mardi 7 juin 2016

Instruction en famille : Des 2 côtés du miroir, pourquoi notre liberté est si importante



Officiellement nous ne serons plus concernés, mais je me sens concernée.

Je me sens concernée car mes filles envisagent d'instruire leurs enfants.
Je me sens concernée car j'ai des amis qui ont des enfants sans école.
Je me sens concernée car je n'oublie pas combien il est important que des enfants aux besoins particuliers puissent avoir cette porte ouverte, combien elle peut être salutaire...
Je me sens concernée parce qu'on ne devrait pas attendre d'être à bout de forces pour envisager une autre piste et que mine de rien l'instruction en famille est un laboratoire permettant d'expérimenter d'autres manières d'apprendre souvent plus adaptées à l'enfant instruit ainsi.
Je me sens concernée parce que je suis profondément attachée à la liberté et que je crois que la liberté passe aussi par la possibilité de choisir comment apprendre.

Et puis je me sens concernée parce que si je n'avais pas eu une vraie liberté pédagogique mes filles n'en seraient pas là où elles en sont aujourd'hui, je n'aurais pas pu m'adapter à leurs profils particuliers et par conséquent je n'aurais pas mis au point des outils pouvant aider des enfants en difficulté comme je le fais auprès d'enfants scolarisés...
Ne pas réagir c'est peut-être aussi empêcher que d'autres méthodes pédagogiques plus adaptées à vos enfants soient découvertes ! 

Alors aujourd'hui je vous propose un billet pour jongler d'un côté du miroir à l'autre... de la famille qui se sent totalement impliquée, menacée même à la personne qui pense important de contrôler plus encore...  
En rouge je m'exprimerai comme si j'étais d'accord avec les mesures envisagées et en vert comme si j'y étais opposée. Il ne s'agit donc pas de mon avis mais d'écouter les arguments des uns et des autres.

Un billet afin de vous présenter la réalité de nombreuses familles mais également afin de vous montrer pourquoi nous pouvons TOUS être concernés, directement ou indirectement.
Un billet également destiné à faciliter, je l'espère, la communication entre les uns et les autres : la réalité des uns n'est pas celles des autres et c'est seulement en essayant de la percevoir que nous pouvons avancer ensemble.

  • Tests scolaires et paliers de l'Education nationale imposés (décret demain semble-t-il- texte proposé à lire ici)


Comment contrôler qu'une instruction est effectivement donnée ?
Comment s'assurer du niveau des enfants ? 
La liberté d'apprendre sans école, d'accord ; mais apprendre est aussi un droit et il faut bien que l'Etat joue son rôle de superviseur en vérifiant que les enfants sont instruits...
Les bras de fer avec les familles sont pénibles et font perdre du temps. D'accord elles peuvent instruire leurs enfants mais qu'elles jouent le jeu et prouvent que leurs enfants sont instruits !

Qu'on doute ainsi de nous, c'est insupportable.
Pourquoi ne pas comprendre qu'un enfant peut apprendre autrement qu'avec des tests, des évaluations, des méthodes imposées en classe ?
Pourquoi l'Education nationale refuse-t-elle de se former aux apprentissages particuliers de l'instruction en famille?


Dans ma lettre ouverte à la Ministre de l'Education nationale, j'expliquais pourquoi ces tests et paliers étaient une mauvaise idée, je vous encourage à lire ou relire cette lettre ici.
En clair ils sont une mauvaise idée
- parce que l'enfant peut ne pas être prêt à une évaluation pour x raisons (phobie, manque de confiance en lui, etc.);
- parce que risque de ne pas être au mieux de sa forme ce jour-là;
- parce que évaluations et paliers non conformes au rythme personnel de l'enfant;
- parce que trop grande pression ressentie puisque de là découlerait nécessairement la poursuite de l'instruction en famille;
- parce qu'iniques : la poursuite du travail d'un enseignant ne dépend pas de la réussite de tous ces élèves;
- parce qu'ils ne respectent pas la liberté pédagogique et des choix différents pour apprendre.

N'oublions pas que les paliers et les tests français sont des paliers et des tests français. En clair dans un autre pays les tests prendront une autre forme (QCM ou exposé par exemple), les paliers, les matières enseignées même seront différentes ainsi certains pays accordent une large place à la pratique de l'art quand en France c'est une matière secondaire.
Pourquoi faudrait-il donc instruire des enfants à l'identique ?

Refuser ces modalités ce n'est pas refuser un contrôle, ce n'est pas lié au fait de ne pas instruire son enfant comme trop souvent on le craint.
Refuser ces modalités c'est tout simplement permettre à son enfant d'apprendre autrement.
C'est un droit mais c'est aussi parfois indispensable pour un enfant !
Si les familles fuient aussi massivement le système scolaire ce n'est pas pour rien (ici un article parmi tant d'autres)... c'est parce que trop souvent le système actuel n'est pas adapté...  

Alors une famille instruisant son enfant et suivant le programme en vigueur, les méthodes en vigueur n'a rien à craindre de ce décret si on considère uniquement les paliers. Mais dans les faits même ces familles doivent penser au risque qu'un test peut être non réussi... Un enfant reste un enfant, faillible.

Dans son analyse de rapports de contrôle Alain Quatrevaux, journaliste, écrit :
"Certes, les différences entre les objets des deux contrôles sont importantes : “l’acte pédagogique”  propre à un enseignant, d’un côté, le produit d’une action d’instruction pour les parents [...]"
Dans les faits l'école a une obligation de moyens, si les tests sont systématiques en instruction en famille, la pression d'une obligation de résultat sera plus grande encore pour les familles sans école.
Par conséquent les tests doivent rester un choix et non une obligation.
Une fois encore il est parfaitement possible de contrôler l'instruction en famille via des échanges avec les parents, la consultation de supports et un compte-rendu permettant de connaître ceux-ci. Des contrôles sont déjà organisés de cette manière et peuvent donner lieu à des échanges constructifs.

Pour information un décret n'est pas un texte voté à l'Assemblée nationale et au sénat, c'est un texte réglementaire délibéré en conseil des ministres et signé par le Président ou signé par le Premier Ministre et pris en conseil d'Etat ou bien décision prise par le Premier ministre.
Ici il sera délibéré en conseil d'Etat.
Un tel texte entrerait donc en conflit direct avec la loi suivante du code de l'Education :
"La progression retenue pour l'acquisition de ces connaissances et compétences doit être compatible avec l'âge de l'enfant et son état de santé, tout en tenant compte des aménagements justifiés par les choix éducatifs effectués. Elle doit avoir pour objet d'amener l'enfant, à l'issue de la période de l'instruction obligatoire, à la maîtrise de l'ensemble des exigences du socle commun." (article D.131-12).

  • Le choix du lieu imposé par les personnes en charge du contrôle pédagogique (amendement envisagé autour du 15 juin semble-t-il)


De plus en plus de familles pratiquent l'instruction en famille, il est difficile de s'organiser pour procéder aux contrôles.

Le lieu du contrôle doit être la maison puisque c'est le lieu où sont instruits majoritairement les enfants. Après tout le contrôle des enfants scolarisés a lieu à l'école, ou plus précisément le contrôle de l'instruction reçue par les enfants scolarisés, la nuance est importante.

Il n'est pas possible que ce lieu soit décidé uniquement par les personnes en charge du contrôle : comment emporter tous les jeux pédagogiques ? Comment emporter tout le matériel ? La pièce dédiée à l'instruction qui reflète la richesse de ce qui est proposé ?

Quel est ce lieu ? S'agit-il des locaux de l'inspection académique ou d'un établissement scolaire ? Etablissement scolaire où d'une part un enfant peut avoir laissé de très mauvais souvenirs ou bien une déscolarisation peut avoir eu lieu suite à un problème dans l'école choisie; où d'autre part il est probable que l'enfant sera contrôlé avec les outils habituellement utilisés en classe et qui ne seront pas nécessairement ceux que l'enfant aura l'habitude d'utiliser (pédagogie différente)...

Pour ma part je comprends la difficulté d'organiser un contrôle étant donné le nombre croissant d'enfants instruits en famille, mais une décision unilatérale peut poser un sérieux problème en ne tenant pas compte des différents facteurs en jeu...
On peut photographier, lister du matériel, mais ça ne reflètera jamais parfaitement le matériel réel...
La plus grande difficulté est cependant une convocation dans un lieu inadapté. Il me semble indispensable de ne pas être rigide sur le lieu du contrôle.

  • Injonction de scolarisation si deux refus de contrôle (amendement envisagé)



Un contrôle est indispensable ! Sinon comment s'assurer que les enfants sont instruits ? Si une famille refuse un contrôle alors elle veut toutes les libertés mais peut-être aussi qu'elle ne veut pas assumer ses obligations !

Comment accepter qu'une telle menace pèse sur nous ?! En clair au moindre petit écart, au refus de se soumettre à un contrôle injuste, nous ne pourrions plus rien dire !

En effet certaines familles refusent depuis quelques temps les contrôles tant que leurs représentants n'ont pas été reçus dans leur académie afin de mettre en place des modalités respectueuses de leurs choix pédagogiques, or le dialogue est souvent bloqué... Cette mesure est sans doute en partie motivée par ce refus puisqu'il y a eu des bras de fer... des familles qui ont subi des contrôles sociaux difficiles... des jugements qui ont conclu à un bras de fer administratif et à une absence de mauvais traitements... Peut-on vraiment croire qu'une famille soit prête à vivre une telle situation seulement pour le "plaisir" de refuser un contrôle ? Ne serait-il pas plus simple et rapide d'accepter un contrôle ? Sans doute et pourtant elles luttent comme d'autres en France font grève... Mais il est difficile de faire grève lorsqu'on est une poignée d'irréductibles sans école... Elles luttent parce que certains contrôles ne respectent pas les choix pédagogiques, parce que certains contrôles sont destructeurs pour les enfants, je le sais, nous en avons vécu un.

De plus si un lieu est refusé : collège avec tests scolaires lorsque l'enfant apprend autrement ou collège alors que l'enfant y était harcelé, l'administration pourra proposer un second rendez-vous dans le même lieu... Serait-il alors justifié d'imposer une scolarisation ?



Extrait : "Les enfants sont alors victimes de propagande idéologique sous couvert de programmes éducatifs alternatifs. Ils risquent d’être marginalisés et embrigadés, car ils ne disposent pas encore de l’esprit critique qui leur permettrait de conserver leur liberté de conscience."

En réalité je connais un certain nombre de familles croyantes et pas seulement musulmanes qui partagent effectivement autour de leur religion. Mais en France chacun de nous a le droit de croire en ce qu'il souhaite : La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public.(loi de 1905). Des familles croyantes scolarisent également tous les jours...

Nous sommes également nombreux à être athées ou agnostiques.
Nous sommes nombreux à encourager l'esprit critique de nos enfants.
Quoiqu'il en soit les terroristes qui ont commis des actes inadmissibles en France étaient allés à l'école... Alors, puisque ce ne sont pas des enfants de l'IEF, pourquoi faudrait-il autoriser l'instruction en famille uniquement dans certains cas?
Pour rappel cette loi serait très restrictive... Elle serait tout bonnement liberticide.
L'instruction en famille serait possible uniquement si des soins médicaux l'exigeaient, en situation de handicap en "attente d'un établissement médico-social", pour des parents itinérants, si activités sportives ou artistiques conséquentes ou bien si éloignement important d'un établissement scolaire.

Pas d'inquiétude prématurée cependant : elle est seulement déposée, différentes étapes sont encore nécessaires (plusieurs navettes entre les deux assemblées si le texte est approuvé) et nous sommes nombreux à oser espérer qu'une telle loi ne pourrait passer en France.
Face à cette menace la Voix du Nord (lien) a uni sa voix à la nôtre.
Il me semble cependant peu probable qu'elle passe. 

N'oublions pas qu'un contrôle à caractère social est organisé dans le cadre du contrôle de l'instruction en famille, ce contrôle vise à connaître les raisons de l'instruction en famille et si une instruction leur est donnée. De plus un contrôle pédagogique est également prévu par la loi. 
A l'heure actuelle les familles ne sont donc pas sans contrôles...

 

Mes mots voleront-ils sans trouver un écho en dehors des sphères IEF ou bien serons-nous entendus?
Un contrôle est possible, nous sommes nombreux à comprendre qu'il puisse être important de contrôler que l'instruction est réelle, mais il est également important que les personnes en charge du contrôle soient mieux formées et plus ouvertes à nos réalités. Certaines personnes en charge du contrôle font preuve d'une réelle ouverture, d'une réelle volonté d'échange. Ne vaudrait-il pas mieux encourager ce type d'attitudes ? d'échanges plutôt que de vouloir entrer dans une société de plus en plus rigide où la confiance en l'autre s'estompe jour après jour...
Dans une société où la hantise du terrorisme est sous-jacente, dans une société où beaucoup craignent pour leur emploi, ne vaudrait-il pas mieux cultiver l'ouverture à l'autre ?

7 commentaires:

  1. Bonjour, je suis certainement la "neuneu" de service" mais si j'ai compris le principe, j'ai du mal à comprendre un avis (vert ou rouge) lorsqu'il s'agit d'une question... Une question, c'est une question, et je ne comprends pas qu'on ait un avis dans une question. Cela me semblerait plus logique dans une affirmation. "Un contrôle est indispensable ! Sinon comment s'assurer que les enfants sont instruits ?
    Si une famille refuse un contrôle alors elle veut toutes les libertés mais peut-être aussi qu'elle ne veut pas assumer ses obligations !" est rédigé en rouge. Je suis vraiment désolée pour mes questions de "neuneu" : vous êtes d'accord avec ce qu'il est écrit donc ? Merci par avance pour toute réponse cela me permettra de mieux rédiger une suite. Et encore désolée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Les différents intitulés correspondent aux différentes mesures envisagées. Ensuite je ne comprends pas votre questionnement puisque j'ai écrit :
      "Alors aujourd'hui je vous propose un billet pour jongler d'un côté du miroir à l'autre... de la famille qui se sent totalement impliquée, menacée même à la personne qui pense important de contrôler plus encore... En rouge je m'exprimerai comme si j'étais d'accord avec les mesures envisagées et en vert comme si j'y étais opposée. "
      En clair il ne s'agit pas de mon avis (même si je suis par logique généralement du côté vert) mais de proposer ici les deux points de vue en étant concerné par l'IEF ou en s'interrogeant par rapport à l'IEF/en souhaitant un contrôle renforcé.
      Bonne journée.

      Supprimer
  2. Merci d'avoir pris le temps de répondre !

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, une action est en cours: un appel à la grève des contrôles pédagogiques. A relayer et diffuser dans vos réseaux non-sco.
    ACTION SOUTENUE PAR LE COLLECT'IEF et LES GROUPES MIDI-PYRENEES et ILE-DE-FRANCE
    Nous appelons les familles IEF à la grève des contrôles pédagogiques pour contrer les modifications annoncées au ministère de l’éducation nationale jeudi 26 mai dernier et pour sauver la liberté pédagogique des parents ayant choisis l'instruction en famille.

    Toutes les familles IEF, qu’elles aient un contrôle prévu en juin ou qu’elles aient déjà eu le contrôle cette année, qu’elles vivent dans une région dotée d’un groupe d’ajournement actif ou pas, toutes les familles IEF donc, sont invitées à envoyer une lettre (envoi simple ou recommandé) avant le vendredi 10 juin à la DASEN et au rectorat dont elles dépendent, ainsi qu’au ministère de l’éducation nationale et à la présidence de la République.

    Afin de rassurer les familles qui pourraient hésiter à se lancer dans cette action, chaque famille IEF s’engageant à reporter son prochain contrôle (en juin ou l’année prochaine) est invitée à s’inscrire (avec un pseudo finissant par son numéro de département) sur ce sondage Framadate: https://framadate.org/GOnM8L15RoQ9FThE . Ainsi, tout le monde peut visualiser le nombre de grévistes engagés. Nous espérons atteindre un nombre significatif de grévistes, permettant ainsi l’envoi massif et simultané de courriers annonçant des reports de contrôles.

    Nous proposons un modèle de lettre pour ceux qui souhaiteraient l’utiliser mais chacun est libre de l’adapter, d’ajouter son contexte personnel, des arguments, etc :

    Objet : grève des contrôles pédagogiques
    Madame, Monsieur,
    J’ai choisi / Nous avons choisi pour mes/mon/nos/nôtre enfant(s) l’instruction en famille. Je vous adresse / Nous vous adressons ce courrier pour vous faire part de mon/notre total désaccord avec les modifications réglementaires et législatives annoncées le jeudi 26 mai 2016 aux associations nationales s’occupant de l’instruction en famille.
    En effet, je considère / nous considérons que si ces mesures voient le jour (légalisation des tests sur les enfants, obligation de suivre les paliers du socle commun…), les parents qui font le choix de l’instruction en famille, dépossédés de leur liberté pédagogique, seront ni plus ni moins obligés de suivre les programmes de l’Education nationale. Or, instruire en famille n’est pas reproduire l’école à la maison.
    De plus, comment penser qu’en instaurant des mesures qui vont à l’encontre des droits de l’homme, il y aura moins de recours à la judiciarisation ?
    Nous demandons non seulement que ces projets de décret et d’amendement ne voient pas le jour, mais également que les contrôles pédagogiques se déroulent dans le respect de chacun, ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle. Si les services de l’Education nationale ne se sentent pas aptes à faire face à la hausse des familles IEF et ne sont pas capables d’entendre nos demandes réitérées de dialogue, il est temps d’envisager de déléguer cette mission du contrôle pédagogique à une autre instance, indépendante cette fois.
    Pour toutes ces raisons, tout comme le Collect'IEF et les groupes de parents Ile-de-France et Midi-Pyrénées, je demande / nous demandons l’annulation de toutes les modifications annoncées lors du rendez-vous du 26 mai dernier.
    Dans le cas contraire, je procéderai / nous procéderons au report systématique des contrôles pédagogiques prévus pour notre/nos enfants(s) tant que je n’aurais / nous n’aurons pas l’assurance que de telles mesures ne sont plus d’actualité et tant que nous n’aurons pas de réelles garanties de respect pendant le contrôle.
    Je vous prie / Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes/nos salutations respectueuses.
    Merci de diffuser le plus largement possible dans tous vos réseaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir effectivement j'ai entendu parler de cette grève des contrôles mais à titre personnel je ne crois pas que ce soit une bonne idée.
      D'une part une grève générale à cette époque aurait un impact limité.
      D'autre part je ne crois pas que ce soit le bon moyen d'être entendus, pas pour le moment du moins.

      Supprimer
    2. Billet précieux! J'ai écrit à de nombreux députés. Si personnellement, je ne crains (pas trop) les évaluations, je songe aux enfants des autres qui ne pourraient passer ces tests et qui seraient pénalisés alors qu'ils vivent à la maison une expérience pédagogique drôlement plus riche que s'ils étaient en classe...
      Merci de continuer à en parler :)
      Pour la suite, je ne suis pas du tout optimiste... peut-être à tort... Mais on va continuer de suivre cela et d'être réactif.
      Quelqu'un a-t-il reçu une réponse des députés auxquels elles ont écrit? Moi aucune... Mais c'est peut-être normal...

      Quant à la grève de l'IEF, je rejoins Lise Isa. J'ai même cru à un canular du Le Gorafi...

      Brune

      Supprimer
    3. Merci Brune ! <3
      Idem ici : 0 réponse reçue, mais une copine en a reçu une et je dois rencontrer un député...

      Supprimer