Accéder au contenu principal

Découvrez ma boite à outils

Découvrez ma boite à outils
Sélection d'outils- Clic sur l'image

Tremble ! Je suis ta mère !


Comme des mains qui surgissent de la nuit (zut ça c'est Zorro, mais Zorro c'est un homme d'abord) - comme des mains qui surgissent de la mer/mère, toute mère empêche son enfant de grandir. Si si c'est Freud qui l'a dit d'abord. D'où l'intervention du père (Zorro).

Schématisation ? Sans doute. Et pourtant combien d'entre nous se voient accusées pour l'angoisse de leur enfant. Un enfant qui refuse d'aller à l'école, ça n'existe pas. C'est la mère qui l'influence. Un enfant qui préfère observer les autres, qui a besoin de se sentir en sécurité, ça n'existe pas non plus. C'est l'angoisse de la mère qui est ressentie.

Stop. Arrêt sur image.
Ce sont des chats, seulement des chats me direz-vous. Tant pis, j'ose écrire que Freud, c'est seulement Freud.
5 chats à la maison, 5 caractères différents.
Jour d'arrivée de minette N°1 : cachée sous le meuble toute la journée, puis exploratrice, joueuse. Elle a 12 ans, est hypersensible et toujours joueuse.
Jour d'arrivée de minette N°2 : explore partout, réclame des câlins. Elle a 11 ans, ne supporte pas d'être enfermée, est câline et bougonne.
Jour d'arrivée de minet N°3 : pas très tranquille, se cache un peu, explore peu, reste à proximité de moi. Il a 7 ans, c'est un véritable pot de glu ! Il bouge le moins possible.
Jour d'arrivée de minet N°4 : circonstances particulières, nous devons lui donner des soins particuliers. Il est très attaché à nous tout en étant indépendant. Hyper intelligent, hyper sensible.
Jour d'arrivée de minette N°5 : explore partout, impressionnant on la croirait chez elle depuis toujours, grimpe partout, très indépendante. 4 mois, elle continue sur sa lancée. ;)

Et si on admettait tout simplement que les enfants existent à part entière et ont leur propre caractère?
Et si on cessait de responsabiliser à outrance les mamans ?
Et si tout simplement on nous faisait confiance ?

Votre enfant est triste d'aller à l'école ? Vous pouvez chercher des solutions avec lui, avec l'enseignant, vous pouvez aussi réaliser que ce n'est pas le moment pour lui. Aucune envie d'une activité péri-scolaire ? Là aussi, ce n'est pas la mère qui a priori est en cause, regardons l'enfant, admettons qu'il a ses propres émotions, sa propre sensibilité. Stop aux petites cases, vive les réalités multiples !

Merci d'avoir lu cet article et à très bientôt !


 
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter en haut, à droite du blog.

Commentaires

  1. Entièrement d'accord !
    acceptons l'enfant avec ses particularités...La plupart du temps, nous n'y sommes pour rien.

    Mais le formatage a fait son oeuvre, il existe un portrait-robot de l'enfant telle que notre société l'envisage.
    Arhhh ! Sont pas tous bons à se couler dans le moule...qu'on leur coupe la tête (et celle de la mère aussi par la même occasion).

    Difficile d'être différent-e de nos jours.
    A force d'incriminer les mères, les jeunes générations ne sont plus en demande de maternité. On comprend pourquoi : la culpabilité permanente est épuisante...même s'il y d'autres raisons bien entendu.

    Valérie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement... avec cette volonté de toujours plus, toujours meilleure mère, toujours meilleur élève, toujours enfant plus parfait, pourquoi s'étonner que les enfants semblent de plus en plus rebelles ? Ne nous disent-ils pas que le modèle qui s'affirme jour après jour ne leur correspond pas, qu'ils étouffent ?

      Supprimer

Enregistrer un commentaire