probable en effet qu'il apprenne une langue en deux mois, mais il développe son écoute et retiendra plusieurs mots. L'apprentissage d'une langue par les dys n'est pas simple, mais c'est en grande partie parce que les outils proposés sont souvent inadaptés. Les cahiers du commerce leur conviendront sans doute peu, tout comme Duolingo qui est un outil apprécié d'un certain nombre d'enfants/ados/adultes mais décourageant pour les dys en raison de l'attention portée à l'orthographe/grammaire pour valider un niveau. En clair, invitez-le plutôt à se tourner vers des outils limitant l'attention à l'orthographe et à la grammaire. Quelques liens sont à retrouver sur le blog là. Mes filles appréciaient en particulier Language on line.
Votre enfant mènera son projet à son terme ou pas, mais il apprendra, il choisira, il s'investira et y prendra donc du plaisir. Or c'est ce qui lui permettra un jour d'oser se lancer dans la vie active.

Et les cours alors ?

Cahiers de vacances classiques
Et bien tout d'abord je vous déconseille les cahiers de vacances habituels.
Ils sont une reprise en condensé de ce qui se passe à l'école. L'école l'a découragé, le cahier le découragera aussi et comme, de plus, le cahier est mode "survol", il retiendra peu... 

Bloc jeux
Vous pouvez lui proposer des blocs jeux, ce sera ludique.
Apprendra-t-il ? Il n'apprendra pas vraiment en termes de notions scolaires. Cependant, ce type de blocs n'est pas inutile car mine de rien, il peut réaliser des mots croisés, des mots fléchés, ce qui va développer son orthographe et son vocabulaire. De plus, des labyrinthes, "cherchez l'erreur", etc. lui permettront de développer son attention. Or l'attention est nécessaire pour bien apprendre.

Mes supports pédagogiques
Que ce soient mes kits pédagogiques (ici) ou mes grimoires Magie des mots (là), ils ont été conçus pour développer la curiosité des enfants, apprendre sans en avoir l'air et prendre en considération les enfants en difficulté d'apprentissage.
Je les ai crées car, en tant que maman, je ne trouvais pas ce qui convenait à mes filles dans le commerce. Ils sont donc basés en partie sur notre pratique.
Sont-ils incontournables ? Plairont-ils à vos enfants ? Les retours sont bons, de nombreux enfants ont déjà été séduits, ça ne garantit bien sûr pas un succès certain auprès de vos enfants. Ils sont simplement une alternative.

Cours particuliers 
Si votre enfant apprend à la maison, les cours particuliers semblent inutiles. Votre enfant bénéficie déjà d'une pédagogie personnalisée.
Si votre enfant est scolarisé, la condition pour un passage est parfois la prise de cours particuliers.
Deux conseils si vous optez pour des cours particuliers :
- choisissez quelqu'un qui connait son métier. Pour avoir dû reprendre des explications après une notion mal présentée, c'est souvent plus compliqué ensuite pour l'enfant. Des difficultés surgissent parfois lorsqu'une notion est mal présentée...
Si vous êtes un parent sans école, essayez de ne pas trop vous inquiéter. L'instruction en famille est très différente du système classique puisque parent et enfant sont une équipe. L'enfant sait que vous n'êtes pas un professionnel et que vous pouvez vous tromper, que vous allez chercher ensemble. En cas de doute, prenez un support bien conçu pour vous soutenir.
- ne passez pas en mode "vacances studieuses". Dans ce cas, l'enfant ne sortira pas le nez de ses difficultés... Il continuera jour après jour de voir ses limites... Beaucoup de jeunes asiatiques n'en peuvent plus à cause des vacances-soutien scolaire... Ne reproduisons pas la même chose en France.
Quelques cours ponctuels et des semaines sans apprentissages programmés sont indispensables à l'enfant/adolescent.
L'inactivité apparente permet en fait de nouvelles connexions cérébrales, connexions qui ne peuvent se créer sereinement si l'enfant croule sous les objectifs à atteindre.

Très bonnes vacances à venir !

Merci d'avoir lu cet article et à très bientôt !

Vous cherchez des outils alternatifs, positifs et innovants ?
Découvrez mes supports pédagogiques ici, sur mon site pro, Des Ailes pour apprendre et abonnez-vous à sa newsletter pour recevoir votre cadeau et ne manquer aucune information et aucun bon plan !
  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Instruction obligatoire dès 3 ans et nouvelle menace pour l'IEF

Proposition 1 : Instruction obligatoire dès 3 ans La mesure est annoncée, des votes sont proposés, la mesure est abandonnée pour être reproposée, non votée, reproposée, pffiou.

Et oui, une fois encore, on nous propose- ah non cette fois on nous promet l'instruction obligatoire dès 3 ans. Un article parmi tant d'autres ici avec la coquille habituelle : confusion "scolarité" et "instruction.
La proposition a été déposée le 6 décembre 2017 (lien ici).
L'annonce est déjà faite, la détermination est affichée : à partir de 2019, tous les enfants de 3 ans et plus seront concernés par l'obligation d'instruction.
A partir de septembre de cette année, une expérience sera déjà tentée hors métropole (plus d'informations là).
A titre indicatif, en 2015/2016, 97,6 % des enfants étaient scolarisés en France (source), seulement 11,9 % des petits de 2 ans, ce qui, selon moi, est une bonne chose. 

Des moyens suivront-ils ?
On nous explique que c'est indispe…

Assocations nationales et Listes locales

 Monde : découpage ensuite par continents, pays et régions :
Carte IEF

Calendrier des rencontres non scos là.
Associations nationales Instruction en famille
Quatre associations nationales, par ordre de création  :
LED'A (site Internet) + LED'A (Les Enfants D'Abord) : groupe Facebook 
CISE (Choisir d'Instruire Son Enfant)
LAIA (Libres d'Apprendre et d'Instruire Autrement)
UNIE

Pour mieux agir ensemble, 3 associations (LED'A, CISE et LAIA) se sont associés à un groupe de réflexion/action, le Collect'IEF.
Ensemble ils se réunissent dans le Collectif Pour la Liberté de l'Instruction  (CPLI)

Depuis quelques années il existe également un portail autour de l'instruction en famille : Le portail de l'IEF

De plus une fédération existe également, elle concerne les enfants sans école et les enfants en école sans contrat EN :  FELICIA : Fédération pour la Liberté du Choix de l'Instruction et des Apprentissages et page ici.

Collectif  L'école est la …

Un sondage pour les familles sans école (clos)

Aujourd'hui je vous propose un sondage réservé aux familles sans école ou qui envisagent de l'être. Attention si CNED réglementé je vous demande de ne pas le compléter. En effet, le CNED réglementé ne subit pas les mêmes contrôles et nécessite l'autorisation de l'inspecteur d'académie. Je pense que pour bien représenter l'instruction en famille (avec le CNED réglementé, il s'agit d'instruction à domicile), pour éviter un nouvel amalgame qui justifierait une fois encore le rognage de droits, il est important d'obtenir un cliché sur l'instruction en famille et les cours par correspondance (CNED libre et autres cours).

L'intérêt de ce sondage est de :
- poursuivre le travail d'information auprès du grand public que je me suis fixé
- casser les préjugés, idées préconçues erronées de certains élus
- fournir un outil pour réagir face aux nouvelles menaces contre l'instruction en famille

Le sondage est à retrouver ici. Les questio…