mercredi 27 janvier 2016

Vrai/faux sur l'instruction en famille



vrai/faux sur l'instruction en famille

  • Si j'opte pour l'instruction en famille mon enfant ne verra pas/ plus d'autres enfants... 

   Un enfant instruit en famille verra ses cousins autant qu'un enfant non instruit en famille.
Un enfant instruit en famille peut parfaitement jouer avec les enfants de son village, conserver ses amis ou s'en faire de nouveaux. Parfois certains ne veulent plus jouer avec les non scos mais chez les petits, c'est tout de même assez rare. Généralement les enfants aiment simplement jouer entre eux. ☺
Chez les ados en âge d'être au collège, à cet âge particulier où ils cherchent régulièrement à se rassurer avec des pseudos normes, cela peut cependant être plus compliqué.
Un enfant instruit en famille peut également trouver des amis dans les groupes non scos. Il existe cependant des différences parfois importantes d'un groupe local à un autre, parfois, surtout pour les plus grands, il est parfois difficile de rencontrer d'autres jeunes. C'est une réalité parfois niée par méconnaissance de cette réalité (pas le cas dans un autre groupe non sco par exemple) ou même par honte/peur du rejet. Cependant il y a bien des moyens de se faire des amis, y compris en utilisant Internet qui favorise les échanges ou encore via des séjours chez les uns ou les autres (plus facile de prendre le train seul lorsqu'on est grand ☺).
D'autres pistes et réflexions sur ce billet. 

(film : L'Enfant sauvage)
  • Mon enfant risque de devenir un "sauvage" qui ne veut voir personne ! 


    Là encore je vous encourage à relire mon billet, mais également différentes études dont celle-ci p14 :"En 1992, Le Professeur Larry Shyers evalua, si oui ou non, les enfants non sco souffraient d'un retard dans leur développement social. Dans son étude, il observa des enfants jouer librement et des interactions de groupe dans les activités. Syers trouva que les enfants scolarisés en écoles publiques présentaient, de façon significative, davantage de problèmes comportementaux que les non sco."

Cela signifie-t-il pour autant que les non scos sont tous très désireux de multiplier les rencontres en passant un temps très long avec chacun ? Non. Les humains sont des êtres multiples, différents, les non scos étant des humains, ils sont tout aussi différents. ;)
Par conséquent il y a des non scos timides, réservés, appréciant la solitude et des non scos extravertis.

non sco sortent pas
  • Nous allons vivre en vase clos. 

  Pourquoi ? Qu'est-ce qui vous interdit de sortir ? De rencontrer vos amis ? De rencontrer de nouvelles personnes ? De voyager même plus souvent ? ☺

  • Il est impossible pour les deux parents d'avoir des activités à côté.

  C'est avant tout une question de choix et d'organisation. Plus facile de s'organiser lorsque l'enfant est grand et peut rester seul. Mais il est également possible que les parents jonglent avec leurs horaires pour parvenir à être également présents. Possible d'avoir une activité associative, sportive, culturelle. Possible de faire appel à une personne extérieure. Pas toujours facile certes si vous souhaitez travailler tous les deux, toutefois si c'est important pour vous, vous chercherez et trouverez sans doute votre solution ou un compromis qui vous convienne.

les non scos loin de la vie
  •  A trop écouter son enfant, on ne lui apprend pas la vraie vie.

   Croyez-vous sincèrement qu'un enfant est protégé de tout ? Des désillusions, des souffrances ? Des problèmes de santé ? Ou même de problèmes que ses parents rencontrent (travail, finances, maison, etc.)? Qu'est-ce c'est la "vraie vie" ? L'école est-elle le modèle de l'entreprise ? Alors certes aujourd'hui de plus en plus d'entreprises malmènent leurs employés, cependant il est possible de chercher ailleurs... possible de porter plainte pour harcèlement... Les emplois occupés sont-ils majoritairement organisés dans une pièce où une trentaine de personnes doivent réaliser la même chose avec un esprit d'initiative très limité ? Et justement ce désir, ce besoin d'initiative n'est-il pas important pour un travailleur ?
Certains enfants nés dans des milieux relativement aisés, sans aucune difficulté scolaire, sans aucun vrai gros problème rencontré dans leur vie ne sont-ils pas plus ménagés que d'autres ?
Affronter et dépasser une difficulté n'est pas une question de choix "scolaire", mais une question de "rencontre avec des difficultés que la vie nous jette". Alors oui on peut choisir l'école, on peut même l'aimer ou y rencontrer de vraies difficultés, mais la vie ne s'apprend pas à l'école, elle s'apprend dans les expériences qu'on vit. ☺

les non scos paresseux
  • La non sco, a fortiori si apprentissages autonomes, l'univers du "j'men foutisme"

   Certaines familles non scos utilisent des cours par correspondance, d'autres reproduisent un modèle d'école mais adapté à la maison, difficile d'imaginer un manque de cadre lorsque l'enfant est réveillé à telle heure et doit réaliser tel ou tel apprentissage.
  Chez d'autres familles, comme chez nous depuis plusieurs années, les apprentissages ne sont pas imposés. Alors je ne vais pas prétendre que certaines pratiques ne me dérangent pas, j'ai vu parfois des enfants non coiffés avec des vêtements plus ou moins sales et la bouche couverte de chocolat ; j'en ai vu également lorsque mes filles étaient scolarisées. Mes filles se sont toujours coiffées, elles ont toujours été propres pour sortir, c'est pour moi la marque du respect d'autrui. C'est une question personnelle et non une question d'apprentissages. Cependant je ne crois pas qu'on puisse apprendre en appuyant sur une cervelle, en insistant, en forçant. Or c'est justement par respect, par respect pour mes filles que je pratique les apprentissages autonomes en les laissant apprendre seules, en répondant à leurs demandes et en proposant mais sans forcer. Je respecte leur besoin de s'investir, leur besoin de souffler, leur besoin d'apprendre de la manière qui leur convient à elles. Cela suppose de reléguer ses attentes, de faire confiance, ce n'est pas toujours facile, plus facile lorsqu'ils sont grands ? lorsqu'ils sont petits ? C'est en tout cas la manière d'accompagner nos enfants que nous avons choisie.

communauté non sco
  •  La communauté non sco, un havre de paix et de partages.

   Si des échanges ont lieu,  s'il y a un véritable sentiment de communauté, les personnes ayant opté pour la non sco sont très différentes. On trouve également de forts caractères qui laissent parfois peu de place à un avis différent ou du moins c'est l'impression qui est parfois donnée. Parfois il s'agit simplement d'un clic trop rapide, d'une sensibilité exacerbée, Internet favorise les échanges mais les accélèrent parfois un peu trop. Il est également possible de rencontrer des personnes avec des conceptions éducatives très éloignées des nôtres. Parfois on peut alors se sentir perdu ou même écrasé par certains. Chaque réalité est pourtant différente. Qui peut prétendre tout savoir sur tout ? Nos conceptions ne sont-elles pas amenées à évoluer ? Méfions-nous des affirmations trop intempestives, laissons-nous du temps pour imaginer notre propre voie.
Laissons-nous également surprendre par de jolies rencontres, peut-être notre regard évoluera-t-il, peut-être ces rencontres nous conforteront-elles dans ce que nous ressentons, essayons simplement de nous enrichir les uns des autres, au sein de la communauté non sco ou mieux encore en vivant les uns avec les autres, entre humains, en respectant nos choix, scos et non scos. ☺


Mes livres sur l'instruction en famille : 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire