Accéder au contenu principal

Amendements contre l'instruction en famille rejetés, Groupe de travail annoncé

Bonne nouvelle : Amendements rejetés

Sans surprise, les amendements visant à soumettre l'instruction en famille à autorisation (+ contrôle annuel de la mairie) ont été retirés ou rejetés : ils ne correspondaient pas à la proposition de loi visant à encadrer les écoles hors contrat.
La vidéo est à retrouver ici : discussion à partir de 45 mn environ, premier vote à 58 mn. 

Mauvaise nouvelle : Groupe de travail annoncé

Mauvaise nouvelle car les arguments annoncés attestaient d'une méconnaissance complète de l'instruction en famille.
Mis à part une personne qui a cité les problèmes de phobie scolaire, les autres ont évoqué la nécessité d'un métier d'enseignant, mais surtout la crainte d'une radicalisation.
Pour ma part, je constate surtout  :
  • des choix en amont comme il en existe depuis toujours avec des familles qui souhaitent vivre à un autre rythme
  • des familles désireuses d'explorer d'autres alternatives pédagogiques
  • des enfants en grande souffrance à l'école : phobie c'est vrai
  • mais aussi non prise en compte de leur profil particulier
  • problèmes de harcèlement scolaire
  • désir des parents de s'échapper des pressions et attentes toujours plus grandes dans un système classique, désir que l'enfant suive SON rythme, SES besoins
Des familles musulmanes, oui, il y en a.
Toujours plus, je le pense aussi. Mais pourquoi ?
Un député a prétendu (toutes familles confondues) que beaucoup de familles confiaient l'instruction de leur enfant à une association. Où ? Quand ? Il en existe, mais dans ce cas, ces familles se donnent-elles la peine de déclarer l'instruction en famille ? Il s'agit alors d'écoles de fait, rien à voir avec l'instruction à domicile.
La totalité des familles que je connais, réellement ou virtuellement, n'a pas recours à une association. Certains choisissent simplement des cours par correspondance.
Quant aux familles musulmanes, je suis en contact avec certaines, j'écoute avant de juger. Certaines déscolarisent parce que leur enfant est victime de rejet, de harcèlement en raison de sa religion. La prudence, la méfiance contre l'extrémisme ont engendré ce qu'engendre toute peur : des réactions incontrôlées, des haines a priori.
Il y a certainement des familles extrémistes qui optent pour la déscolarisation et certainement des écoles de fait. A ma connaissance, elles ne me contactent pas. Pourquoi des familles croyant en un Dieu auquel moi je ne crois pas seraient-elles coupables a priori ? J'éprouve de la compassion pour les enfants qui ont quitté le système scolaire en souffrance (harcèlement, etc.) en raison de ces craintes qui obscurcissent tout.

Alors monsieur le ministre, mesdames et messieurs les députés, mesdames et messieurs les sénateurs, organisez votre groupe de travail, mais je vous en conjure ne regardez pas par une lorgnette, regardez nous.

Quant à nous, familles sans école, sensibilisons encore... 
Montrons que nous sommes des parents réfléchis et responsables, que nous avons simplement fait un choix différent.

Merci d'avoir lu cet article et à très bientôt !


 
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter en haut, à droite du blog.

Commentaires

  1. Il faut se renseigner sur le groupe de travail et écrire aux députés qui en font partie pour les sensibiliser aux (bonnes/raisonnables) motivations (légitimes/non anti-quoique ce soit ou qui que ce soit) des familles qui choisissent l'instruction en famille. Plus il y aura de courrier/courriels, mieux ce sera.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je le pense aussi :) Mais attention à ne pas laisser la colère dominer et pour le coup faire preuve d'agressivité car cela nous desservirait. Le plus important est d'informer, de montrer que la réalité n'est pas ce que croient certains députés.

      Supprimer
    2. Vous avez mille fois raison. En tant qu'enseignants de nos enfants, je pense que nous savons tous nous efforcer d'expliquer calmement quelque chose à quelqu'un qui ne sait pas/n'est pas d'accord. La politesse, le respect sont des notions et pratiques que nous enseignons tous --je l'espère-- à nos enfants et que nous savons --je l'espère aussi-- mettre en pratique nous mêmes, surtout lorsqu'il s'agit d'une cause qui nous tient à coeur et lorsqu'il s'agit de défendre l'intérêt de nos enfants. C'est tellement, mais tellement important. Hors de question de tout gâcher en disant/écrivant des inepties ou autre n'importe quoi.
      Merci encore pour votre blog.

      Supprimer
    3. Pour moi ce n'est pas un choix mais je me sens obligé de déscolarisé de nouveau mon fils Victor enfant EIP incompris une nouvelle fois par son instit et qui à mon avis le met volontairement en difficulté pour lui refuser l'accès à la 6eme( très demandé par Victor). J'aimerai faire comprendre sans agresser que tous les enfants ne sont pas identiques et tant que l'école veut en faire des clones formater certains ne s'y retrouve pas. Alors oui je veux informer que ce n'est pas une mauvaise intention qui m'a obligé aujourd'hui à le déscolariser mais simplement son bien être et le respect que j'ai pour lui.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Instruction obligatoire dès 3 ans et nouvelle menace pour l'IEF

Proposition 1 : Instruction obligatoire dès 3 ans La mesure est annoncée, des votes sont proposés, la mesure est abandonnée pour être reproposée, non votée, reproposée, pffiou.

Et oui, une fois encore, on nous propose- ah non cette fois on nous promet l'instruction obligatoire dès 3 ans. Un article parmi tant d'autres ici avec la coquille habituelle : confusion "scolarité" et "instruction.
La proposition a été déposée le 6 décembre 2017 (lien ici).
L'annonce est déjà faite, la détermination est affichée : à partir de 2019, tous les enfants de 3 ans et plus seront concernés par l'obligation d'instruction.
A partir de septembre de cette année, une expérience sera déjà tentée hors métropole (plus d'informations là).
A titre indicatif, en 2015/2016, 97,6 % des enfants étaient scolarisés en France (source), seulement 11,9 % des petits de 2 ans, ce qui, selon moi, est une bonne chose. 

Des moyens suivront-ils ?
On nous explique que c'est indispe…

Assocations nationales et Listes locales

 Monde : découpage ensuite par continents, pays et régions :
Carte IEF

Calendrier des rencontres non scos là.
Associations nationales Instruction en famille
Quatre associations nationales, par ordre de création  :
LED'A (site Internet) + LED'A (Les Enfants D'Abord) : groupe Facebook 
CISE (Choisir d'Instruire Son Enfant)
LAIA (Libres d'Apprendre et d'Instruire Autrement)
UNIE

Pour mieux agir ensemble, 3 associations (LED'A, CISE et LAIA) se sont associés à un groupe de réflexion/action, le Collect'IEF.
Ensemble ils se réunissent dans le Collectif Pour la Liberté de l'Instruction  (CPLI)

Depuis quelques années il existe également un portail autour de l'instruction en famille : Le portail de l'IEF

De plus une fédération existe également, elle concerne les enfants sans école et les enfants en école sans contrat EN :  FELICIA : Fédération pour la Liberté du Choix de l'Instruction et des Apprentissages et page ici.

Collectif  L'école est la …

Un sondage pour les familles sans école (clos)

Aujourd'hui je vous propose un sondage réservé aux familles sans école ou qui envisagent de l'être. Attention si CNED réglementé je vous demande de ne pas le compléter. En effet, le CNED réglementé ne subit pas les mêmes contrôles et nécessite l'autorisation de l'inspecteur d'académie. Je pense que pour bien représenter l'instruction en famille (avec le CNED réglementé, il s'agit d'instruction à domicile), pour éviter un nouvel amalgame qui justifierait une fois encore le rognage de droits, il est important d'obtenir un cliché sur l'instruction en famille et les cours par correspondance (CNED libre et autres cours).

L'intérêt de ce sondage est de :
- poursuivre le travail d'information auprès du grand public que je me suis fixé
- casser les préjugés, idées préconçues erronées de certains élus
- fournir un outil pour réagir face aux nouvelles menaces contre l'instruction en famille

Le sondage est à retrouver ici. Les questio…