Accéder au contenu principal

France, pays des droits de l'homme où les droits de l'enfant sont menacés

Mes projets

   Cette semaine, j'avais prévu une nouvelle vidéo, je tâcherai de la réaliser tout à l'heure (18 h02 : elle est là).
Cette semaine, j'avais prévu de travailler sur ma nouvelle box.
Cette semaine, je devais vous proposer un tirage au sort afin de fêter les 1 an de mon livre Faire l'école à la maison. Malgré mon engagement ailleurs (cf. bas du message), je suis parvenue à mettre en place un double tirage au sort ce matin (lien).
Cette semaine, je devais prendre soin des miens, jardiner, vivre tout simplement.

Et puis, une mesure présentée par le président m'a donné envie de réagir : l'instruction obligatoire dès trois ans. Cette mesure me déplaisait, mais ne m'inquiétait pas vraiment. Je pensais rassurer les familles sans école : l'instruction à la maison restait possible.

Une menace liberticide

   Et puis, j'ai découvert des cavaliers législatifs introduits dans une autre proposition, la proposition de loi visant à simplifier et mieux encadrer le régime d'ouverture des établissements privés hors contrat, texte n°589 (là).
En effet, plusieurs amendements ont été déposés le 23 mars afin de soumettre l'instruction en famille à autorisation :
  • amendement 33  : "demande d’autorisation au maire et à l’autorité de l’État compétente en matière d’éducation" (amendement déposé par une personne isolée)
  • amendement 42 : "objet d’une autorisation préalable de l’inspecteur d’académie dans des conditions fixées par décret."
De nombreux amendements ont déjà été rejetés dans cette proposition de loi. Le rapporteur avait également dit " je n’ai pas oublié l’enseignement à domicile mais il n’est pas le sujet de ce texte", espérons qu'il garde cette idée en tête...
Il importe cependant de continuer à être vigilants

Mon début de semaine : la réalité de bien des enfants... 

  Cette semaine, j'ai informé sur cette menace liberticide. J'ai écrit au président pour lui proposer de découvrir mes livres, pour l'alerter. Me répondra-t-il ? Je continue d'agir pour informer, pour réagir. Posément, mais certainement.

  L'instruction en famille est souvent décriée à tort. Ceux qui en parlent généralement le plus et le plus mal sont ceux qui ne connaissent aucune famille sans école... C'est pour cela que j'ai choisi d'informer.
Hier on a pensé que je présentais une vue utopique des familles sans école. Je comprends, je reçois surtout des témoignages positifs, c'est donc eux que je relaie. Cependant, lisez mon livre Faire l'école à la maison qui est truffé de témoignages, mes blogs, celui-ci et celui de Faire l'école à la maison. J'y parle aussi des soucis :). Lorsqu'on se marie, on imagine en principe une vie paisible avec l'élu de son coeur, la réalité est plus nuancée, c'est la même chose pour l'IEF. ;)
De plus, jamais je n'ai prétendu que c'était la seule solution puisque ce n'est pas ce que je crois. ☺

Mais ces trois derniers jours, j'ai répondu encore à bien des sollicitations :
  • des demandes d'information généralistes. Je renvoie alors à mon blog et à mes livres car les informations clés y sont. 
  • j'ai conseillé deux familles qui ont vécu des contrôles difficiles. L'un vient tout juste d'être déscolarisé pour cause de souffrance scolaire. A la maison, il revit. Il apprend ainsi depuis quelques mois à peine et l'inspection académique remet en question son niveau. Il a vécu plusieurs années à l'école, de quel niveau parle-t-on ? De celui acquis avec l'instruction en famille ou avec l'école ? 
  • la seconde a rencontré un inspecteur qui croit uniquement aux cours par correspondance. Il ne veut rien entendre : sans cours par correspondance, ce n'est pas bien, un point c'est tout, un point c'est comme. 
  • j'ai entendu l'inquiétude d'une maman avec enfant âgé de 3 ans qui parle mal selon l'école... mais qui progresse bien selon l'entourage... 
  • entendu l'angoisse d'une maman à qui on a annoncé un futur échec scolaire à un enfant en difficultés scolaires... il vient de souffler ses 4 bougies...
  • entendu parler d'une famille signalée pour un rendez-vous chez le dentiste durant les heures de cours... 
  • reçu un appel à l'aide pour une maman qui souhaitait partir 15 jours dans son pays natal, profiter du fait que son fils a seulement 4 ans pour bénéficier de tarifs réduits hors vacances scolaires. Ils ne partiront pas. Ils perdront de l'argent. Ils ne verront pas leur famille. La directrice a menacé de signalement... L'instruction n'est même pas obligatoire, mais toute inscription à l'école engage... 
  • reçu un appel à l'aide car malgré une inscription au CNED réglementé pour cause de handicap, les aménagements aux examens sont refusés. Motif : pas de gevasco. 
  • reçu un appel à l'aide pour cause de harcèlement scolaire, de refus de l'école de prendre en charge le problème (manque de surveillance sur la cour de récréation), l'enfant se rebelle, il est puni... 
En seulement trois jours...
En reprenant la semaine passée, j'aurais pu ajouter bien des témoignages...
Lisez bien. Que constatez-vous ? Les demandes correspondent-elles uniquement à des familles sans école ?
L'école va mal... Nous avons tous besoin d'avoir une alternative, tous besoin d'avoir le choix !
Nous sommes tous concernés par l'instruction en famille. 

Informons, informez-vous.
Vouloir changer l'école, c'est bien, c'est même indispensable selon moi. Seulement chacun doit  avoir le choix, lorsque ça se passe mal ou pas. C'est ainsi que fonctionne une démocratie, c'est ainsi qu'on enseigne la notion de droit aux enfants.
L'instruction en famille est un droit fondamental pour les enfants. 

Edit le 29 à 11h14 : amendements rejetés, groupe de travail annoncé

Et malgré les menaces récurrentes contre la liberté d'instruction, vivez, respirez avec avec vos enfants! 

Merci d'avoir lu cet article et à très bientôt !


 
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter en haut, à droite du blog.

Commentaires

  1. Un article très au point ! Non, les restrictions à l'accès à l'instruction à la maison ne concernant pas que les familles qui instruisent leurs enfants à la maison: elles concernent les familles concernées par les difficultés de l'école. C'est-à-dire, potentiellement, à la faveur d'un déménagement, ou d'un changement de l'équipe éducative, ou de l'irruption d'un élément perturbateur quelconque, toutes les familles. Merci de ce rappel !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire